Cuesmes (Mons) – samedi 11 mars 18 heures : Rencontre avec Farida Aarrass et Manu Scordia

dans ACTIONS/ARTS par

Ali Aarrass est ce Belgo-marocain torturé et incarcéré au Maroc dans l’indifférence de la Belgique alors que son innocence est établie.

Rencontre avec sa soeur Farida Aarrass et Manu Scordia autour des 2 livres:
-« Lettres de prison et journal d’une grève » (Ali Aarrass & Farida Aarrass)
-« Je m’appelle Ali Aarrass » (bd de Manu Scordia)

Ca se passe au Théâtre des Rues à 7033 Cuesmes!
Tout les cuesmois et montois sont chaleureusement invités!!

samedi 11 mars à 18:00 – 23:00

Théâtre des Rues, rue du Cerisier 20 7033 Cuesmes

Amnesty international’s urgent action against solitary confinement of Ali Aarrass! Thanks for sharing and writing !!!

dans ACTIONS/ORGANISATIONS POUR LES DROITS DE L'HOMME / FOR HUMAN RIGHTS par

SOURCE

Urgent Action Update: Prisoner In Solitary Confinement For Months (Morocco/Western Sahara: UA 219/15)

URGENT ACTION
FEBRUARY 13, 2017
Ali Aarrass has been held in prolonged solitary confinement since his transfer to Tifelt II Local Prison on 10 October 2016. His health has sharply deteriorated as a result.
On 10 October 2016, Belgian-Moroccan prisoner Ali Aarrass was transferred from Salé II Local Prison to Tifelt II Local Prison, about 60 kilometres from the capital Rabat. Since then, prison authorities have held him in solitary confinement, in a near-empty prison bloc, and restricted his courtyard time to one hour a day. According to his family and lawyers, he sleeps on a concrete slab, with few covers, is allowed only one shower a week, and has inadequate food. He is also only permitted to make a brief weekly phone call to his family who are unable to visit him frequently given that most of them live in Belgium, while his elderly father lives in Melilla, Spain and is very ill. Such harsh conditions of detention have caused Ali Aarrass’s health, already fragile after six years in detention, to significantly decline; he has been experiencing frequent vomiting and fainting. In November 2016 and January, representatives of Morocco’s National Human Rights Council visited Ali Aarrass in prison, but he nonetheless remains held in solitary confinement.
Ali Aarrass has had minimal meaningful contact with other detainees and has been confined to his single cell for 22 to 23 hours a day since 10 October 2016. Such conditions amount to prolonged solitary confinement according to the UN Standard Minimum Rules for the Treatment of Prisoners (Mandela Rules). Prolonged and indefinite solitary confinement amount to torture or other cruel, inhuman or degrading treatment or punishment, according to the Mandela Rules, and must not be imposed under any circumstances. In response to a letter from Amnesty International, voicing its concern for the solitary conditions in which Ali Aarrass was being held in, Morocco’s General Delegation for Penitentiary Administration and Reintegration said that Ali Aarrass’ isolation is due to the fact that the prison is new and sparsely-populated. However, isolation does not need to be intended as punishment in order to constitute solitary confinement.
1) TAKE ACTION
Write a letter, send an email, call, fax or tweet:
  • Urging the Moroccan authorities to immediately end Ali Aarrass’ solitary confinement and ensure he is held in humane conditions;
  • Calling on the Moroccan authorities to ensure he has immediate access to a qualified health professional to provide health care in compliance with medical ethics, including the principles of confidentiality, autonomy, and informed consent;
  • Urging them to implement the decision of the Working Group on Arbitrary Detention (WGAD) calling on them to release Ali Aarrass immediately and award him adequate compensation.
Contact these two officials by 27 March 2017:
Director of General Administration for Prison Administration and Reinsertion
Mohamed Saleh Tamek
Angle Avenue Arar et rue El-Jouz
Hay El Riyad, Rabat, Morocco
Fax: + 212 5 37 71 26 19
Salutation: Dear Sir 
Ambassador Mohamed Rachad Bouhlal
Embassy of the Kingdom of Morocco
1601 21st St. NW, Washington DC 20009
Fax: 202 462 7643 (Ms. Mouna Mouline, Human Rights)
Phone: 202 462 7979
Salutation: Dear Ambassador
2) LET US KNOW YOU TOOK ACTION
Here’s why it is so important to report your actions: we record the number of actions taken on each case and use that information in our advocacy. Either email uan@aiusa.org with “UA 219/15” in the subject line or click this link.

