Category archive

AU PARLEMENT - page 3

Un parlementaire britannique interdit de visite à Ali Aarrass ! Communqué de protestation de Jeremy Corbyn MP

dans AU PARLEMENT/COMMUNIQUES DE PRESSE par

Statement from Jeremy Corbyn MP concerning refusal to visit Mr. Ali Aarrass

On 1 September 2013, I made a formal written request to the Director of the prison Salé II , and to Her Excellency H.H. Princess Lalla Joumala Alaoui at the Moroccan Embassy, in London, informing them of my intention to visit the torture victim Mr. Ali Aarrass in Salé II Jeremy Corbyn statement October 2013prison, Rabat. On 24 September, I was informed that my request to visit Mr Ali Aarrass had been denied.

I was very keen to meet Ali Aarrass in person, since in December 2011 I tabled an Early Day Motion (The Case of Ali Aarrass, EDM 2552) in the British Parliament, which enjoyed cross-party support and was signed by eighteen members of Parliament. (The EDM was subsequently re-tabled in June 2013). That month I was pleased to receive Ali Aarrass’ sister, Farida Aarrass, in the British Parliament and was struck by her dignity and her steadfastness in her quest for justice for her brother.

Over the years I have written several letters concerning Ali Aarrass to the Spanish, Moroccan and Belgian governments – protesting his illegal extradition by Spain to Morocco, expressing grave concern at the allegations that he was tortured on his arrival in Morocco (allegations subsequently confirmed by UN Special Rapporteur Juan Méndez in his report to the United Nations Human Rights Council), protesting his conviction following a deeply flawed trial, and urging the Belgian government to step in to protect a Belgian citizen from violation of his rights in prison. From my conversations with Ali Aarrass’ sister, and with others involved in the campaign to secure justice for him, I feel I have become a friend, albeit at one remove.

It was with great sadness and disappointment, then, that I learned that my request to visit Ali Aarrass had been turned down. The reason I was given is that he is only permitted visits from family members. I have not met such a response before, having visited political prisoners in many jurisdictions, across Central America (El Salvador and Chile) and in Palestine. It seems very harsh to restrict visits in this way – particularly for Ali, whose family members are all in Spain or Belgium. He has no family in Morocco. As a friend of the family, the refusal of my request baffles me. And as a parliamentarian, with a particular interest in human rights, I am extremely concerned by this stance. Ali was driven to a life-threatening hunger and thirst strike just two months ago, by oppressive and arbitrary conditions and restrictions in prison. That strike was resolved when the prison authorities promised to respect Ali’s rights and to allow regular unscheduled visits from a local human rights group – an outcome which indicated that the Moroccan government was adopting a welcome, positive response to Ali’s situation.

Together with Ali’s friends and supporters in Morocco, Spain, the UK, Belgium and elsewhere, I sincerely hope that the refusal to allow me to visit will be reconsidered and that the Moroccan government will continue along the more positive path it recently adopted towards Ali Aarrass.

Jeremy Corbyn MPFarida Sarah Jeremy Corbyn Londonss

28 September 2013

 

 

 

 

 

 

Photo : Ali Aarrass dans l’armée belge en 1993. Vingt ans plus tard, Reynders continue la discrimination des double-nationaux…

dans AU PARLEMENT/DOUBLE NATIONALITE par

Ali Aarrass dans l'armée belge IIAli Aarrass a fait son service militaire pour la Belgique dans les années 1993-94.

Sur la photo : Ali Aarrass, au premier rang, au centre, avec son bataillon devant le mess, à Saive (près de Liège). Un ami se souvient : « Ali a fait son service militaire et en plus, il avait fait la demande pour pouvoir rejoindre les para-commandos, mais ils l’avaient recalé pour un problème de dos. Déjà à l’époque Ali voulait servir SON pays du mieux qu’il le pouvait. »

Et pourtant, dans sa lettre sur Ali à son homologue marocain du 5 août 2013, le Ministre Reynders continue à justifier la discrimination entre Belges et Belgo-Marocains : « la Belgique, selon son habitude, ne compte pas intervenir au titre de l’assistance consulaire dans la mesure où l’intéressé (Ali Aarrass) possède la double nationalité belge et marocaine. »

Le critère pour assurer une protection d’un double national est le lien effectif d’un citoyen avec son pays. Si Reynders voulait justifier sa non-intervention pour Ali Aarrass, il devait démontrer qu’Ali Aarrass n’a pas de lien effectif et prédominant avec la Belgique. Cela lui est impossible. Ali Aarrass est belge par son sentiment d’appartenance, par son très long séjour en Belgique, du fait que sa famille proche est belge, qu’il y a fait ses études, qu’il y a exercé une activité économique, payé ses impôts, effectué son service militaire, voté et qu’il maîtrise une des langues nationales.

