Category archive

ARCHIVES

Il s'agit de la catégorie pour publie une nouvelle.

« Appel aux vivants », un cri d’alarme des détenus européens dans les prisons marocaines.

dans ARCHIVES par

  Les nombreux rapports relatifs à la problématique de l’incarcération au Maroc, rédigés par divers organes habilités en la matière, tant à l’échelon national qu’international, ont porté un sérieux coup à son image de marque. 

Les récentes déclarations de Juan Mendez, en guide de prémisses, lors de la clôture de sa visite guidée au Royaume le mois dernier, n’ont pas fait état d’exception à la règle en confirmant la gravité d’un constat préalablement défini comme telle. 

 La vision officielle de l’incarcération au Maroc ne s’est jamais inscrite dans un processus d’insertion sociale du détenu et/ou de sa réhabilitation et n’a jamais obéit à aucune conception humaine de l’individu. Pire, elle a toujours émané d’une longue logique d’épuration à large échelle, ponctuée par l’exclusion d’une large couche sociale perçue par le système comme inutile, victime d’une marginilisation forcée, dictée par les politiques défaillantes du système et des élites corrompues. 

Cette détermination traduit dans les faits, l’état d’esprit d’un système s’articulant autour de la traité des êtres humains comme remède aux méfaits d’une gestion publique désastreuse, hanté ( le système ) par un souci inassouvi de sacrifier la site large couche populaire et la livret en pâture aux sévices d’une justice despotique, vassale d’un dicta nommé corruption. 

 

Aux responsables européens, après vous avoir pendant des années sollicités afin d’intervenir auprès des autorités marocaines pour que les conventions ratifiés avec le Maroc soient respectés dans notre situation. 

Principalement le respect des droits humains ainsi que notre dignité et le droit à un procès équitable. 

La plupart de nous n’avons pas eu le droit à un procès équitable et avons fais l’objet de maltraitances physiques. Certains d’entre nous avons été torturés dans le entre de torture à Temera près de Rabat. Ou l’on nous a soutirés des aveux sous la tortures physique souvent pour des affaires politique, d’opinion, de règlement de compte ou autres. 

Malgré nos différentes demandes e sollicitations auprès des pays de l’union Européenne qui sont restés jusque la sans réponse. 

 

Nous réclamons donc:

– L’annulation, la révision des procès des détenus qui clament leur innocence. 

– Le droit à la défense, ce qui implique la visite d’un avocat étrangers, simplification des procédures. 

– L’accélération des transfèrements dans les pays d’origine, qui sont toujours retarder. 

– Un vrai représentant des autorités consulaires pour le soutien en tout genre qui n’existe pas aujourd’hui dont le cas de la Belgique qui est flagrant. 

– L’intervention des autorités Européennes pour le bon fonctionnement et le respect des accord ratifiées entre l’UE et le Maroc. 

– La création d’un corps diplomatique Européen pour s’assurer du respect des ratifications et de nos droits. 

 

 

Nous vous informons que l’état physique et moral des prisonniers européens est au plus bas. Loin de leur famille vivants dans des conditions inhumaines ( rapport Mendez ). Nous alertons l’opinion publique ainsi que les responsables politiques à maintes fois sollicités, sans réponse de leur part qui nous laisse penser à une certaine complicité. 

 

DE CE FAIT POUR FAIRE VALOIR NOS DROIT L’UNIQUE MOYEN QUE NOU AYONS EST D’ENTAMER UNE GRÈVE DE LA FAIM FERME DE 3 JOURS À COMPTER DI 22/10/2012 au 24/10/2012 POUR ATTIRER L’ATTENTION SUR LE CALVAIRE QUE NOUS ENDURONS

 

GRÉVISTES EUROPÉENS DANS DIFFÉRENTES PRISONS DU MAROC. 

 

Ali Aarrass, Babar Ahmad and Talha Ahsan : European collusion in human rights abuse

dans ARCHIVES par

 

How is it that Muslim citizens accused of support for terrorism are not charged but extradited, while far-right supporters of terrorism roam free?
 