 

UNE PERFORMANCE DE DINO CHATILA : Ali Aarrass et son voyage vers l’enfer, Un petit ange dans cet endroit funeste

dans ARTS par

Pascal Polar a le plaisir de vous inviter, Pascal Polar heeft het genoegen u uit te nodigen, Pascal Polar kindly invites you to


               A UNE PERFORMANCE DE DINO CHATILA  

             LE SAMEDI 4 FEVRIER A  04 PM

                 ALI AARRASS ET SON VOYAGE VERS L’ENFER 

« Un petit ange dans cet endroit funeste ».

  Passer à travers les silences assourdissants autour du drame de Ali Aarrass pour souligner les tensions masquées, les peurs du phénomène terroriste.       Gestes inlassables pour transpercer la surface visible jusqu’à perte de vue. Ali parmi d’autres lève la conscience de l’identité à double face. La bi-nationalité qui déresponsabilise les Etats et rend l’homme apatride.

Dino Chatila

Avec Farida Aarrass soeur d’ Ali, Julie Jarowzewski et le « petit ange » ….

En présence de Manu Scordia, créateur de la bande dessinée retraçant la vie d’Ali

www.freeali.eu

Please confirm your presence by email only if you come 

DINO CHATILA
(1964, Puerto Cabello, Venezuela – Liban)

 

Dino Chatila was born in 1964 in Puerto Cabello, Venezuela, of lebanese origin and lawfully residing in Trieste, Italy. autodidact artist. He works and lives in Brussels, Belgium. He took part in the course of prof. jacobo borges « painting space » at the internationale sommerakademie für bildende kunst, Salzburg, Austria

Psychanalyse d’un dieu
Il est presque impossible de reproduire l’image d’une œuvre de Dino Chatila car cette image trahirait la “vérité” de l’oeuvre, sa magie, son originalité aux frontières de différents mouvements artistiques : abstraction, cinétisme, minimalisme. Certaines œuvres sont composées par 27.000 épingles juxtaposées, reflétant ou absorbant la lumière ambiante. D’autres, composées d’une feuille d’aluminium, martelée avec justesse, jouent également avec cette lumière, en évoquant un effet de « miroir primitif ». D’autres encore, aussi composées d’une feuille d’aluminium,  sont peintes de couleurs vives, donnant une abstraction dont vous reconnaitrez l’origine.
Tout est suspendu chez Dino Chatila : la mémoire de l’histoire et de l’origine, le reflet, la brillance, l’intériorité.
C’est une oeuvre métissée où l’Orient (par son origine libanaise), l’Amérique Latine (par sa naissance mais aussi l’imprégnation d’une partie de l’art latino-américain),  l’Occident (redéfini entre Byzance, l’empire Austro-Hongrois, de Trieste à Bruxelles).
C’est une première grande exposition de Dino Chatila à Bruxelles.

Psychoanalysis of a god
It is almost impossible to reproduce the image of a work of Dino Chatila because this would betray the « truth » of the work its magic, originality border of various artistic movements: abstraction, kinetic art, minimalism. Some works are composed by 27.000 pins juxtaposed, reflecting or absorbing ambient light. Others, composed of aluminum foil, hammered aptly, also play with this light, evoking an effect of « primitive mirror. » Others, also composed of aluminum foil, are painted in bright colors, giving an abstraction which you will recognize the origin.
Everything hangs on Dino Chatila: the memory of the history and origin, reflect, shine, interiority.
It is a mixed work where East (by his Lebanese origin), Latin America (by birth but also impregnating a part of the Latin American art), the West (redefined between Byzantium the Austro-Hungarian empire, from Trieste to Brussels)
This is the first major exhibition of Dino Chatila in Brussels.
Dino Chatila takes the material for itself ; a narration emerges from the taking and giving of substance, and from the physically demanding process of piercing, crossing and scrubbing. The canevas are treated in a gesture reminiscent of his aluminium and glass sculptures, whose  contours suggest the harsh sound of matter responding to the artist. Unexpected perspectives arise from the unshaped when man indulges in the game of gods.  

