Author

admin - page 2

admin has 817 articles published.

Le Choeur d’Ali Aarrass : programme des bords de scène !

dans ACTIONS/ARTS par
Alexis Deswaef

Le Chœur d’Ali Aarrass, écrit et mis en scène par Julie Jaroszewski, se produira au Théâtre National du 23 au 27 avril 2019

Citoyen belgo-marocain, Ali Aarrass a été soupçonné de terrorisme et arrêté en Espagne en 2008. Jugé et ayant bénéficié d’un non-lieu, il est ensuite illégalement extradé vers le Maroc, où il n’a pourtant jamais vécu. Il y est emprisonné depuis 2010 à la suite d’aveux obtenus sous la torture. Amnesty International ainsi que de nombreux artistes belges ont appelé plusieurs fois le Ministère des Affaires étrangères à intervenir. En vain.

Soudées autour de Farida Aarrass, la sœur d’Ali, militantes, comédiennes, chanteuses professionnelles et amatrices se mobilisent et puisent leur force dans cette sororité. La musique et le théâtre redonnent de la puissance à leur action afin d’échapper à la tragédie. Une tragédie au continuum colonial depuis 1492, que Julie Jaroszewski traduit en 5 actes afin d’exposer le récit complexe d’Ali Aarrass et le remettre en jeu. A travers cette histoire c’est bien l’histoire de tous les binationaux qui est au centre du propos.

Chaque soir, l’équipe artistique invite à prolonger le spectacle par le biais de rencontres avec un·e invité·e autour de l’un des aspects thématiques de la création :

  • 23/04 : Nadia Fadil (Anthropologue, IMMRC – KULeuven), « L’islamophobie ou les paradoxes de l’intégration »

L’Islam serait-il devenu le principal référentiel autour duquel s’organise la rhétorique civilisationnelle et sécuritaire ? A la fois sommés de s’intégrer et constamment renvoyés à une identité communautaire fantasmée, les citoyen.ne.s de confession ou d’apparence musulmane sont en permanence appréhendés comme des sujets suspects et menaçants. Comment s’affranchir de ce paradoxe ?

  • 24/04 : Alexis Deswaef (Avocat au barreau de Bruxelles et Président d’honneur de la Ligue des Droits humains), «Binational et demi-citoyen »

L’Etat peut-il échapper à ses obligations ? En inscrivant en 2018 le principe de non-protection consulaire des binationaux dans la loi, telle est la manœuvre opérée par l’Etat belge afin de se soustraire au devoir d’assistance consulaire à l’égard d’Ali Aarrass. Quel espoir offre la Cour constitutionnelle de casser cette législation raciste ?

  • 25/04 : Saïd Bouamama (Sociologue et militant), « Aux racines coloniales de l’anti-terrorisme »

Développées par les puissances coloniales pour maintenir leur domination, les méthodes de contrôle et de renseignement ont servi à la domestication des corps et des espaces. Comment les dispositifs sécuritaires contemporains s’inscrivent-ils dans cette continuité ? Selon quelles modalités la lutte contre le terrorisme cristallise de nouvelles politiques d’exclusion et de ségrégation ?

  • 26/04 : Olivier Neveux (Professeur d’histoire et d’esthétique du théâtre à l’Ecole normale supérieure de Lyon), « Se rendre justice par le théâtre » 

Et si le théâtre n’était pas seulement là pour constater, dénoncer, alerter, conscientiser, interpréter ? S’il se donnait à lui-même d’autres perspectives ? Des perspectives politiques au sens où il faut bien, sous peine que cela n’en finisse jamais, partout et avec les armes propres de cet art, se soucier de produire quelques autres effets que la pédagogie et l’indignation.

  • 27/04 : Selma Benkhelifa (Avocate – Progress Lawyers Network), « Du racisme juridique au racisme d’Etat »

Indissociable du contexte idéologique qui la produit, la Loi est, comme tout dispositif institutionnel, porteuse d’un message politique. Face à l’extrême-droitisation incessante du champ politique en Belgique et en Europe, comment sert-elle d’instrument à l’Etat et ses différentes instances pour organiser et justifier la domination raciale ?

Interview exclusif de Farida Aarrass, coryphée du Chœur d’Ali Aarrass : « Le Choeur d’Ali Aarrass est une invitation à la rencontre de l’autre, comme Ali l’a souhaité »

dans ACTIONS/ARTS par

Un interview par Luk Vervaet

Je reviens de la manifestation devant le consulat de Grande-Bretagne à Bruxelles contre l’extradition de Julian Assange aux États-Unis. En pensant à toutes ces manifestations contre l’extradition d’Ali Aarrass au Maroc que nous avons organisées en 2010. En espérant que la question des extraditions deviendra enfin un point d’intérêt et de mobilisation du mouvement démocrate. Le Chœur d’Ali Aarrass au Théâtre national serait-il le signe d’un éveil ? Je pense à toutes ces conférences contre l’extradition d’Ali Aarrass, avec Farida Aarrass pour le Comité Free Ali, avec le papa de Hicham Bouhali Zrouil, Belgo-marocain extradé par la Syrie vers le Maroc en 2011, avec la femme de Nizar Trabelsi, Tunisien extradé illégalement par la Belgique vers les États-Unis en 2013. La personne qui cristallisait cette modeste opposition aux extraditions illégales s’appelle Farida Aarrass. Je rencontre Farida, celle que Julie Jaroszewski appelle le coryphée du Chœur d’Ali Aarrass, la cheffe de chœur dans la Grèce antique, pour une Interview juste avant une énième répétition. Dans un établissement pas loin du Théâtre National où se présentera le Chœur les 23, 24, 25, 26 et 27 avril prochains.

Luk Vervaet (LV) : Farida, je te connais depuis dix ans à la tête de la campagne pour la libération de ton frère Ali. On a fait d’innombrables manifestations, interpellations, soirées, pétitions ensemble. Maintenant te voici sur la scène du Théâtre National. Qu’est-ce que ça signifie pour toi ? Le prolongement d’une lutte ? L’aboutissement d’une campagne ?