On 24 September, as part of a forty-strong delegation of observers, I was in Morocco at the appeal hearing in the Rabat-Salé court of the Belgian-Moroccan dual national, Ali Aarrass. Aarrass’ conviction and fifteen-year sentence on terrorism charges rested solely on evidence extracted under torture. No representatives of the Spanish or Belgian governments were in court that day to observe the appeal of a European citizen, despite both governments’ complicity in his subsequent torture. (Spain had extradited Ali, a resident in Melilla, to Morocco, in contravention of a UN request to stay his removal, while Belgium had done nothing to protect the basic human rights of its citizen.) In a statement after the verdict, which merely upheld the conviction (while reducing the sentence to twelve years), Aarrass’ lawyers pointed out that the judges had ‘failed to maintain even the appearance of a fair hearing. Two of the judges were obviously sleeping, while the presiding judge was consulting his mobile phone.’ Furthermore, Ali Aarrass’s evidence was cut short and he was not allowed to describe the torture he had been subjected to.[1]

 

 

Collusion with torture

 

 
No words can express the powerlessness I felt in that court, knowing that a man sitting in the same room, in a glass cage, had been tortured, brutalised by appalling acts to sign a confession into crimes he had consistently denied, and was locked in an inhumane system I can only describe as a nighmarish hell. I imagine what I felt was something akin to the sense of personal failure that US death penalty campaigners must feel every time they stand outside a prison, knowing that someone inside has been condemned. So that when I woke up on the morning of 6 October, and heard the news that both Babar Ahmad and Talha Ahsan had been extradited to the United States of America, after the Director of Public Prosecutions, Keir Starmer, had refused, once again, to bring a prosecution against them in the UK, my thoughts immediately turned to the families and legal team of these two British citizens and to the defenders of their basic rights. Like them, I was horrified that our government could send its own citizens to a country in the full knowledge of the living hell they would most probably endure, literally entombed in the special solitary confinement regime of a supermax prison. Here, incarceration is within a concrete single cell with remote-control solid-steel doors designed to cut off all sound and visual contact with others. And punishments are meted out via electric shock devices such as stun guns and cattle prods, restraint chairs and the ‘five-point restraint’ which leaves prisoners ‘strapped to a steel bed and lying in their own waste for up to 48 hours’.[2]
 
Whether Babar Ahmad, or Talha Ahsan (who suffers from Asperger’s Syndrome and is gifted with a unique and surreal poetic mindscape – as recognised by, among others, the Koestler Trust) were guilty of providing material support for terrorism from 1997-2004 and other crimes of conspiracy through their website Azaam.com, should have been a matter for a British court to decide. For Britain is a country which, for as its prime minister now assuredly knows, prides itself on Magna Carta.

 

« No Freeman shall be taken or imprisoned, or be disseized of his Freehold, or Liberties, or free Customs, or be outlawed, or exiled, or any other wise destroyed; nor will We not pass upon him, nor condemn him, but by lawful judgment of his Peers, or by the Law of the land.« 
 
The double standard
 
The sense of injustice grows when the cases of these three Muslim citizens are juxtaposed to cases of non-Muslim men who have not even been charged with providing material support for terrorism, despite compelling evidence. Many of the Muslims who have been rendered to torture states in the name of the war on terror appeared on the radar of the intelligence services because they were believed, prior to September 11, to have raised funds for or actively supported the ‘jihad’ in Afghanistan (during the Soviet Occupation, or subsequently worked alongside the Taliban), Chechnya (remember the devastating Russian offensive and siege of Grozny), or fought in Bosnia, or aided the resistance to Israeli occupation in the Palestinian Territories.

 

What of the white/indigenous soldier adventurers of Europe’s far Right, some of whom dabbled in exactly the same asymmetric wars (in their case, on the side of the military powerful), but are not considered pariahs, or extradited to legal black holes as ‘enemy combatants’?
 
Whilst researching the IRR report Pedlars of Hate: the violent impact of the European far Right I began to see a pattern amongst our intelligence services and police: failure to bring prosecutions against far-right extremists, and even, as is currently being exposed in the ongoing German parliamentary investigation into the National Socialist Underground, collusion with neo-nazis via totally inappropriate informer schemes. I began to ask myself why were there no prosecutions against those fascists who provided material support for Serbian terror in Bosnia or who ‘glorified’ the ethnic cleansing of Muslims at Srebrenica? Nowadays, EU apparatchiks are deeply concerned about the rise of Golden Dawn in Greece, especially now that the level of collusion between the police and the neo-Nazis is becoming so apparent. But where was the EU and intelligence services’ concern when neo-Nazis in Greece and elsewhere were glorifying the massacre of 8,000 men women and children in Srebrenica, the worst massacre in Europe since the second world war? Surely, our politicians and intelligence services were not unaware of claims that a 100-strong unit of Greek volunteers (the Greek Volunteer Guard, some of whom, it is alleged, were supporters of Golden Dawn) fought in Bosnia on the side of the Bosnian Serbs and that some may even have participated in the Srebrenica Massacre, reportedly, on Ratko Mladic’s instigation, hoisting a Greek flag over the town.[3] Today, Golden Dawn has eighteen seats in the Greek parliament; it is not unknown for members to carry out acts of violence, even in front of TV cameras – and yet somehow they avoid arrest and prosecution.[4]
 