For information : click here <http://pascalpolar.be/site/artisteview.php?nom_de_tri=Dino%20Chatila>
Exhibition view : click here<http://pascalpolar.be/Polaruserfiles/file/about/polar/chatila/exhibition%20dino%20chatila.pdf>

First Floor –
 » sonate »
Jan Saudek | Olivier Christinat | Herman Bertiau | Bernadette Prédair | Chéri Samba | Martine Vanderhoven/ Pascal Baetens/ Martial Lorcet/ Miroslav Tichy
PASCAL POLAR                  
108 ch. de Charleroi
1060 Bruxelles
tél: 32/2/5378136
fax: 32/2/5378161
mobile: 32/477/252692
pp@pascalpolar.be <:pp@pascalpolar.be> 

« Une carte en couleur pour Ali, parce que la prison c’est juste du noir et du gris… »

dans ACTIONS/Lettres/Letters/Brieven par

Carte colorée pour Ali Aarrass

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

ALI AARRASS *

في عالم ملغم بسياسات القهر و الموت الحكومي و الغير
الحكومى. لا يسعني إلا أن احتفظ على جزء من إنسانيتى و ارسل كل أسبوع رسالة إلى السجين علي اعراس رقم 930 سجن تفلت المغرب. ابن هدا المهاجر دو الجنسية البلجيكية و الإقامة الاسبانية يقيم بسجن انفرادي منذ أكثر من 8 سنوات. الدول الاروبية تركته غنيمة و لم تعطيه الفرصة اللدفاع عن نفسه. العائلة في مليلية المحتلة و المغرب و بلجيكا قدمت طلب لعفو من الملك. اتمنا أن يستجيب الملك لهذا الطلب.
سهيل ساعدني في اختيار البطاقة  » بابا السجن كله عتمة و السجين بحاجة إلى ألوان  » رجاء ا كاتبوه

930, c’ est le no de Ali Aarrass dans la prison de Tiflet.

Écrivez lui pour qu’ il garde espoire dans les consciences libres de notre pays . Le père de Ali est très soufrant. Espérons qu’il puisse revoir son fils. La famille lance une demande de grâce royale, espérons que le roi mettra fin à cette souffrance.
Souhail à choisi cette carte pour Ali  » les couleurs c’est important car la prison c’est juste du noir et du gris. »
Bonne nouvelle : la famille à eu 2h d’échange avec Ali. Avant ils faisaient le déplacement pour 30 mn . Farida la soeur de Ali, nous confirme qu’il « REÇOIT LES LETTRES ET CARTES » . Alors écrivez.

Youssef 

* Voir Je m’appelle Ali Aarrass de Manu Scordia et lettres de prison de Farida et Ali Aarrass www.antidote.be

Informe 2017 de Amnistía Internacional sobre Europa: extractos del caso Ali Aarrass (pág 74-75)

dans LA PLATAFORMA POR ALI AARRASS/ORGANISATIONS POUR LES DROITS DE L'HOMME / FOR HUMAN RIGHTS par

MelillaInforme 2017 de Amnistía Internacional sobre Europa:  extractos del caso Ali Aarrass (pág 74-75)

Publicado el 17 de enero de 2017 (en Inglés y Francés)

 

Amnistía Internacional: « EUROPA: medidas desproporcionadas: la gran escalada de la política de seguridad en países de la UE es peligrosa ». 17 de enero de 2017. Descargar el informe aquí (Francés / Inglés)