Ali Aarrass n’a aucun lien avec le Maroc : il n’y a jamais vécu, il ne maîtrise pas l’arabe, il n’y a jamais effectué son service militaire !

A part une volonté politique de créer délibérément deux classes de citoyens en Belgique, aucun argument ne peut être invoqué pour justifier légalement l’abandon d’Ali Aarrass et des 42 autres belgo-marocains qui se retrouvent dans les prisons marocaines.

Nous ne savons pas si Monsieur Reynders a fait son service militaire en Belgique.. et si oui, à quel poste.. ? (LV)

EXCLUSIF (dans Marianne Belgique) : 34 parlementaires belges signent une lettre ouverte à D. Reynders pour une assistance consulaire pour Ali Aarrass !

dans ACTIONS/AU PARLEMENT par

Monnaie 5 août Yasser Paru ce samedi 10 août dans Marianne Belgique:

34 parlementaires belges ont signé une lettre ouverte à Didier Reynders pour qu’il accorde enfin l’assistance consulaire à Ali Aarrass.

Voici la lettre:

Monsieur le Ministre,

Vous n’êtes pas sans savoir qu’Ali Aarrass, un citoyen belge possédant également la nationalité marocaine, est actuellement détenu à la prison de Salé, au Maroc, suite à un procès inéquitable où il s’est vu condamné, sur la seule base de ses propres aveux, à douze ans de réclusion pour faits de terrorisme. Pourtant, le juge d’instruction espagnol Baltasar Garzon avait déjà mené une longue enquête sur ces faits, laquelle avait abouti à un non-lieu.

Il est aujourd’hui établi que les aveux d’Ali Aarrass ont été obtenus sous la torture. En effet, en septembre dernier, le rapporteur spécial de l’ONU contre la torture, Juan Mendez, l’a rencontré en prison et l’a fait examiner par le médecin légiste qui l’accompagnait. Dans son rapport datant du 4 décembre 2012, Monsieur Juan Mendez fait état de traces physiques résultant d’actes de torture constatées sur le détenu (brûlures de cigarette, électrochocs aux testicules, coups assénés à la plante des pieds, etc.).

Monsieur le Ministre, vous vous êtes, par le passé, référé à la Convention de La Haye du 12 avril 1930 pour ne pas intervenir dans le dossier « Ali Aarrass ». Cette convention stipule, en effet, qu’un Etat s’abstient de toute intervention en faveur d’un de ses nationaux en difficulté dans un pays dont il aurait aussi la nationalité. Or, il apparaît que le Maroc n’est pas signataire de cette convention. La Belgique n’est donc nullement tenue de la respecter dans son cas précis.

En conséquence, nous, parlementaires belges, vous demandons solennellement d’activer enfin l’assistance consulaire dont Monsieur Aarrass n’a jamais pu bénéficier et à laquelle il a pourtant droit, au même titre que n’importe quel ressortissant belge en difficulté à l’étranger.

Signataires :

Aziz Albishari, député bruxellois (Ecolo) Sfia Bouarfa, députée bruxelloise (PS) Hassan Bousetta, sénateur (PS) Dominique Braeckman, députée bruxelloise (Ecolo) Michel Colson, député bruxellois (FDF) Jean-Claude Defossé, député bruxellois (Ecolo) Céline Delforge, députée bruxelloise (Ecolo) Serge de Patoul, député bruxellois (FDF) Anne Dirix, députée bruxelloise (Ecolo) Bea Diallo, député bruxellois (PS) Patrick Dupriez, député wallon (Ecolo) Ahmed El Khannouss, député bruxellois (CDH) Béatrice Fraiteur, députée bruxelloise (FDF) Zoé Genot, députée fédérale (Ecolo) Muriel Gerkens, députée fédérale (Ecolo) Didier Gosuin, député bruxellois (FDF) Benoît Hellings, sénateur (Ecolo) Anne Herscovici, députée bruxelloise (Ecolo) Eric Jadot, député fédéral (Ecolo) Zakia Khattabi, sénateur (Ecolo) Philippe Lamberts, député européen (Ecolo) Bénédicte Linard, députée wallonne (Ecolo) Vincent Lurquin, député bruxellois (Ecolo) Olivier Maingain, député fédéral (FDF) Vanessa Matz, sénateur (CDH) Jacky Morael, sénateur (Ecolo) Marie Nagy, députée bruxelloise (Ecolo) Mohamed Ouriaghli, député bruxellois (PS) Martine Payfa, députée bruxelloise (FDF) Fatiha Saidi, sénateur (PS) Fatoumata Sidibé, députée bruxelloise (FDF) Marc Tarabella, député européen (PS) Barbara Trachte, députée bruxelloise (Ecolo) Sarah Turine, députée bruxelloise (Ecolo)