But the story does not end with Golden Dawn. Mass murderer Anders Beiring Brevik declared himself inspired by the Serbian Christian cause, as does Roberto Fiore, another fascist who flies the flag of a ‘Greater Serbia’. He was notorious for fleeing Italy in the 1980s to avoid prosecution following the massacre at Bologna railway station which left eighty-five dead and two hundred wounded. After Fiore, who had fled to London, was convicted in absentia for subversive conspiracy and membership of an armed gang, Her Majesty’s Government repeatedly refused to countenance Italian extradition requests. (It is widely suspected that Fiore was recruited by MI6, and was given full rein to continue his ‘Third Position’ fascist activities, particularly in Libya, in exchange for information.) When in 1998 the Italian appeal court declared that Fiore’s sentence had expired under the statute of limitations, Fiore returned to Italy and resumed his fascist career, even enjoying a stint in the European Parliament as an MEP from 2008-2009 as a representative for the coalition Social Alternative (Alternativa Sociale). Now, he leads Forza Nuova, and hangs out with the Serbian Radical Party which subscribes to the idea of a Greater Serbia and glorifies Ratko Mladić and Radovan Karadžić as ‘Serbian heroes’.[5]It is hard to know where Europe’s complicity with human rights abuses starts and ends. We extradite one set of citizens to torture states, while we appear to shield another set of citizens from prosecution altogether. ‘After such knowledge, what forgiveness?’
 

 NOTES

[1] Press release, Cabinet D’Avocats Jus Cogens, 3 October 2012.

 

[2] See Frances Webber, ‘The imminent extradiction of Khalid Al-Fawwaz: a lawyers reflections’, Cageprisoners, 2 October 2012; see also, SACC press release, ‘Extradition – Home Secretary must step in to prevent torture’, 4 October 2012 and CagePrisoners press release, ‘CagePrisoners hosts New York press conference in response to extradition cases’, 3 October 2012.

 

[3] Johannes Jakobsson, ‘Valskrällen’, Expo, No. 3, 2012; Helena Smith, ‘Greece faces shame over role in Serb massacre’, Observer, 5 January 2003.

 

[4] In June, Ilias Kasidiaris, who is Golden Dawn’s official spokesman, and a former commando in the Greek army, punched a female Communist MP during a live TV debate. There is speculation that the police protected Kasidiaris by failing to arrest him within the 48-hour time-frame needed to fast-track him through the courts on assault charges. (It is a peculiarity of the Greek system that an arrest warrant expires after 48 hours.) Kasidiaris also faces prosecution for complicity in a 2007 attack when he allegedly drove a car carrying several people who attacked a student. Veteran activist Petros Constantinou told the Guardian on 9 June that the police have facilitated Golden Dawn. ‘Without police cover and protection Golden Dawn would not have survived … And the proof of that is the failure to capture Kasidiaris.’

 

[5] ‘Roberto Fiore held a meeting with the “Russky Obraz” movement’, Right World. For a description of the Serbian Radical Party, see here.

Related links

IRR report: Pedlars of Hate: the violent impact of the European far Right

Read an IRR News story: ‘Poetry prize for Talha Ahsan

Free Talha Ahsan

Free Babar Ahmad
 

Source

 

Ali Aarrass: still in prison as Morocco continues down the path of shame

dans ARCHIVES par

The appeal of Ali Aarrass has finally been heard, and the judges have delivered their verdict: the conviction stands, although the sentence is reduced from fifteen years to twelve.

On 24 September, a forty-strong international delegation of lawyers, scholars, human rights activists, journalists and film-makers gathered at the Appeal Court at Rabat-Salé with members of Ali Aarrass’ family including his wife, sister, brothers, nephews and uncles to hear Ali’s long-awaited and frequently adjourned appeal. The London delegation was strengthened by the presence of Professor Penny Green, head of the International State Crimes Initiative (ISCI) at Kings College, as well as Liz Fekete, executive director of the Institute of Race Relations, Arnaud Mafille of Cageprisoners and myself. The delegation from Belgium included Marc Nève, a distinguished lawyer, jurist and former vice-chair of the Council of Europe’s Committee for the Prevention of Torture (CPT), and from France, jurist and former Green MEP Alima Boumediene-Thiery joined us. Film-makers and journalists from Spain, the UK and the Netherlands also attended, and Ali’s defence team incuded lawyers from Belgium and Morocco.