Extractos sobre Ali Aarrass

« … ESPAÑA / BÉLGICA

En 2010, el gobierno español ha extraditado a Marruecos a Ali Aarrass, de nacionalidad belga y marroquí. Estaba siendo buscado por Marruecos por su presunta participación en el tráfico de armas en nombre de un grupo de sospechosos de participar en actividades terroristas. Se opuso a su extradición, alegando que se enfrentaría a un riesgo real de tortura y otras violaciónes graves de los derechos humanos en caso de ser devuelto a Marruecos. En septiembre de 2014, el Comité de Derechos Humanos de la ONU llegó a la conclusión de que la extradición era contraria al artículo 7 (prohibición de la tortura y otros malos tratos) del Pacto Internacional de Derechos Civiles y Políticos [ 1].

El Grupo de Trabajo de la ONU sobre Detención Arbitraria declaró en 2013 que, luego de su entrega a Marruecos, Ali Aarrass estuvo incomunicado, torturado y obligado a « confesar » bajo coacción y debería ser inmediatamente puesto en libertad [2] [3]. En mayo de 2014, el Comité de la ONU contra la Tortura concluyó que Marruecos ha violado la Convención contra la Tortura por no proteger a Ali Aarrass contra tales abusos después de su entrega al país. [4]

En cuanto a España, el Comité de Derechos Humanos de las Naciones Unidas consideró que, a pesar de los informes de tortura por funcionarios de prisiones y las fuerzas de seguridad de Marruecos, la Audiencia Nacional española, al considerar su extradición a Marruecos, no había evaluado adecuadamente el riesgo que suponía para Ali Aarrass. El Comité ordenó a España compensarlo adecuadamente [5] y cooperar con las autoridades marroquíes para garantizar que su tratamiento en Marruecos sea objeto de un seguimiento real.

En 2015, Ali Aarrass hace una huelga de hambre de 72 horas en protesta por su condena y contra el retraso de la decisión del Tribunal Supremo de Marruecos sobre su apelación final [6]. Hasta la fecha, las autoridades españolas no han ofrecido a Ali Aarrass recurso efectivo tras la decisión tomada en 2014 por el Comité de Derechos Humanos de las Naciones Unidas.

Como Ali Aarrass también tiene la nacionalidad belga, sus abogados han solicitado en repetidas ocasiones la asistencia consular a los representantes diplomáticos belgas, primero en España y posteriormente en Marruecos. Las autoridades belgas se han negado a proporcionar dicha asistencia hasta que el Tribunal de Apelación de Bruselas les ordenó hacerlo en septiembre de 2014. Al parecer del Tribunal, Bélgica tenía la obligación de tratar de prevenir cualquier grave violación de los derechos humanos, en particular, cualquier tratamiento contrario a la prohibición absoluta de tortura, usando los medios a su alcance, incluida la propuesta de asistencia consular [7]. Desde entonces, las autoridades belgas indicaron que pidieron reunirse con Ali Aarrass pero las autoridades marroquíes habían denegado su petición.

Sin embargo, las autoridades belgas siguen haciendo caso omiso o minimizando las acusaciones altamente creíbles de tortura de Ali Aarrass y no han expresado su apoyo a la recomendación del Grupo de Trabajo sobre la Detención Arbitraria, que había pedido la liberación inmediata de Ali Aarrass. Al mismo tiempo, han recurrido la sentencia del Tribunal de Apelación.

Amnistía Internacional lanzó Acciones Urgentes en favor de Ali Aarrass [8] … « 

 

[1] Comité de Derechos Humanos de las Naciones Unidas, Ali Aarrass c. España, Comunicación Nº 2008/2010, doc. Naciones Unidas CCPR / C / 111 / D / 2008/2010 (2014)

http://bit.ly/2iDOGqA

 

[2] d. (?)

 

[3] Grupo de Trabajo sobre la Detención Arbitraria, Ali Aarrass c. Marruecos, Opinión No. 25/2013, doc. Naciones Unidas A / HRC / GTDA / 2013/25 (2014), http://bit.ly/2jVBSNt

 

[4] Comité de las Naciones Unidas contra la Tortura, Ali Aarrass c. Marruecos, CAT / C / 52 / D / 477/2011, 24 de Junio de 2014.