 

 

Mohamed Ouriaghli, député et échevin PS : Ali Aarrass, une première avancée significative

dans ACTIONS/AU PARLEMENT par

Conf de presse salle 26 juillet 2013Ali Aarrass, une première avancée significative

Ce samedi 10 août, dans Marianne Belgique, paraîtra une lettre ouverte à l’attention du Ministre des Affaires étrangères, Didier Reynders. En compagnie de nombreux autres parlementaires de différentes sensibilités politiques, j’ai bien évidemment cosigné cette lettre, cet appel à l’aide d’un ressortissant belge, Ali Aarrass, détenu depuis trois ans dans une prison marocaine.

Ali_Aarrass

La situation d’Ali Aarrass et ses conditions de détention sont des plus préoccupantes. Alors qu’il a bénéficié en 2010 d’un non-lieu par la justice espagnole, il a été extradé au Maroc avec la complicité de l’Espagne. Il purge une peine de douze ans de prison pour terrorisme et détention d’armes alors que tout indique que ses aveux ont été obtenus sous la torture. Ali Aarrass n’a donc pas bénéficié d’un procès équitable.

Se plaignant de conditions de détention inhumaines et de privation de ses objets personnels, notre compatriote est entré, le 10 juillet, dans une grève de la faim, et même de la soif. Il est heureux d’apprendre qu’Ali Aarrass a mis un terme à sa grève ce mercredi 7 août, une fois toutes ses revendications rencontrées.
La deuxième demande à l’égard du Ministre des Affaires étrangères consistait à activer une assistance consulaire. Nous n’y sommes pas encore, mais le Conseil National des Droits de l’Homme (CNDH) a noué le dialogue. Le CNDH veille à garantir ses droits de détenu.

C’est un grand soulagement ! Je me joins à la joie de ses proches, et de sa soeur Farida Aarrass en particulier. Le combat pour sa libération est loin d’être fini, mais satisfaisons-nous pour l’heure de ces avancées significatives.

Ali_Aarrass_Flower

Ci-dessous la lettre ouverte, publiée dans l’hebdomadaire Marianne Belgique, adressée au Ministre des Affaires étrangères.

Monsieur le Ministre,

Vous n’êtes pas sans savoir qu’Ali Aarrass, un citoyen belge possédant également la nationalité marocaine, est actuellement détenu à la prison de Salé, au Maroc, suite à un procès inéquitable où il s’est vu condamné, sur la seule base de ses propres aveux, à douze ans de réclusion pour faits de terrorisme. Pourtant, le juge d’instruction espagnol Baltasar Garzon avait déjà mené une longue enquête sur ces faits, laquelle avait abouti à un non-lieu.

Il est aujourd’hui établi que les aveux d’Ali Aarrass ont été obtenus sous la torture. En effet, en septembre dernier, le rapporteur spécial de l’ONU contre la torture, Juan Mendez, l’a rencontré en prison et l’a fait examiner par le médecin légiste qui l’accompagnait. Dans son rapport datant du 4 décembre 2012, Monsieur Juan Mendez fait état de traces physiques résultant d’actes de torture constatées sur le détenu (brûlures de cigarette, électrochocs aux testicules, coups assénés à la plante des pieds, etc.).

Monsieur le Ministre, vous vous êtes, par le passé, référé à la Convention de La Haye du 12 avril 1930 pour ne pas intervenir dans le dossier « Ali Aarrass ». Cette convention stipule en effet qu’un Etat s’abstient de toute intervention en faveur d’un de ses nationaux  en difficulté dans un pays dont il serait aussi un national. Or, il apparaît que le Maroc n’est pas signataire de cette convention. La Belgique n’est donc nullement tenue de la respecter dans son cas précis.