UN Special Rapporteur on Torture Juan Mendez visited Ali in prison days prior to the September hearing. As a result of the meeting, Ali was threatened by prison staff and family members’ visits were obstructed, and security police also harassed those taking photographs outside the prison on the day of the appeal hearing. But Mendez’s public condemnation of the continuing use of torture to extract confessions during incommunicado detention as he left Morocco gave a fillip to Ali’s case.

During the hearing, Ali’s lawyers presented the judges with damning evidence of the illegality of the whole extradition and trial process, including that the charges bore no relation to those in the extradition warrant; the investigation into Ali’s claims of torture was tardy and perfunctory and breached UN standards; key evidence was withheld from Ali’s lawyers at the original trial; and Ali was never granted free, private access to his lawyers.

After a five-hour hearing, the case was adjourned until Monday 1 October, when Ali was to testify about his treatment in custody. Despite the short notice for the adjourned hearing, a further delegation including specialist in international human rights law Thomas McManus from ISCI, as well as advocates, supporters, family and friends from Belgium and Melilla made the journey.

The hearing on 1 October ended in disappointment, as the judges of the Salé Court of Appeal allowed Ali’s conviction to stand, merely reducing his sentence from fifteen to twelve years’ imprisonment, after refusing defence requests to order a proper investigation into his alleged torture and without even taking the time to examine or respond to the questions raised by the defence.

Questioned by the court, Ali tried to describe the torture he had been subjected to – and the judges refused to hear his account, stopping him just as he was explaining how he had been tied to a tree and beaten until he lost consciousness. After a short prosecution summing-up notable for its failure to address any of the defence arguments, Ali’s lawyers summed up his case, in front of judges who demonstrated their impatience to have done with the affair. The failed to maintain even the appearance of a fair hearing. Two of the judges were obviously sleeping, while the presiding judge was consulting his mobile phone. The president indicated that he did not need the prosecutor to respond to the final arguments of the defence. After deliberating for little more than an hour, the judges returned with the unsurprising decision to sentence Ali to twelve years, not interfering with the conviction despite the UN Special Rapporteur’s condemnation of Morocco just a week earlier for judges’ acceptance of evidence obtained by torture.The overwhelming impression given by the judges at the hearing was that they did not want to listen, since they had made their decision even before the hearing. 

An urgent petition had been sent to the UN Committee Against Torture seeking an order that the Moroccan authorities mount an independent investigation of the torture allegations made by Ali Aarrass. But in the absence of a response from the Committee, the verdict of the court was a forgone conclusion.

This new setback only enhances the determination of Ali Aarrass, his family, his supporters and his legal team to carry on the fight for justice. An appeal to the Court of Cassation will be lodged in the next few days and the battle will continue for an independent inquiry into the allegations of torture. Meanwhile, the complaints against Morocco and Spain to the UN human rights and torture committees are still being pursued.

The campaign also plans to put pressure on the Belgian government for its failure to intervene or to provide any consular assistance whatsoever to one of its own nationals.

For a fuller briefing on Ali Aarrass’ case go to http://www.freeali.eu.

The fight for justice for Ali Aarrass is the fight for accountability of governments, for obedience to the rule of law, and for equal civil and human rights for all Muslim European citizens. But the legal and travel costs for the family are huge, and they really need financial help from activists and sympathisers.

To help support Ali Aarrass in his fight for justice please send money to the Friends of Ali Aarrass (sort code: 089299, account number 65583960).

 

Écrivez lui svp, cela lui fera le plus grand bien. Schrijf hem een brief. Write him a letter.

dans ARCHIVES par

(Photo : Farida Aarrass écrit aux étudiants chiliens devant l’ambassade du Chili à Bruxelles. Un exemple à suivre dans la campagne Free Ali)

 

Ali Aarrass

Prison de Salé II

Ville de Salé

Maroc

 

 Bruxelles, le 3 octobre 2012          

 

Cher Ami, cher Frère,

Par cette lettre, j’aimerai t’envoyer plein de pensées positives de la part de tant de personnes qui te soutiennent et se battent chaque jour pour la justice.

Sache que beaucoup de personnes sont déterminées, et ne lâcheront rien jusqu’à ta liberté.

Tant de personnes d’ici et d’ailleurs te connaissent : des hommes, des femmes, des enfants connaissent ton nom. A travers ton nom se dégage un exemple. Un exemple de justice, de foi, de bonté, de persévérance et de courage face à une folie inexplicable de l’homme.