Farida Aarrass (FA) : Pour moi il s’agit là d’une victoire supplémentaire dans la lutte pour la libération d’Ali Aarrass.  Qui aurait dit qu’un jour un groupe de femmes « Le choeur d’Ali Aarrass » allait porter le message d’Ali au sein du Théâtre National.  Je pense que toute lutte connaît une succession d’événements qui évoluent dans un sens parfois inattendu. Dans ce sens, le Chœur est une suite logique dans la lutte. Mais ce qui est encore plus surprenant, et très beau d’ailleurs, ce sont les différentes rencontres avec des personnes tout au long de cette lutte pour Ali. Elles produisent et contribuent à ces changements. Il y a, par exemple, tout au début la rencontre avec Nadia, Nadine, Nordine et toi Luk en 2009, vous avez été les premières personnes à me faire confiance, à m’avoir aidé à construire et porter cette campagne. Cela, je ne l’oublierai jamais. Et puis il y a tous ces accompagnements fidèles de ta part pendant toutes ces années. Je tiens à ce que tu notes cela. J’y tiens énormément. Je ne néglige pas le fait qu’Ali n’est pas le seul à supporter des injustices. Toi aussi tu as payé ton tribut en défendant des personnes devenues pour beaucoup “indéfendables”. Autour de mon frère discriminé au plus haut point, des personnes auraient pu également subir des conséquences. Certains ont préféré s’en aller, d’autres continuent fidèlement malgré et contre tout.

LV : À propos de ces dix ans de lutte pour Ali, certains disent : mais à quoi a servi tout cet engagement, Ali est quand même toujours en prison ?

FA : C’est une question qui revient souvent. Je ne la critique pas, il faut la poser. Mais je pense qu’on ne comprend pas bien le sens d’une lutte. Nous avons obtenu plusieurs victoires tout au long de celle-ci. La première est qu’en ayant soutenu Ali tel que nous l’avons fait, nous sommes parvenus à le préserver de tous les maux que le sentiment d’abandon peut causer. La deuxième est qu’on a réussi à sauvegarder sa dignité, à lui rendre sa vraie identité, et non pas celle qu’ils avaient fait de lui. Quand on dit que vous êtes un terroriste, on prétend que vous êtes une personne capable du pire. Il y a eu bien sur tout le combat juridique, mais aussi celui mené au sein de l’opinion publique pour qu’on sache qui est vraiment Ali Aarrass. Ensuite, pendant ces dix années de lutte nous avons pu dévoiler le vrai caractère d’un système défaillant, qui considère une partie de la population, les binationaux, comme une sous-catégorie de citoyens. Un système qui n’obéit pas aux nombreux rapports des comités de l’ONU qui dénoncent l’extradition, la torture, la détention arbitraire d’Ali. Cette longue lutte a aussi inspiré pas mal de personnes, de binationaux, de jeunes qui m’arrêtent dans la rue pour me dire qu’on est devenu un exemple pour eux. Et même si une lutte ne rapporte pas un résultat escompté, il est important de la mener, de la tenir, de la perdurer jusqu’aujourd’hui.

LV : Dans le passé, tu chantais déjà, en espagnol, en français et en arabe. Aujourd’hui, te voilà sur scène au Théâtre national ! Cette fibre artistique a toujours vibré en toi ?

FA : Chanter a toujours fait partie intégrante de ma vie. Je pense que je le dois grandement à l’éducation des nonnes catholiques de Melilla, qui m’ont bercée dans le chant, le théâtre, les danses flamenco, mexicaines,… Ça m’a fait tellement de bien en tant qu’enfant, que je n’ai jamais voulu m’en défaire. Dans le passé, j’ai chanté dans des chœurs de femmes, en arabe. Langue que j’ai un peu apprise avec mon mari qui est syrien. Il y a eu des chants pour la Palestine et pour d’autres causes.

LV : Je suppose qu’il y a aussi des personnes qui n’aiment pas qu’une femme musulmane endosse ce rôle d’artiste et se mette en scène…

FA : Déjà en Islam il y a différentes écoles et interprétations des textes et des écrits à ce sujet. Selon où qu’on se place, ça pourrait effectivement être mal interprété ou perçu par certaines personnes. Mais jusqu’à présent je n’ai reçu que des félicitations. Je n’ai pas entendu de critiques. Peut être que ça viendra, mais je ne m’inquiète pas. Pour arriver à ce stade-ci, il m’a fallu avoir de l’audace et faire confiance à mes valeurs et principes. Je crois à ce que je fais et je sais pourquoi je le fais. Il s’agit de défendre une cause et de faire passer un message important. Pour moi, la femme musulmane a trop souvent, volontairement ou pas, par déception ou par choix, quitté la sphère publique pour ne se retrouver que dans le noyau familial. Comme beaucoup de femmes non musulmanes d’ailleurs. Nous pouvons entendre des personnes se plaindre du racisme sans pour autant essayer d’aller vers l’autre. Il faut commencer par le début. Se rencontrer, se connaître, apprendre les uns des autres, se respecter, s’accepter. Je me dis qu’on aura beau travailler à la déconstruction des clichés, de la stigmatisation et stéréotypes, sans la volonté sincère d’apprendre les uns des autres, nous risquons de patauger longtemps dans l’immobilisme. Il faut sortir, se rencontrer, se mélanger, … Que chacun contribue, par l’apport de ses propres richesses culturelles, à l’embellissement de notre société. Mettre de côté nos malaises, notre méfiance et nos complexes respectifs. Occupons nos places, agissons. La représentation du chœur d’Ali est un appel à une libération des esprits. Un moyen de construire des ponts à la place des murs que nous voyons s’édifier autour de nous.

LV : C’est ce message que tu souhaites faire passer à travers le Chœur d’Ali ?

FA : Je repense aux propos d’Ali après les attentats de Bruxelles en 2016, adressés aux Belges, sans distinction aucune. Où il disait qu’il était triste de ne pas pouvoir leur dire de vive voix toute sa tendresse. Déposer une bougie, une fleur sur les lieux des attentats. Il nous disait que l’après attentat serait encore plus difficile que le pendant. Que toutes les maladies dont souffrait la société deviendraient encore plus évidentes. Qu’il ne fallait surtout pas que la haine nous envahisse. Qu’il fallait aller à la rencontre de l’autre. Que la rencontre de l’autre et l’unité devaient être notre réponse, notre solution. J’entends ces propos comme les miens. Ali me surprend depuis le début de cet horrible cauchemar. Sa force de caractère, son courage et sa résilience ont forcé mon admiration. Après 11 années de détention arbitraire et tous les mauvais traitements subis, il nous rappelle avec des mots simples à la sagesse et au bon sens. J’ignore d’où il puise cette belle énergie positive. Malgré la terrible injustice qu’il vit, il s’est toujours intéressé à ce qui se passe loin de lui et nous met tous en garde contre les pièges. Avant qu’il soit en prison, Ali était déjà très bienveillant et c’est comme si cette dure épreuve l’avait encore renforcé. Il restera comme ça. Anne marie Loop lira ce message d’Ali pendant la pièce. C’est pour moi le message central. Le Chœur d’Ali Aarrass voyage dans le temps. Nous traversons cinq siècles. On parle de la colonisation, du partage de l’Afrique… Nous sommes bien conscients que la génération actuelle n’est pas le colonisateur d’antan, mais cette histoire doit nous aider à nous repositionner, à nous demander ce que nous sommes devenus. À nous poser la question : voulons-nous un monde meilleur en y apportant les changements nécessaires ou allons-nous continuer dans le même sens ? Chacun et chacune doit endosser sa part de responsabilités. La paix, ne pas céder à la haine, n’est pas qu’une question de volonté, il s’agit d’un devoir qui représente un boulot monstre, mais réalisable si nous nous y mettons ensemble.