 

[5] Comité de Derechos Humanos de las Naciones Unidas, Ali Aarrass c. España, § 12.

 

[6] Amnistía Internacional, Ali Aarrass. « Los días son infinitos, pero mientras sea consciente, me sobrepongo y  resisto todo », 14 de diciembre de 2015, http://bit.ly/1QXjkuW

 

7] International State Crime Initiative, « victoria judicial belga para Ali Aarrass » 2014 http://statecrime.org/state-crime-research/belgian-courtvictory-for-ali-aarrass/,

 

[8] Amnistía Internacional, Acción Urgente, España. Un hombre en peligro de tortura si es devuelto a Marruecos 23 de noviembre de 2010 (Índice AI: EUR 41/004/2010); y España. Un hombre devuelto a Marruecos por España, 16 de diciembre de 2010 (Índice: EUR 41/005/2010). Véase igualmente la Declaración pública de Amnistía Internacional, Marruecos. Un hombre que fue torturado permanece en prisión, a pesar de que la ONU pida su liberación inmediata (Índice AI: MDE 29/4119/2016)

(Merci à Elena pour la traduction)

Le Rapport 2017 d’Amnesty International sur l’Europe : extraits sur l’affaire Ali Aarrass (pg 74-75)

dans DANS LA PRESSE/ORGANISATIONS POUR LES DROITS DE L'HOMME / FOR HUMAN RIGHTS par

Report Amnesty international on Europe 2017

 

 

 

 

 

 

Amnesty international : « EUROPE: DES MESURES DISPROPORTIONNÉES: L’AMPLEUR GRANDISSANTE DES POLITIQUES SÉCURITAIRES DANS LES PAYS DE L’UE EST DANGEREUSE ». 17 janvier 2017. Téléchargez le rapport ICI  (français/English)

Extraits sur Ali Aarrass

 » ESPAGNE/BELGIQUE
En 2010, le gouvernement espagnol a extradé vers le Maroc Ali Aarrass, un ressortissant belgo-marocain. Il était recherché par le Maroc pour son implication présumée dans un trafic d’armes pour le compte d’un groupe soupçonné de participer à des activités terroristes. Il s’est opposé à son extradition, affirmant qu’il serait exposé à de réels risques de torture et d’autres violations graves des droits humains s’il était renvoyé au Maroc. En septembre 2014, le Comité des droits de l’homme des Nations unies a conclu que son extradition était contraire à l’article 7 (l’interdiction de la torture et des autres mauvais traitements) du Pacte international relatif aux droits civils et politiques[1].

Le Groupe de travail des Nations unies sur la détention arbitraire a affirmé en 2013 qu’à son retour au Maroc, Ali Aarrass avait été détenu au secret, torturé et forcé à « avouer » sous la contrainte, et qu’il devait donc être immédiatement libéré34[2][3]. En mai 2014, le Comité des Nations unies contre la torture a conclu que le Maroc avait violé la Convention contre la torture en ne protégeant pas Ali Aarrass contre de telles exactions à son retour dans le pays[4].

Concernant l’Espagne, le Comité des droits de l’homme des Nations unies a considéré que, malgré les informations faisant état du recours à la torture par des gardiens de prison et par les forces de sécurité au Maroc, l’Audience nationale espagnole n’avait pas correctement évalué le risque encouru par Ali Aarrass au moment d’examiner son extradition vers le Maroc. Le Comité a ordonné à l’Espagne de l’indemniser de façon adéquate[5] et de coopérer avec les autorités marocaines afin de veiller à ce que son traitement au Maroc fasse l’objet d’un réel suivi.

En 2015, Ali Aarrass a fait une grève de la faim de 72 heures pour protester contre sa condamnation et contre le retard de la décision de la Cour de cassation du Maroc sur son appel final[6]. À ce jour, les autorités espagnoles n’ont pas offert à Ali Aarrass de recours effectif à la suite de la décision prise en 2014 par le Comité des droits de l’homme des Nations unies.