Ali, nous ne lâcherons rien !!! Nous serons toujours aux côtés de ta sœur Farida, et de tes proches. Nous ne les laisserons pas seuls dans cette épreuve. Nous serons toujours là, à travers toi, pour les soutenir, les écouter, les accompagner.

Ali, tu es un grand frère pour tant de monde ici. Un exemple, comme disent beaucoup de jeunes ici. Tu n’imagines pas à quel point tu nous envoie plein d’espoir pour une meilleure justice et un meilleur avenir pour nos enfants.

Le combat que l’on a pour toi est ancré dans nos vies, et nous lâchera jamais !!!

Nous te promettons, tant que Dieu nous donne la vie, de ne rien lâcher, et de ne jamais t’oublier.

Qu’Allah puisse te faciliter, ainsi que tes proches dans cette épreuve. Qu’Allah puisse te donner encore plus de courage, de force et de patience, et InchaAllah, qu’approche le moment où justice sera rendue pour un grand frère, et l’homme que tu es.

Salam.

Anissa Filali.

PRESS RELEASE : « Ali Aarrass: Morocco continues along its shameful path »

dans ARCHIVES par

Ali Aarrass: Morocco continues along its shameful path

CABINET D’AVOCATS JUS COGENS – Me Christophe MARCHAND (GSM: 32.486.32.22.88 ; cm@juscogens.be) – Me Dounia ALAMAT (GSM: 32.470.57.59.25 ; da@juscogens.be) – Me Nicolas COHEN (GSM : 32.470.02.65.41 ; nc@juscogens.be)

Translation : Frances Webber

Without taking the time to examine or respond to the questions raised by the defence, the Salé Court of Appeal upheld Ali Aarrass’ conviction, merely reducing his sentence from fifteen to twelve years’ imprisonment at the adjourned hearing of his appeal on 1 October.

Questioned by the court, Ali tried to describe the torture he had been subjected to – and the judges refused to hear his account, stopping him just as he was explaining how he had been tied to a tree and beaten until he lost consciousness. After a short prosecution summing-up notable for its failure to address any of the defence arguments, Ali’s lawyers summed up his case, in front of judges who demonstrated their impatience to have done with the affair. The failed to maintain even the appearance of a fair hearing. Two of the judges were obviously sleeping, while the presiding judge was consulting his mobile phone. The president indicated that he did not need the prosecutor to respond to the final arguments of the defence. After deliberating for little more than an hour, the judges returned with the unsurprising decision to sentence Ali to twelve years, not interfering with the conviction despite the UN Special Rapporteur’s condemnation of Morocco just a week earlier for judges’ acceptance of evidence obtained by torture.The overwhelming impression given by the judges at the hearing was that they did not want to listen, since they had made their decision even before the hearing. 

An urgent petition had been sent to the UN Committee Against Torture seeking an order that the Moroccan authorities mount an independent investigation of the torture allegations made by Ali Aarrass. But in the absence of a response from the Committee, the verdict of the court was a forgone conclusion.

This new setback only enhances the determination of Ali Aarrass, his family, his supporters and his legal team to carry on the fight for justice. An appeal to the Court of Cassation will be lodged in the next few days and the battle will continue for an independent inquiry into the allegations of torture. Meanwhile, the complaints against Morocco and Spain to the UN human rights and torture committees are still being pursued.

 

Les avocats d’Ali Aarrass : « Le Maroc poursuit sur le chemin de la honte »

dans ARCHIVES par

Photo : l’avocat de la défense Maitre Cohen (à droite) et Maitre Marc Nève, ex-vice-président du Comité européen pour la Prévention de la Torture lors de la manifestation du Mouvement du 20 février à Rabat le 23 septembre 2012.

3 octobre 2012 – COMMUNIQUE DE PRESSE

CABINET D’AVOCATS JUS COGENS – 

Affaire Ali AARRASS – Le Maroc poursuit sur le chemin de la honte

 

Sans prendre le temps d’examiner, ni de répondre aux demandes de la défense, la Cour d’appel de Salé a condamné Ali AARRASS à douze ans d’emprisonnement.

 

Lundi 1er octobre 2012, 15h, l’audience a repris dans le procès d’Ali AARRASS.

 

Interrogé par la Cour, Ali AARRASS a tenté d’expliquer la torture à laquelle il a été soumis. La Cour a refusé d’écouter son récit. Il a juste pu dire qu’il avait été attaché à un arbre et roué de coups jusqu’à l’évanouissement.

 

Après un court réquisitoire, dans lequel le Procureur général n’a répondu à aucun des arguments de la défense, les avocats d’Ali AARRASS ont pu prendre la parole, face à des juges qui avaient manifestement envie d’en terminer avec cette affaire.