LV : dans une critique parue sur le site de La Ligue pour les droits humains, on dit que tu es la personne autour de laquelle les femmes du Chœur se sont soudées…

FA : Julie fait un travail phénoménal. Je trouve son talent de metteuse en scène exceptionnel. Mais ce que j’aime le plus chez elle, c’est son respect pour les autres. Son intelligence émotionnelle, son empathie. Elle expose ce qu’elle a écrit, elle me demande mon avis, nous en discutons. Elle a réussi un réel exploit. A mettre sur scène une vingtaine de femmes d’origines, de confessions, de philosophies, de générations différentes. Des femmes qui s’appliquent à cette représentation dans une magnifique sororité, pour défendre la cause d’un homme qui refuse de se laisser bâillonner. Un homme innocent qui a réussi malgré son calvaire, à rassembler au-delà des mers et des frontières. Nous sommes devenues tel une famille. Nous suivons les conseils d’Ali. Nous apprenons à nous connaître et à respecter nos différences. A écouter nos sensibilités. J’espère que toute cette sensibilité sera transmise au public et que le message d’Ali aboutisse concrètement. Ces femmes, nous toutes, sommes soudées autour d’Ali. C’est à lui que nous devons d’être là aujourd’hui et de partager ces merveilleux moments. C’est Julie qui a eu l’idée de me nommer le coryphée de la pièce. Je l’accepte en toute modestie. Je fais partie de ce chœur au même titre que chacune. Je ne suis pas plus importante. Nous en avons discuté entre nous et je souhaite être perçue en tant que résistante comme elles. Il se fait que je suis la sœur d’Ali et que je chante les passages choisis par Julie, mais je ne veux pas avoir le statut de la pauvre femme qui se bat pour son frère. Je suis une personne avec une certaine force, grâce au soutien apporté par d’autres personnes, parce que seul on n’y arrive pas, c’est important de le souligner. C’est l’ensemble qui compte, que ce soit au sein du Comité Free Ali ou au sein du Chœur, sans ça on n’est rien. Ce sont les autres qui te nourrissent avec de nouvelles énergies, pour persévérer dans un combat qui est extrêmement difficile et épuisant. Et à son tour, c’est la persévérance qui force le respect et qui apporte ses fruits à un certain moment. Je ne suis pas une pauvre victime. Je réclame le statut de victime uniquement vis-à-vis des juridictions, pour obtenir mes droits et ce qui nous est dû. Mais par rapport à la société dans son ensemble, non. Je résiste.

LV : Tu ne témoignes pas seulement pour Ali, mais aussi sur le vécu des familles de détenus.

FA : Les familles des détenus subissent les dommages collatéraux. Ceux qui vivent l’enfermement d’un proche, voient se produire un véritable cataclysme dans leur vie. Pour les parents, pour sa femme, c’est horrible. Mon père était déjà malade avant l’incarcération d’Ali. Ma maman est très atteinte psychologiquement par tout cela. Avant son incarcération, Ali lui téléphonait tous les jours. Tout cela a pris fin. Moi j’ai été contrainte d’abandonner des responsabilités familiales. Me focaliser sur le danger qui guettait mon frère. Pour moi, il était hors de question de l’abandonner. Malgré mon sentiment d’impuissance face au mépris qui nous était constamment témoigné, je ne me suis jamais donné le droit d’arrêter. C’est très dur, très éprouvant, extrêmement fatiguant et long. Mais mon frère est innocent.  Je connais mon frère mieux que personne. J’ai toujours eu droit à toutes ses confidences. C’est un homme droit, juste et aimant. Le voir ainsi traité a été pénible. Depuis le début de sa mise en détention, j’ai senti un poids extrêmement lourd sur les épaules. Un sentiment d’impuissance devenu un supplice qui par moments a failli avoir raison de moi. Mais devant une telle injustice il fallait parler, dénoncer, ne surtout pas se taire. Se taire, c’est frustrant et culpabilisant. Puis Ali n’en voulait pas du silence. Il a toujours souhaité qu’on dénonce. Pour lui mais aussi pour les autres. Il s’agit de se rendre justice. Oui, il est possible que se taire puisse amener à une grâce royale, mais c’est sans garantie aucune, parce qu’on est dans l’arbitraire. Nous avons souvent été dans l’incertitude la plus totale. Bien sûr, si tu décides d’en parler le détenu peut en subir les conséquences, et en même temps ça peut le protéger. Mais il est surtout question de valeurs. Quand nous avons des principes, notre sens de l’honneur compte. Il nous est impossible de troquer le silence contre la sécurité. Nous avons décidé de ne pas plier et ça porte son lot de consolation et de fierté. C’est important, on en ressort grandis. Avoir le sentiment d’avoir assumé notre responsabilité morale vis-à-vis du monde entier. Taire de telles violences équivaut pour nous à en devenir complices.  

LV : Est-ce qu’Ali sait que le Chœur se présente au Théâtre National ?

FA : Oui, il le sait, mais je ne sais pas s’il réalise ce que veut dire tout ça, parce qu’il est coupé du monde extérieur, il n’a pas d’images. Il ne reçoit pas son courrier et mes contacts avec lui sont limités à cinq minutes au téléphone chaque semaine, menotté. Mais c’est continuellement qu’il remercie tout le monde. Qu’il est de tout cœur avec le Chœur. Julie, pour lui, c’est la colombe blanche. Je sens que cela lui fait quelque chose, de ne pas être oublié. Il sait qu’il est devenu un personnage public. C’est aussi une victoire. 