Comme Ali Aarrass possède également la nationalité belge, ses avocats ont sollicité à plusieurs reprises une assistance consulaire auprès de représentants diplomatiques belges, d’abord en Espagne puis au Maroc. Les autorités belges ont toujours refusé de lui fournir cette assistance jusqu’à ce que la Cour d’appel de Bruxelles leur ordonne de le faire en septembre 2014. La Cour a estimé que la Belgique avait l’obligation d’essayer d’empêcher toute violation grave des droits humains, en particulier tout traitement contraire à l’interdiction absolue de la torture, en utilisant les moyens à sa disposition, notamment en proposant une assistance consulaire[7]. Depuis, les autorités belges ont indiqué avoir demandé à rencontrer Ali Aarrass, mais que les autorités marocaines avaient refusé leur demande.

Pourtant, les autorités belges continuent d’ignorer ou de minimiser les allégations de torture très crédibles d’Ali Aarrass et n’ont pas exprimé leur soutien à la recommandation du Groupe de travail sur la détention arbitraire, qui avait préconisé la libération immédiate d’Ali Aarrass. Dans le même temps, elles ont fait appel de l’arrêt de la Cour d’appel.

Amnesty International a lancé des Actions urgentes en faveur d’Ali Aarrass[8]… « 

[1] Comité des droits de l’homme des Nations unies, Ali Aarrass c. Espagne, Communication n° 2008/2010, doc. ONU CCPR/C/111/D/2008/2010 (2014),

http://docstore.ohchr.org/SelfServices/FilesHandler.ashx?enc=6QkG1d%2fPPRiCAqhKb7yhsukPtYsnxNH1DBeueuCbK4jwPGwe3M2oABx %2bh92zd38dYn9cQujfnPoeuMrqmPCnoyT%2fpCAOsF5h5s46D%2bjrsLr9P%2fy0Batlebw2UwkSECLQ4CvYXYiuIEn6cuwwrzRPqQ%3d%

[2] d.

[3] Groupe de travail sur la détention arbitraire, Ali Aarrass c. Maroc, Avis n° 25/2013, doc. ONU A/HRC/WGAD/2013/25 (2014), http://www.un.org/french/documents/view_doc.asp?symbol=A%2FHRC%2FWGAD%2F2013%2F25&Submit=Recherche&Lang=F.

[4] Comité des Nations unies contre la torture, Ali Aarrass c. Maroc, CAT/C/52/D/477/2011, 24 juin 2014. 

[5] Comité des droits de l’homme des Nations unies, Ali Aarrass c. Espagne, § 12.

[6] Amnesty International, Ali Aarrass. « Les journées sont interminables mais tant que je suis conscient, je prends le dessus et je résiste à tout », 14 décembre 2015, https://www.amnesty.org/fr/latest/news/2015/12/ali-aarrass-letter-from-prison-the-days-are-endless-but-i-try-tostay-positive/.

[7] International State Crime Initiative, “Belgian court victory for Ali Aarrass”, 2014, http://statecrime.org/state-crime-research/belgian-courtvictory-for-ali-aarrass/.

[8] Amnesty International, Action urgente, Espagne. Un homme risque la torture en cas de renvoi au Maroc, 23 novembre 2010 (index : EUR 41/004/2010) ; et Espagne. Un homme renvoyé au Maroc par l’Espagne, 16 décembre 2010 (index : EUR 41/005/2010). Voir également, Déclaration publique d’Amnesty International, Maroc. Un homme ayant été torturé est maintenu en détention malgré les appels de l’ONU en faveur de sa libération immédiate, (index : MDE 29/4119/2016),

 

« J’ai pris ses mains glacées dans les miennes », lettre de Houria, la femme d’Ali Aarrass, sur sa visite à son mari à la prison de Tiflet 2

dans Lettres/Letters/Brieven par

Houria, la femme d'Ali AarrassSalam Farida,

Voici comme promis le compte rendu de la visite à Ali, ce lundi 2 janvier 2017.