 

La Cour n’a même pas réussi à sauvegarder les apparences d’une justice équitable. Deux des conseillers s’endormaient ostensiblement tandis que le Président de la Cour consultait son téléphone portable.

 

Violant le principe d’un débat contradictoire, le Président a interdit au Procureur général de répliquer après les plaidoiries de la défense.

 

Après un délibéré d’un peu plus d’une heure, sans surprise, la Cour a condamné Ali AARRASS à douze ans d’emprisonnement alors même que le Rapporteur Spécial des Nations Unies contre la torture avait durement critiqué le Maroc une semaine plus tôt. Il avait notamment pointé du doigt l’utilisation, par les juges, de preuves dont il est dénoncé qu’elles ont été obtenues sous la torture.

 

La Cour n’a rien voulu entendre, et tout laisse croire que la sentence était déjà prête avant l’audience.

 

Le Comité contre la torture des Nations Unies avait été saisi en extrême urgence d’une demande visant à obliger le Maroc à réaliser une enquête indépendante sur la torture alléguée par Ali ARRASS. Sans réponse du Comité, cette condamnation inique était devenue inéluctable.

 

Cette nouvelle épreuve renforce encore la détermination d’Ali AARRASS, de sa famille, du comité de soutien et de ses avocats afin d’obtenir justice. Un recours en cassation sera introduit dans les jours qui viennent, la lutte continue pour obtenir la réalisation d’une enquête indépendante sur les allégations de torture d’Ali AARRASS et les Comités des droits de l’homme et contre la torture des Nations Unies demeurent saisis des plainte d’Ali AARRASS contre l’Espagne et le Maroc.


 

Me Christophe MARCHAND (GSM: 32.486.32.22.88 ; cm@juscogens.be) – Me Dounia ALAMAT (GSM: 32.470.57.59.25 ; da@juscogens.be) – Me Nicolas COHEN (GSM : 32.470.02.65.41 ; nc@juscogens.be)


 

 

 

Farida Aarrass : « C’est le cœur meurtri que je vous écris ces mots. »

dans ARCHIVES par

Mes très cher(e)s ami(e)s,

 

C’est le cœur meurtri que je vous écris ces mots.

J’ignore comment va Ali depuis la sentence en appel, qui apres une plaidoirie de trois heures a été fixée à 12 ans.

Je ne l’ai pas vu a la fin de cette derniere audience. Il a été très rapidement amené… Et aux cris de Luk Vervaet, qui le rassurait (Ali on ne t’oublie pas, on est la et on ne lâche rien!) Ali à juste levé le bras et indique un V avec ses doigts.

 

Je qualifie l’ensemble des audiences comme étant crapuleusement injustes. À aucun moment ils n’ont montré un quelconque intérêt pour l’affaire. Les juges s’endormaient…

Celui qui ose me dire qu’il y a une justice au Maroc, je le…………..

Ali m’a demandé avant l’audience, que quoi qu’il arrive, il espérait qu’on abandonnerait pas. Je lui ai promis que cela n’arrivera jamais!

 

Je ne peux expliquer quels sont mes sentiments, je suis bloquée. Je pense à Ali et j’espère qu’il n’oublie pas que je lui ai promis qu’on sera toujours la.

 

Je tente vainement de vous en dire plus, mais c’est vraiment trop dur….

 

Ali vous avais transmis ses chaleureuses salutations à tous ceux qui le soutiennent.

 

Écrivez lui svp, cela lui fera le plus grand bien.

 

Ali Aarrass

Prison de Salé II

Ville de Salé

Maroc

Le témoignage d’Aziz Madrane : « Ali Aarrass : ils préfèrent sacrifier un homme plutôt que reconnaître leurs erreurs »

dans ARCHIVES par

Bruxelles, le 27 septembre 2012

 

Le 24 septembre, j’ai eu l’immense honneur de faire partie, de la prestigieuse délégation internationale venue assister au procès en appel de Ali Aarrass. Dans les lignes qui suivent, je vais décrire ce que j’ai personnellement pu constater de visu. Avant cela, quelques remarques préliminaires m’apparaissent importantes pour la bonne compréhension de mon analyse.