Merci Farida !

A lire aussi : Le Choeur d’Ali Aarrass sur le site de La Ligue pour les Droits Humains

Pour réserver vos places : Le Choeur d’Ali Aarrass au Théatre national 23 > 27.04.2019 

 

 

 

Interview de Julie Jaroszewski, autrice et metteuse en scène du Chœur d’Ali Aarrass : « Un pacte me lie à Ali Aarrass. C’est ça qui me tient… »

dans ACTIONS/ARTS/DANS LA PRESSE/Evénements par

 Un interview par Luk Vervaet

Dans les stations de métro de Bruxelles, un poster magnifique du Théâtre national invite à la représentation du Chœur d’Ali Aarrass les 23,24,25, 26 et 27 avril prochains. Comme Fatima Isma (photo dans la station Rogier), j’en prends une photo. Pour moi, comme pour mes camarades qui ont commencé la campagne Free Ali Aarrass il y a dix ans, c’est un moment historique. Qui aurait pu s’imaginer Ali Aarrass dans les métros de la capitale ? Il y a quelques années, j’avais vu la pièce « Waiting » sur les familles de détenus à Guantanamo de Victoria Brittain. J’ai tourné avec la pièce de Jean-Marc Mahy Un Homme debout. Il y a les films extraordinaires sur les prisonniers républicains en Irlande du nord. J’ai toujours rêvé qu’un artiste fasse une pièce de théâtre sur l’affaire Ali Aarrass.  Et voici Ali Aarrass au Théâtre national.

Julie Jaroszewski (° 1982) est la force motrice du Chœur d’Ali Aarrass. Elle est, avec Farida Aarrass, l’auteur des textes et la metteuse en scène. J’ai rencontré Julie pour la première fois il y a quelques années lors d’une conférence de presse sur une grève de la faim d’Ali. Je l’avais organisée dans le local du Parti Egalité, avec la participation de Dounia Alamat et de Farida Aarrass. Il y avait la RTBF et il y avait Julie Jaroszewski pour ZinTV. Depuis, elle a participé à toutes les actions pour Ali, pour ensuite se lancer dans ce projet hors du commun qui s’appelle le Chœur d’Ali Aarrass. Après un passage en version courte au Festival de Libertés et au Festival XS, le Chœur sera sur scène pour la première fois en version longue (90 minutes) au Théâtre national.  Rencontre et interview dans un café bruxellois.

Luk Vervaet (LV) : Julie, quand j’entends ton nom, je lis une histoire polonaise ?

Julie Jaraszewski (JJ) : Oui, c’est exact. Mais c’est une histoire effacée. J’ai un nom polonais. Les racines juives ou tziganes qu’on pourrait avoir ont été cachées. Pour nous préserver. On n’en parlait pas. Et ainsi, la deuxième guerre mondiale est passée pour ma famille, comme pour n’importe quelle autre famille. L’immigration de mes grands-parents date des années 1920. Mais elle est restée ancrée en moi, j’y suis attachée, avec un sentiment de refus de me désintégrer. J’ai des grandes zones d’ombre. Je cherche à exhumer cette histoire. Récemment j’ai découvert le nom du village dont ils sont venus, qui n’était pas en Pologne mais en Tchécoslovaquie. Une terre devenue polonaise en 1938. J’ai découvert que c’est l’industriel Schneider, chez qui mon grand-père travaillait dans une usine à la frontière entre la Belgique et la France, qui a dessiné ces nouvelles frontières. Que mon arrière-grand-mère avait un nom, que des amis tziganes identifient comme ayant possiblement une étymologie Kalé, langue d’origine des Gitans. C’est certainement tout cela qui m’a rapproché de l’histoire d’Ali et de Farida.

LV : Julie Jaroszewski chante Kurt Weill, Julie est chanteuse de jazz, du classique, du folk, des chansons populaires de la résistance, comédienne, coréalisatrice de film, metteuse en scène… une artiste pluridisciplinaire ?

JJ : Le Burkina Faso a joué un grand rôle dans la perception de ma fonction en tant qu’artiste. Au Burkina, j’ai appris que la division entre les danseurs ou les comédiens et les différentes formes d’art n’a pas lieu d’être. J’ aimerais pouvoir effectuer le travail opéré par ce qu’on appelle en Afrique « les griots », qui sont des passeurs de mémoire, qui chantent, racontent ou dansent des histoires du temps passé pour opérer la transmission au temps présent. Ils se tiennent aux côtés des chefs guerriers, peuvent penser avec eux les moments opportuns d’une bataille, parce qu’ils tiennent en mémoire la jonction du passé au présent. J’essaie d’être la bonne griotte des Aarrass.

LV : Tu me parles du Burkina Faso. Tu participes à la campagne contre l’intervention américaine au Venezuela. D’où te vient cet internationalisme, cette connexion avec les peuples du Sud et leurs luttes ?

JJ : Dans les années 1970 ou 1980, l’internationalisme était une chose tout à fait normale, non ?  Je suis consciente qu’aujourd’hui il n’est plus présent comme à cette époque, mais j’espère que cette tradition internationaliste reviendra. L’internationalisme fait partie de mon enfance. Quand j’étais petite, il y avait des réunions d’Amnesty chez nous, mes parents m’envoyaient au lit sauf quand il y avait des réunions politiques. Là, disait ma mère, je pouvais apprendre ce que je n’apprenais pas à l’école. Je me souviens d’une atmosphère de communion, d’une ambiance de fête. A 17 ans j’ai fait le grand saut d’un petit village en Wallonie vers l’INSAS, une des grandes écoles de théâtre dans la capitale.  Nous étions 130 candidats à l’entrée dont on retenait 15. J’en faisais partie. J’avais une énergie brute. Au début, j’avais vraiment des difficultés à trouver ma place. J’étais une petite paysanne à l‘accent wallon, qui sortait d’un petit village. Après un an, je suis partie au Burkina Faso pour deux mois. C’était mon premier séjour dans ce pays et des dizaines d’autres allaient suivre. Là j’ai compris pour la première fois que j’étais blanche. Là, j’ai appris qu’il n’y avait pas une seule manière pour faire les choses. Assise sur la tombe de Sankara, j’ai découvert une philosophie de la résistance. Une science de la vie qui s’est transmise. Au point où je me sens à présent étrangère à Bruxelles, avec un sentiment d’appartenance profonde à l’Afrique. Et, ça peut te sembler bizarre, c’est aussi le Burkina qui m’a rendu ma fierté en tant que Wallonne, une fierté de ma grand-mère. Finalement la Wallonie, c’est aussi le Sud, c’est aussi la périphérie. Quand je montrais le film sur les tirailleurs marocains à ma grand-mère, elle était en larmes : « mais enfin pourquoi on leur a fait ça ? pourquoi ils nous ont menti ? ».