Après de longues heures de route et d’impatience…. à travers le Maroc…de Melilla à Tiflet, nous sommes enfin arrivés à 12h30. J’étais accompagnée de Famma, l’épouse de ton père et de son frère Allal. Allal qui a toujours été là pour nous amener et nous ramener à travers ces très longs chemins, sans jamais émettre la moindre plainte, est obligé de rester dehors. Il n’a pas le droit de voir Ali, mais pour lui, le fait que nous puissions nous le faire, est déjà une grande récompense.

Le fonctionnaire qui se trouve à la porte m’a reconnue immédiatement. 
Avant même que je ne dise le nom de mon mari, Ali Aarrass, le voilà qu’il me devance et le dit à ma place. Il nous demande de bien vouloir attendre un peu car Ali avait déjà une visite….que j’ignorais. L’un de ses avocats s’entretenait avec lui. Nous avons donc patienté une demi heure et c’était à notre tour d’y aller. Il est donc 13 h lorsque ce même fonctionnaire est venu nous chercher. Nous avons croisé l’avocat, qui n’a pas voulu nous retarder et après nous avoir salué et échangé quelques mots, s’en alla.

Après avoir examiné tout ce qui est administratif, on a enfin pu passer par la fouille des affaires qu’on lui a apporté. Je lui avait apporté entre autre, deux couvertures, car ils avaient permis aux familles d’en apporter pour l’hiver et à celles ci de les récupérer après cette saison froide. Malheureusement, celles que j’ai apporté à Ali, ils me les ont refusées. Ils disent qu’elles ne répondent pas aux critères demandés. J’en ai eu le coeur gros de savoir qu’après cette tentative Ali n’aura pas plus chaud.
Ils m’ont montré un modèle, je veillerai à les lui ramener dès ma prochaine visite. 
Tant qu’il est soumis à un tel isolement, j’ai l’intention de lui rendre visite au moins une fois par mois, afin de lui apporter un maximum de réconfort. J’aurais tellement aimé le voir plus souvent, mais comme je dois compter sur d’autres personnes pour y aller, c’est un peu compliqué.

Ensuite on nous indiqué la salle de visite. En y arrivant j’aperçois deux familles avec leur proche détenu. 
Dans un coin il y avait deux gardiens assis à une table pour la surveillance.
Famma et moi nous sommes installées à une table. 
Un peu plus loin, il y avait un un jeune couple avec leur petite fille. 
Dès que la petite fille m’a aperçue, elle est venue à notre table. Elle voulait que je la prenne dans mes bras. Je l’ai prise et elle a mis ses bras autour de mon cou et n’arrêtait pas de m’embrasser. J’étais très surprise par toute l’affection que cette petite me donnait. Famma regardait la scène d’un air on ne peut plus étonné. Son père l’appelait mais celle ci refusait de les rejoindre à leur table. 
Son père avait un accent français sûrement qu’il était d’origine française. Je me suis donc mise à parler avec cette adorable petite fille qui parlait le français. Elle s’appelait Mimouna et avait 4 ans. Elle me disait qu’elle voulait rester avec moi, qu’elle serait très sage et n’allait pas pleurer. Je lui ai demandé d’aller profiter de ce moment avec son papa mais rien à faire. La voilà qui me dit, que sa maman n’arrêtait pas de pleurer. Ça m’a fendu le coeur car je comprends très bien la situation. Cette petite ne comprend pas encore où se trouve son père, elle représente l’innocence même.

Soudain, Ali vient d’entrer dans la salle et se dirige vers nous. La petite le voit et se précipite vers lui. Ali était surpris par l’attitude si douce de ce petit ange. 
Je lui ai expliqué que ses parents étaient à l’autre table mais rien n’y faisait, elle préférait rester avec nous. 
Il a du la poser sur une chaise pour pouvoir nous serrer fort dans ses bras. 
Il me dit que la situation est toujours la même, que rien n’a changé Il est toujours en isolement total. Aucun contact humain. 
Pendant qu’il raconte je prends ses mains dans les miennes. Elles sont glacées ! 
Je vais les garder entre les miennes pour essayer de les réchauffer.