 

J’ai eu connaissance du dossier Aarrass suite à la campagne freeali.eu initiée par Farida Aarrass, je n’avais à ce moment pas d’a priori quant au fond du dossier. Aujourd’hui, après en avoir pris connaissance dans le détail et après avoir assisté à la dernière audience de la cour d’appel de Sale, je puis affirmer que je soutiens sans réserve la famille et que j’ai l’intime conviction qu’Ali est innocent. Pour autant, je vais m’efforcer d’être le plus honnête possible dans la description des faits, le lecteur aura donc compris que malgré mon manque d’objectivité assumé et revendiqué, mon souci reste de relater le plus fidèlement possible ce à quoi j’ai pu assister. Ces précisions préliminaires étant faites, je peux commencer le récit de cette journée du 24 septembre 2012…rétroactes :

 

Lundi 24 septembre, il est 09.30 lorsque l’ensemble de la délégation se rend en convoi vers la prison de Sale où est détenu Ali. Arrivés sur place vers 10.00, les nombreux journalistes présents sortent caméras et appareils photos tandis que Farida entame les formalités d’usage préalables à sa visite. Très vite, les premiers signes de nervosités des fonctionnaires de l’administration pénitentiaire apparaissent, ceux-ci se retranchent dans la prison, sans permettre encore à Farida d’y pénétrer pour visiter son frère.

 

Nous sommes observés (depuis un bon moment) par un homme en costume sombre, un téléphone vissé à l’oreille, rapidement, un car remplis de policier « anti-émeute » prend position de manière ostensible. Un autre homme, lui aussi au costume sombre et au visage tout aussi sombre se présente à nous, nous signifiant l’interdiction de prendre des photos et de filmer. Il dit être le préfet. Malgré ses injonctions, nous continuons de plus belle à filmer tandis que Farida, elle continue à négocier le droit de visiter son frère, une négociation qui nous semble ardue alors que ce n’est censée être qu’une simple formalité administrative. Quelques minutes plus tard, se présente à nous un policier gradé cette fois, en uniforme, et sur un ton poli mais ferme, il nous donne l’ordre de nous disperser. Il me fait très vite comprendre, via un bref aparté en arabe, qu’à défaut d’obéir à son ordre, certains d’entre nous pourraient se retrouver en garde à vue, il me donne pourtant l’assurance que Farida et sa famille pourront visiter Ali, nous décidons donc tous d’obéir à son ordre, nous n’avions d’ailleurs pas vraiment le choix de faire autrement. Nous nous rendons donc tous vers un café tout proche, laissant Farida terminer ce que nous pensons être la procédure administrative normale.

 

Nous sommes assis depuis quelques minutes lorsque Luk Vervaet reçoit un coup de fil de Farida, les gardiens de la prison auraient reçu l’ordre de refuser l’accès à la famille tant que toutes celles et tous ceux qui ont pris des clichés ne se présentent pas spontanément et tant que, affirment t’ils, les prises de vue ne sont pas effacées. Nous décidons très vite, après que certains iront spontanément montrer qu’ils se soumettent donc et effaceront leur clichés ; finalement ; on ne sait pas trop ni pourquoi ni comment, les gardiens changent d’avis et laissent finalement entrer Farida, la maman ainsi que l’épouse de Ali, tous les autres membres de la famille sont quant à eux interdit d’accès à la prison de Sale.

 

Il est 14.00 lorsque nous nous retrouvons tous devant les marches du palais de justice, Farida et sa grâce naturelle, vient donc de voir son frère, elle nous redonne une dose d’énergie et de combativité…

 

Nous improvisons une petite manifestation sous les flashes d’un photographe de l’AFP qui prend clichés sur clichés, les policiers tentent bien de l’intimider, mais celui-ci apparemment coutumier du fait parvient malgré tout à faire son travail.

 

Après un énième contrôle, nous prenons tous place dans la salle d’audience, les officiers des services de renseignement sont là aussi, notant ostensiblement tout ce qui se passe sous l’œil des caméras de surveillances récemment installées, paraît-il, dans le tribunal.

 

Ali apparaît, son visage s’illumine lorsqu’il se tourne vers la salle et voit cette prestigieuse délégation, c’est un moment de grande émotion que des mots ne peuvent pas décrire, à ce moment précis je me fais la réflexion que je suis particulièrement honoré d’en faire partie.

 

L’audience commence enfin, après quelques discussions de procédure, Me COHEN débute sa plaidoirie, les avocats de la défense se sont répartis le dossier, Me COHEN axera sa stratégie en particulier sur la torture et les aveux extorqués par la torture. Il est tout simplement brillant, le président de la cour tente plusieurs fois de l’intimider, lui coupant la parole lorsqu’il aborde les très récentes déclarations du rapporteur spécial de l’ONU sur la torture, arguant du fait que le Maroc est un pays souverain et que du reste ceci n’aurait rien à voir, en l’espèce, avec le dossier ARRASS. Très combatif, Me Cohen ne se laisse pas intimider et continue sa stratégie.