LV : Comment as-tu découvert l’affaire Ali Aarrass ?

JJ : D’abord via Facebook. Et je dois bien avouer que j’ai mis du temps à m’en rapprocher parce que l’accusation de terrorisme me faisait peur. Le « Il n’y a pas de fumée sans feu » a aussi agi sur moi. Ce sont l’avant-dernière grève de la faim d’Ali et ma participation à la conférence de presse avec toi, Dounia et Farida qui ont fait le déclic. L’émotion de Farida, mais aussi celle de l’avocate Dounia. A partir de ce moment ce n’était plus possible pour moi de tenir la caméra, je devais passer de l’autre côté.

LV : Il y a pas mal d’artistes qui ont fait des poèmes et des chansons magnifiques autour de l’affaire Ali Aarrass, mais toi tu as amené la musique au sein des actions et des manifestations. Pour aboutir au Chœur d’Ali Aarrass.

Je me disais qu’en échange des informations politiques ou historiques transmises par les militants, je pouvais mettre à disposition mes connaissances dramaturgiques, qui sont aussi techniques. Lors des manifestations, je voyais des gens crier et, les voyant devenir aphones le jour après, je ne pouvais pas rester silencieuse, sans transmettre des compétences basiques de chanteuse pour identifier le diaphragme et ainsi renforcer le soutien.

LV : A chaque fois tu essayais de transformer une manifestation devant le ministère des affaires étrangères en chorale militante …

JJ : Je crois au pouvoir du cœur, avec et sans ‘h’. Comment faire chœur, qui est la représentation du peuple ? Ce peuple qui est belgo-belge, wallon, maghrébin, tzigane, musulman, chrétien, athée…C’est aussi ça l’histoire de Farida et d’Ali Aarrass et des gens qui les soutiennent, et sont composés de tous ces couches d’identités. J’ai réalisé que la presse ne pouvait pas comprendre cela dans des temps si courts. Qu’il fallait la transmission du peuple, notre propre écriture.  Il y a la volonté aussi de réinscrire l’histoire d’Ai et de Farida, dans l’histoire du continent africain, car c’est là que Mélilla est géographiquement située. C’est fondamental. Et c’est ajouté à cela la guerre contre le terrorisme à l’échelle mondiale, ainsi que ses dérives. Mais la lutte contre le terrorisme n’est-elle pas le prolongement de la lutte contre « le barbare » ? De la déshumanisation constante à partir du fait colonial ? Depuis des siècles et prenant toujours des formes nouvelles. Quand on analyse l’histoire d’Ali, on peut constater que son père et son grand-père ont tous été pris dans le même piège des empires et des états-nations.

LV : D’où vient alors l’idée de créer une représentation théâtrale autour de l’affaire Ali Aarrass ?

JJ : De la frustration de voir paraître, dans le meilleur des cas, des communiqués de presse de la campagne Free Ali Aarrass, où des phrases essentielles avaient sauté.  Ou d’être réduits à deux minutes d’infos dans un JT, où il n’y a pas de lien entre cause et effet. C’est le cinéma qui m’a appris l’importance du montage. Qui remet en question une soi-disant objectivité. Elle n’existe pas. Ce n’est que la négation du rapport de force. Godart a dit :  » l’objectivité c’est 5 minutes pour les juifs et 5 minutes pour Hitler ».  Pour Ali et Farida, ça veut dire que, bien qu’il y ait eu un non-lieu pour Ali en Espagne, bien que l’ONU ait dit qu’Ali a été extradé illégalement au Maroc, bien qu’il ait été reconnu qu’il a signé des aveux sous la torture, ces infos majeures ont du mal à passer, ce serait perçu comme un manque d’objectivité. Mais donner cinq minutes à Ali et cinq minutes à l’Etat… est-ce qu’on considère qu’ils ont les mêmes forces à être représenté ?

LV : Une représentation théâtrale qui prend parti dans ce rapport de forces et qui veut raconter toute l’histoire d’Ali ?     

JJ : Je veux montrer comment l’histoire coloniale et des empires a profondément marqué la vie des Aarrass, qui à l’origine sont des Amazight, des « berbères », des ‘barbares’, des non-grecs. L’histoire d’Ali et de Farida, c’est aussi l’histoire du père et du grand-père. C’est sur trois générations qu’on peut percevoir un système. Le grand-père était aux côtés de Abdelkrim Kattabi dans sa lutte contre l’Espagne et la France et son peuple a été bombardé de 400 tonnes de gaz-moutarde par la France et l’Espagne avec le concours de l’Allemagne. Le père était un dirigeant de campagne pour les droits civiques des habitants de Melilla, colonie espagnole, qui ne recevaient pas la nationalité espagnole. Ils étaient recensés, mais n’avaient pas de citoyenneté espagnole. La vie des Aarrass aurait été totalement différente s’ils avaient reçu cette nationalité. L’hyspano-marocain arrêté dans le cadre de la même enquête qu’Ali Aarrass, et qui a bénéficié tout comme lui, d’un non-lieux prononcé par le juge Balthazar Garzon, n’a pas été extradé et a été remis en liberté. Ils ont dû se faire enregistrer au Maroc pour pouvoir émigrer en Belgique. Leur histoire rejoint celle de beaucoup de gens qui se retrouvent dans des zones de non-droit et de non-être, et où les administrations de l’état ne les protègent pas.

LV : Quelles sont tes sources ?