Il me parle de son état de santé, qu’on lui a fait faire des examens chez un urologue.
Qu’on lui a prescrit un traitement car le médecin lui a dit qu’il avait une inflammation. 
Je lui ai demandé comment il gère ses moments de solitude. 
Il me répond qu’il lit beaucoup. Il dessine. Il écrit. 
Il pense beaucoup à sa famille et aux personnes qui le soutiennent. Leur courrier lui permet de renforcer son moral. Il est très touché par le nombre de personnes qui le soutiennent et le motivent par l’envoie d’une lettre, une carte postale, les magazines, des livres… Il m’a dit de bien remercier toutes ces personnes qui pensent à lui. 
Pendant que Ali parlait je l’observais et ai remarqué qu’il a maigri depuis la dernière fois que je l’ai vu. Cela ne fait pourtant qu’un mois. 
La nourriture qu’on lui donne n’est pas terrible mais en plus il n’a pas eu droit aux extra depuis un moment déjà. 
Il mange pour subsister…
Je lui apporté pleins de fruits pour qu’il ait au moins un peu de vitamines et de l’énergie. 
Chaque fois qu’on viendra le voir, on va l’approvisionner en fruits. 
 Une visite par mois, lui fera le plus grand bien je pense.

Le papa de la petite Mimouna l’appelle. C’est l’heure de partir avec sa maman. Elle nous fais à tous un gros bisou avant de partir.

Ali me dit que c est un vrai petit ange dans cet endroit funeste. 
On est resté les derniers, on a profité de chaque minute. Famma lui a donné des nouvelles de toute la famille. 
Alors que lors de la dernière visite nous n’avions eu droit qu’à une demi heure de temps, voilà que cette fois ci le temps s’écoule sans qu’on y prête attention et sans le réaliser, nous avons passé presque deux heures en sa compagnie.

C’était comme si tout s’arrêtait autour de nous. 
Des moments de bonheur intense, même dans de telles conditions. 
Famma et moi avons fait tout notre possible pour lui transmettre un maximum d’ondes positives et ainsi le renforcer aussi bien moralement que physiquement.

Je n’oublierai pas cette journée si particulière. 
Cette petite Mimouna qui a contribué malgré elle à nous faire presque oublier l’endroit lugubre où l’on était… 
Comme l’a dit Ali un vrai petit ange … 

Houria, épouse d’Ali Aarrass

 

« Ali, on ne t’oublie pas », un article dans Ensemble ! Pour la solidarité, contre l’exclusion (n°92, décembre 2016-janvier-février-mars 2017)

dans DANS LA PRESSE par

Source  

« …Ali, on ne t’oublie pas ! Ali Aarrass est ce Belgo-Marocain qui purge une peine de prison de douze ans au Maroc pour cause de « participation aux activités d’un groupe terroriste ». Il a toujours clamé son innocence et, d’après ses avocats, son dossier ne contient pas le plus petit élément de preuve. Ses « aveux » ont été obtenus sous la torture. Diverses institutions onusiennes réclament depuis des années sa libération, ainsi que l’ouverture d’une enquête sur ses conditions de détention. En vain. Quant à la Belgique, elle refuse toute forme d’assistance à Ali Aarrass, qui est pourtant (aussi) citoyen belge. Pourtant, plusieurs juridictions ont déjà condamné la Belgique à lui porter assistance. L’affaire est aujourd’hui « pendante » devant la cour de cassation. Les proches d’Ali, ainsi que des citoyens et des artistes engagés, n’abandonnent pas le combat. Manu Scordia, dessinateur à Ensemble !, vient de lui consacrer une BD Je m’appelle Ali Aarrass, aux dessins sombrement réalistes. Farida, la sœur d’Ali, a, elle aussi écrit un livre où se croisent des « Lettres de prison » et le « Journal d’une grève » (de la faim, menée par son frère). Poignant. Pour se procurer les livres : ASBL ESG, 0486/703.215… »

ensemble92-decembre-2016-mars-2017-ali-aarrass

1 2 3 76
Aller à Top