 

Juridiquement, celle-ci est imparable, Me COHEN met en avant six arguments juridiques qui sont tout simplement en béton, en effet n’importe quel étudiant de première année arriverait aux mêmes conclusions, chacun des arguments se suffit à lui-même, le droit n’a pas été respecté du tout dans ce dossier, c’est malheureusement presque aussi simple que cela. Les violations tant du droit marocain que du droit international sont manifestes et flagrantes et à condition d’être de bonne foi, on ne peut aboutir qu’aux mêmes conclusions, le dossier est littéralement vide, aucune preuve matérielle aucun début d’indice de culpabilité, aucun début de preuve, si ce n’est des pseudo-aveux, une signature d’un document rédigé dans une langue qu’Ali ne comprend pas et extorquée par la torture. Pour ceux qui le souhaitent, je tiens à disposition les arguments juridiques à l’appui de ce qui précède.

 

Le comportement des magistrats mérite aussi d’être mis en évidence, cinq juges assistaient à l’audience, l’un d’eux s’est rapidement endormi ( ! ), tandis que la seule femme magistrat lisait un bouquin, seul le président de la cour semblait suivre les débats, cela fait parait-il partie de leur tactique, il nous démontre ainsi l’absence de considération à l’égard de la délégation, alors qu’en réalité, la présence de ces sommités internationales et de la presse internationale est fondamentale et plaide en faveur de Ali.

 

Aujourd’hui plus que jamais, l’évidence s’impose pour tout qui estime que le concept de « Justice » est une valeur supérieure, Ali Arrass est innocent, il doit être libéré sans délai.

 

Une question reste cependant en suspens, qu’est ce qui explique l’acharnement du système sur cet homme ?

 

On ne peut qu’émettre des hypothèses à cet égard, et la mienne est la suivante : Au départ, les services de sécurités croyaient vraiment qu’Ali faisaient partie d’une mouvance, ils l’ont torturé pour obtenir des informations, mais quand on a rien à ne se reprocher, on ne peut pas dire grand-chose si ce n’est je suis innocent, ses tortionnaires, voyant qu’Ali ne fournissait aucune informations les intéressant, et pour cause, vu qu’il n’est en rien impliqué, ont supposés que c’est parce qu’il était super entraîné, qu’il était formé à un supporter la torture et ne rien lâcher…à ce moment, j’imagine avec effroi ce qu’il a dû enduré. In fine, ils ont dû se rendre compte qu’ils avaient fait une énorme bavure, et pour se sortir de ce guêpier, ils préfèrent sacrifier un homme plutôt que reconnaître leurs erreurs.

 

Et les magistrats dans tout cela, pourquoi cautionnent ils ? Ici aussi on ne peut qu’émettre des hypothèses, mais une source très proche du dossier et qui tient à garder l’anonymat estime que le choix de la personne des magistrats n’est pas innocent, ceux choisis en première instance qui ont prononcés la peine de 15 ans seraient en réalité tenus à l’obéissance, puisque des dossiers les concernant seraient entre les mains des services secrets, les juges en question se seraient rendus coupables de corruption, vendant des jugements aux plus offrants, et ce sous l’œil complice d’une certaine hiérarchie, qui par ce fait, s’assure des magistrats très dociles ! Espérons que ceux d’appel soient plus libre ou qu’ils aient reçu d’autres injonctions.

 

L’affaire a été mise en continuation au 01 octobre, que peut-on attendre de l’arrêt qui sera rendu le jour même ? En bonne logique Ali devrait être acquitté et totalement blanchi….en bonne logique seulement, mais en l’occurrence, au Maroc c’est une autre « logique » qui prévaut. Aussi un arrêt qui condamnerait certes à une peine, mais d’un quantum qui correspond à ce qu’Ali a déjà subi (5 ans d’incarcération le 01 avril prochain) est aussi envisageable, quitte à engager la responsabilité de l’Espagne et de la Belgique par la suite.

 

Espérons que le 1er octobre sera la fin du cauchemar pour Ali et les siens et qu’ils pourront à ce moment se reconstruire, continuons à les soutenir, chacun à la mesure de nos moyens, ce qu’ils subissent est une véritable injustice qui ne peut laisser insensible toute personne ayant un minimum d’humanité ! Le combat n’est pas fini, d’ores et déjà on peut affirmer que la Belgique et surtout l’Espagne devront assumer leur responsabilité devant les juridictions internationales !

 

Free Ali !

 

Aziz Madrane

1 2 3 28
Aller à Top