JJ : Bien sûr il y a Brecht, Pasolini… Mais c’est surtout ma rencontre avec Thierry Deronne , un Belge qui vit au Venezuela depuis trente ans et qui est à l’initiative de l’Ecole Populaire de Cinéma et de Théâtre Latino Américain et dernièrement de Terra Tv, une télévision pour construire la souveraineté populaire dans l’information. Après ma participation à la flottille pour Gaza au début des années 2000, j’ai fait la connaissance du mouvement pour la télévision libre et populaire grâce à lui.  Cela répondait à toutes mes attentes, à savoir que les informations ne sont pas le fait d’une élite formée dans les écoles, mais la propriété du peuple qui agence lui-même son propre récit, qui en prend connaissance et le modifie, sans déléguer l’écriture de ses luttes aux médias dominants. Je sais que le climat politique chez nous n’est pas comparable. Mais chez nous aussi on est devant ce choix. De présenter Farida, bien qu’il s’agisse de la même femme et des mêmes faits, comme la sœur voilée d’un terroriste ou de lui donner sa place en tant qu’actrice héroïne de sa propre histoire et de celle de l’émancipation des peuples. Les médias doivent être un moyen de communiquer et non de faire des spectacles.

LV : Comment la formation du chœur a-t-elle fait chemin ?

JJ : Tout s’est passé de manière assez organique et spontanée. Ali en était à son cinquantième sixième jour de grève de la faim. Avec Pauline Fonsny, avec qui je partage toute cette réflexion sur le spectacle médiatique, nous avons filmé une manifestation pour Ali devant le ministère des Affaires étrangères. A partir de là, j’ai écrit un texte sur le chant, la voix, le soutien. Un appel pour se réunir et pour porter la voix d’Ali autrement. En lui faisant la promesse que s’il arrêtait sa grève de la faim, on allait le faire pour lui. Je me sens comme tenue par un pacte avec Ali Aarrass.

En 2015 et 2016, nous avons publié différents appels aux artistes et aux citoyens. De nombreux artistes s’étaient manifestés en soutien. Comme Anne-Marie Loop, une grande actrice et une militante engagée qui joue le rôle de l’avocate d’Ali Aarrass.

Les femmes sont arrivées les unes après les autres, pour le coup aussi bien professionnelles que non professionnelles, je n’ai jamais fait de casting.

LV : Ce groupe de femmes n’a fait que grandir. Vous êtes combien maintenant ?

JJ : Nous sommes 28 femmes, hors et sur scène, dont une dizaine de professionnelles. L’appel pour le chœur date d’il y a trois ans et demi. Depuis nous avons commencé à travailler, pas toujours au même rythme. On a tenu un rendez-vous hebdomadaire. Après le passage au Festival des libertés et celle du Festival XS en version courte, nous travaillons depuis février de l’année passée à la version longue pour le Théâtre National. Farida et moi avons fait un important travail d’écriture en concertation. Auparavant j’ai aussi réalisé deux documentaires radiophoniques auxquels le Chœur a participé. Et qui m’ont permis de faire un travail de recherche et d’investigation à Melilla avec Mustapha, le père d’Ali. Une expérience qui a été pour moi fondamentale. Ces deux documentaires seront disponibles sur CD au moment de la représentation au Théâtre National, accompagnés d’un petit livret de textes. Plus tard, j’espère qu’on pourra éditer le texte de la pièce.

LV : Comment expliques-tu que cette pièce soit présentée au Théâtre National, ce qui était impensable il y a dix ans.

JJ : Je pense que le Comité Free Ali a fait un travail inimaginable pendant toutes ces années. Les liens que le Comité a su tisser ont été extrêmement importants afin de représenter Farida et Ali et nos Andalousies. L’Andalousie, ne s’arrête pas à Malaga ou à la Méditerranée, elle traverse la mer et se retrouve dans le Nord du Maroc. Mélilla c’est l’Andalousie . J’y ai vécu aussi. Notre identité n’a pas à être définie par les Etat-Nations, sur base de l’appartenance à une couleur ou à une religion. Au mythe du choc des civilisations, j’oppose le mythe de l’Andalousie, parce qu’il y a des mythes qui divisent et des mythes qui rassemblent. Avec le Comité Free Ali, on a créé des Andalousies. On s’est créé des remparts contre la brutalité du monde et ses adversités. Et le théâtre est notre refuge. Nous sommes autres, nous sommes multiples. Des femmes ont rejoint le Chœur après les attentats de Bruxelles. On leur disait que l’unité n’était pas possible. Nous disons : oui, ça l’est. Le Chœur est devenu un refuge où on prouve que la communion est possible et nous revendiquons une équité de droits pour tous/toutes les citoyen-ne-s. Si nous avons reçu une place au Théâtre National, c’est aussi parce qu’il y a des personnes qui veulent que ce message résonne. L’époque d’aujourd’hui est telle qu’elle oblige tout le monde à se positionner. Il sera de moins en moins possible de rester passif face aux événements. Etre présent au Théâtre national, c’est dû aussi au courage de certaines personnes, comme Fabrice Murgia. D’une certaine manière, je trouve qu’il est plus facile de vivre à Bruxelles aujourd’hui qu’il y a dix ans ; je rencontre plus de personnes qui constate le chaos du monde et veulent prendre position. Il y a dix ans, je me sentais assez isolée. Nous devons agir sinon on va mourir de honte, d’inaction, et finalement on renoncera à notre humanité.

LV : Un dernier mot ?

JJ : Je voudrais parler de la scénographie du lavoir. Elle vient d’une réflexion sur l’espace du commun dans lequel travaillaient les femmes avant la domestication de leur tâche. Récemment Thierry Deronne m’a envoyé un article, en clin d’oeil. La dernière pièce de théâtre de Brecht, Thurandot ou le congrès des blanchisseurs, restée en partie inachevée, traite de la marchandisation de la pensée et de la vente des opinions.  Bien sûr, ce n’est pas voulu par le Chœur d’Ali Aarrass, et je ne l’ai su qu’après coup, mais j’ai un peu le sentiment de reprendre là où il s’est arrêté. Si Brecht avait été vivant, je suis certaine qu’il aurait écrit sur Ali Aarrass.

Merci Julie !

A lire aussi : Le Choeur d’Ali Aarrass sur le site de La Ligue pour les Droits Humains

Pour réserver vos places : Le Choeur d’Ali Aarrass au Théatre national 23 > 27.04.2019 

 

Le Choeur d’Ali Aarrass : dans 20 jours au Théâtre National à Bruxelles ! Réservez votre place!

dans ACTIONS/ARTS/Evénements/LA PRISON AU MAROC par

Les répétitions au Théâtre National ont commencé. Dans 20 jours, Le Chœur d’Ali Aarrass fait entendre sa voix.

Pour réserver c’est ici: >>>>>>> https://www.theatrenational.be/…/458-le-choeur-d-ali-aarrass

 

« Ali Aarrass », la BD de Manu Scordia sortira le 19 avril

dans ACTIONS/ARTS/ORGANISATIONS POUR LES DROITS DE L'HOMME / FOR HUMAN RIGHTS par

Ali Aarrass est Belgo-Marocain. En 2008, il est arrêté par la police espagnole : on le suspecte de trafic d’armes pour un réseau terroriste. Son procès aboutit à un non-lieu, faute de la moindre preuve. Contre l’avis de l’ONU, l’Espagne accepte malgré tout la demande d’extradition du Maroc : en 2010, Ali Aarrass est transféré de l’autre côté de la Méditerranée. C’est la descente aux enfers : après 12 jours de torture, on lui fait signer un document qui deviendront ses « aveux ». Il est alors condamné à 15 ans de prison, la peine sera réduite à 12 ans en appel.
2019. Cela fait maintenant 11 ans que Ali Aarrass est sous les verrous, 11ans qu’il subit des mauvais traitements, 11 ans que l’on se bat pour sa libération.

Ali Aarrass, c’est l’histoire de sa vie, des jeunes années jusqu’à l’horreur judiciaire. A travers son témoignage mais aussi celui de sa sœur et de sa femme, on découvre la violence de ce qu’il vit – isolement, absence d’information, torture, mais aussi la persévérance et le courage de lutter et d’obtenir justice. Avec son trait noir et blanc faussement naïf, Manu Scordia s’empare avec brio de cette bataille judiciaire pour en faire un livre émouvant, combattif et militant.

Sortie pour la première fois en 2016, la bande dessinée fait l’objet d’une réédition « enrichie » d’une fin qui retrace ce qui s’est passé depuis (entre autre, le transfert d’Ali Aarrass à Tiflet, prison de haute sécurité). Cette nouvelle édition est préfacée par Alexis Deswaef, président d’honneur de la Ligue des Droits Humain. Soutenue par Amnesty international, elle sera disponible en librairie à partir du 19 avril!

Vous pouvez également la commander ici: http://videcocagne.fr/catalogue/ali-aarrass/ 

Candice Vanhecke : nous sommes en route pour Rabat (avec Betty De Graeve et Houria, la femme d’Ali Aarrass) (fr/NL)

dans ACTIONS/LA PRISON AU MAROC par

 » Nous sommes en route pour Rabat avec Houria, l’épouse d’Ali Aarrass, et Bettina De Graeve, secrétaire générale du parti BeOne.

Nous accompagnons Houria qui se rendra demain à la prison de Tiflet, où est emprisonné son mari suite à des aveux obtenus sous la torture.

Par notre présence, Bettina et moi souhaitons témoigner notre solidarité à Ali Aarrass et à sa famille. De nationalité belge et marocaine, Ali a été totalement abandonné par la Belgique qui lui refuse tout soutien.

Ce refus a été condamné par les tribunaux belges. Mais la Belgique a ensuite pris différentes lois qui retirent des droits aux #binationaux, faisant d’eux des citoyens de seconde zone.

#BeOne se bat pour supprimer ces lois et rétablir l’égalité entre tous les citoyens.

Pour soutenir Ali Aarrass et lui permettre de recevoir la visite de ses proches une fois par mois, n’hésitez pas à faire un don sur le site www.freeali.eu. « 

Candice Vanhecke

(NL)

« Sinds gisteren zijn wij, Canidice Vanhecke en ik in gezelschap van Houria, de echtgenote van Ali Aarrass in Rabat aangekomen. Wij vergezellen Houria vandaag naar de gevangenis vzn Tiflet waar haar echtgenoot ten gevolge van met folteringen gedwongen bekentenissen opgesloten zit. Door onze aanwezigheid willen wij onze solidariteit getuigen aan Ali Aarrass en zijn familie. Ondanks zijn belgische en marokkaanse nationaliteit werd Ali door Belgie volledig aan zijn lot overgelaten, hij werd ontzegd van alle hulp wat bovendien door het belgische gerecht veroordeelt werd. De belgische wetgever heeft dan de wet dusdanig gewijzigd dat binationalen niet meer in aanmerking komen voor welke hulp dan ook. Zij worden zo meteen tweederangsburgers! #Be.One komt op voor het herstellen van gelijkheid , gelijke rechten voor allen en het vernietigen van deze discriminerende wetten.
Om Ali te steunen en hem de kans te geven om maandelijks een bezoek te mogen krijgen van zijn familie kan u steeds een gift doen via de website www.freeali.eu »

Bettina De Graeve
Algemeen secretaris Be.One

#Radical Equality #New Politics

Break the isolation, break the silence: 12 trips to see Ali Aarrass! Thank you for supporting and sharing his case.

dans ACTIONS par

FREE ALI AARRASS
An appeal by Farida Aarrass and the Free Ali team.

 

 

Dearest friends,
As you already know, my brother Ali Aarrass has been held in arbitrary detention since 1st April 2008 – for almost 11 years now. After being transferred to Tiflet II prison in October 2016, Ali has been subjected to worse conditions whilst in detention.

We got together last night to try and find a solution to this terrible situation. Given that the Belgian government will not help us in any way whatsoever, due to the fact that we’re dual nationals, we’ve only got each other to lean on.

We’ve decided to break the isolation that Ali is living in by visiting him on a more regular basis.
Ali can’t take the isolation anymore.
This is our priority.
In order to be able to do this successfully though, we need your help. We need financial support and/or people to come out to Morocco with us.

The trip will take at least three days, depending on flight schedules and prices.

Today’s the last day of February and so we’re launching an appeal to:
Break the isolation Ali is experiencing by organising 12 trips/visits

We’ll be going out once a month. Ali has 13 months left to serve. We must help him to keep his spirits up in these last months.

If you’d like to donate towards this appeal, please send donations via bank transfer to: Farida Aarrass, BE69 0016 7484 8678, with the reference: Ali visit costs – frais visite Ali.

If you’d like to join us on the trip, please send me a message on Facebook via my inbox.

Thanking you from the bottom of my heart for your support,

Farida Aarrass
First published (in French) via freeali.eu. Translation Beverley.

Le 4 mars, c’est l’anniversaire d’Ali Aarrass. Souhaite-lui un bon anniversaire !

dans ACTIONS/Lettres/Letters/Brieven par

 

 

Le 4 mars 2019,  Ali Aarrass aura 57 ans. Il avait 46 ans lorsqu’il fut arrêté. Ecrivez lui un mot d’encouragement et de motivation afin que la dernière année de sa détention devienne moins longue.

Merci !

 

Adresse :  Ali Aarrass, numéro d’écrou 930
Prison locale de Tiflet 2
Tiflet
Maroc

Merci de participer à la campagne « Rompons l’isolement : 12 voyages pour Ali Aarrass« , cliquez ICI

Pour rompre l’isolement et le silence : 12 voyages pour Ali Aarrass ! Merci de soutenir et de partager.

dans ACTIONS par

Un appel de Farida Aarrass et du Comité Free Ali

Très chers amis,

Vous le savez déjà Ali Aarrass, mon frère, est en détention arbitraire depuis le 1er avril 2008, presque 11 ans.
Le mois d’octobre 2016 il fut transféré à la prison de Tiflet 2 et est soumis aux pires conditions de détention.

Nous nous sommes réunis hier soir pour essayer de trouver des solutions à cette terrible situation. Étant donné que l’état belge nous refuse tout soutien, assistance ou moindre aide, du fait de notre binationalité, nous ne pouvons compter que sur nous.

Nous avons décidé de casser l’isolement d’Ali en lui rendant des visites plus fréquentes.
Ali n’en peut plus de ces conditions.
C’est notre priorité.

Pour mener à bien ce projet, nous allons avoir besoin de vous. De votre soutien financier, et/ou en vous joignant à nous pour faire le voyage.

C’est un voyage qui prendra au minimum 3 jours, mais cela dépendra aussi des propositions de vols et prix.

C’est donc aujourd’hui, dernier jour du mois de février que nous lançons l’appel à

« Rompons l’isolement d’Ali Aarrass en organisant 12 voyages/visites »

Il s’agira d’une visite par mois. Ali doit encore purger 13 mois d’emprisonnement. Il faut que nous l’aidions à tenir bon.

Si vous souhaitez participer en versant un montant, faites le via ce compte : Farida Aarrass BE69 0016 7484 8678. Communication : frais visite Ali.

Si vous souhaitez faire le voyage, laissez moi un message.(MP https://www.facebook.com/farida.arrass.9)

Je vous remercie infiniment pour votre soutien et toute aide potentielle.

Farida Aarrass

dans ACTIONS/Evénements par

(affiche de soutien de Manu Scordia)

Un appel à votre aide de Farida Aarrass

« Je suis super endettée et je ne sais plus comment arriver à m’en acquitter. Tout cela découle des montants honoraires que je dois aux avocats de mon frère. A l’heure actuelle on pourrait croire que le sujet est clos, que Ali ne risque pas d’être libéré avant d’avoir fait fond de peine et qu’à rien ne sert de poursuivre le travail dit juridique. C’est pour cela que je vais clarifier la situation et espérer que vous m’aiderez à la résoudre.

Dans le cadre de l’affaire Ali Aarrass, nous avons été amenés à traduire l’état belge en justice, en dénonçant la non assistance consulaire à un ressortissant belge en danger à l’étranger. En première instance et en appel l’affaire fut gagnée. Mais la cassation nous a renvoyé à la cour d’appel de Liège et avons plutôt décidé de saisir la Cour Européenne des droits de l’homme.

Dans le même temps, nos avocats on du communiquer régulièrement aux différentes instances onusiennes, les mauvais traitements subis par Ali, ce qui engendre pas mal de boulot pour eux. Aussi en Espagne, nous avons également un avocat chargé de faire valoir la décision du Haut commissariat de l’ONU qui a condamné l’Espagne pour extradition illégale et les conséquences de celle ci. L’avocat espagnol fait tout son possible pour obtenir de l’Espagne qu’ils assurent le suivi en évitant au moins les mauvais traitements sur la personne de mon frère, mais également qu’ils admettent leur erreur et l’indemnisent. La dernière nouvelle de la part de l’avocat espagnol, est un refus catégorique de l’Espagne. Mais nous n’avons pas l’intention d’arrêter là.

Quand je dis que nos avocats belges ont saisi la Cour Européenne des droits de l’homme, c’est dans le but que la modification du code consulaire soit annulé. Peut être que vous l’ignorez, mais depuis le mois de mai 2018 aucun binational n’a droit à l’assistance consulaire. Enfin, aucun non et tant mieux si certains peuvent en jouir de ce droit. Encore une fois, les autorités compétentes se laissent la liberté de choisir pour qui ils se mobilisent et qui ils méprisent.

Nombreux sont les cas où il est nécessaire, voire indispensable que le pays d’où nous sommes ressortissants, intervienne pour nous. Sinon, expliquez moi à quoi nous sert la nationalité belge ?
Si vous souhaitez en savoir plus je vous invite à consulter ces articles sur le site de La ligue des droits de l’homme et sur Free Ali Aarrass

Une façon comme une autre de nous faire comprendre que quoi qu’on essaie de faire, nous n’aurons pas les mêmes droits. A cela je réponds qu’il est hors de question que nous baissions les bras. Face à une telle différence de traitement des droits, nous devons assumer cette grande responsabilité et lutter pour que cette modification de code soit abrogé.

Le recours est lancé et je reviens donc à l’aspect financier. J’ai essayé de tenir bon. Mais seule je n’y arrive pas,…plus !
Sur le compte je reçois trois montants par mois qui ensemble font 55€. J’ai récemment reçu un montant de 133,37€ de GB. Quelques membres d’Amnesty International se sont cotisés et me l’ont fait parvenir pour les ajouter à la caisse servant à payer les frais honoraires.

Je suis on ne peut plus reconnaissante à celles et ceux qui continuent à me soutenir, mais reconnaissez que je n’irai pas bien loin avec ce montant. Je passais de 6000 € à 2000€ grâce à la vente des bd’s de Manu Scordia, de la vente des livres, d’autres activités, de la vente du beurre de karité, et voilà que je suis bloquée sur les 2000€ auxquels viennent s’ajouter les frais de justice pour l’affaire rejetée en Espagne.

Je me demandais dans quelle mesure je pouvais compter sur votre aide, comme par le passé. J’avoue être extrêmement fatiguée que pour lancer des restos Ali Aarrass ou autres activités permettant de récolter des fonds.

Au cas où vous souhaiteriez participer, je vous joins ici le numéro de compte. Mentionnez bien en communication Ali Aarrass : BE69 0016 7484 8678

Je vous remercie infiniment pour toute l’attention que vous accorderez à cet appel, qui est loin d’être facile pour moi. »

Farida Aarrass

Aller à Top