Depuis le 10 juillet, Ali Aarrass est en grève de la faim pour protester contre les mauvais traitements dont il est victime à la prison de Salé. Sa vie est donc en danger. En conséquence, nous, parlementaires belges, vous demandons solennellement de prendre contact avec les autorités marocaines à son sujet et d’activer enfin l’assistance consulaire dont Monsieur Aarrass n’a jamais pu bénéficier et à laquelle il a pourtant droit, au même titre que n’importe quel ressortissant belge en difficulté à l’étranger.

Si vous voulez en savoir plus sur Ali Aarrass et soutenir son combat, visitez le site de soutien suivant.

Bert Anciaux, voorzitter SP.a senaatsfractie, vraagt Reynders om een dringende Belgische tussenkomst voor Ali Aarrass / Le président de la fraction SP.a au sénat demande l’intervention de la Belgique

dans AU PARLEMENT par

anciaux5 augustus 2013

Schriftelijke vraag van de heer Bert Anciaux aan de minister van Buitenlandse Zaken over de mishandeling van een Belgisch onderdaan in een Marokkaanse Gevangenis

Zoals de minister wellicht weet is de in een Marokkaanse gevangenis verblijvende Belg Ali Aarrass sinds 10 juli in hongerstaking om te protesteren tegen de mishandelingen die hij er al enkele jaren ondergaat. Deze mishandeling is zeer reëel en werd ondermeer bevestigd door het het rapport van de speciale VN-rapporteur Juan Mendez, die tenvolle de verklaring van Ali Aarrass ondersteunt dat hij werd gemarteld in Marokko en zelf stelt dat zijn veroordeling uitsluitend gebaseerd is op bewijzen bekomen door foltering. juan mendez onu 24 septembre

Toch weigert België elke tussenkomst omwille van het Marrokaans staatsburgeschap van Ali Aarras (dubbele nationaliteit). Het beroept zich daarvoor op het Verdrag van Den Haag van 12 april 1930 dat stelt dat men de diplomatieke bescherming niet kan uitoefenen ten gunste van één van zijn onderdanen tegenover een Staat, waarvan deze persoon eveneens de nationaliteit bezit. Een vreemd argument gezien Marokko dit verdrag nooit heeft ondertekend. Verder stelt de minister geen precedent te willen scheppen.

De inertie van België klinkt des te wranger nu blijkt dat de Marokkaanse Koning op vraag Spanje recent gratie heeft verleend aan 47 Spanjaarden. België kan dus niet meer beweren dat ze niet tussen beide kan komen, al was het maar op een discrete en informele manier.

In eerdere vragen hierover werd mij geantwoord dat een parlementaire vraag geen gepaste manier is om individuele consulaire gevallen te bespreken. Maar deze schande is ondertussen door de groeiende media aandacht en door de veelvuldige aanklachten van mensenrechtenorganisaties zoals amnestie international uitgegroeid tot een publieke zaak. De grond van de zaak blijft daarbij dat een landgenoot van ons gefolterd wordt en dat België desondanks weigert tussen te komen.amnesty-international-association-ong-droits-de-l-homme-logo_fs

Hierover de volgende vragen

1. Hoe evalueert en duidt de minister het bericht dat onze landgenoot, de heer Aarrass, in een Marokkaanse gevangenis wordt gefolterd? Is de minister op de hoogte van zijn hongerstaking?

2. Heeft ons land ondertussen maatregelen getroffen om deze landgenoot bij te staan? Zo ja, welke, wanneer, door wie en met welke gevolgen? Zo neen, hoe verklaart de minister de Belgische inertie in dit geval? Bestaat er dan veel druk vanuit de Marokaanse autoriteiten om niet te interveniëren in deze zaak?

3. Indien de minister meent dat hij niet kan antwoorden, dan stel ik deze vraag over alle landgenoten die de dubbele nationaliteit bezitten en die opgesloten en gemarteld worden in een Marokkaanse gevangenis.

4. Heeft de minister zijn bezorgdheid reeds geuit bij de Marokkaanse autoriteiten over deze berichten van foltering? Zo ja, wanneer en met welk resultaat? Zo neen, waarom niet en plant de minister alsnog dergelijke bevraging?

5. Heeft de minister of zijn vertegenwoordigers de familie en/of de advocaten van Ali Aarrass reeds ontvangen voor een onderhoud? Zo ja, wanneer en met welk resultaten? Zo neen, waarom niet en plant hij om dit alsnog te doen?

6. Indien de minister meent dat hij niet moet antwoorden, dan stel ik de minister de vraag wat hij al gedaan heeft voor alle belgen die eveneens de Marokkaanse nationaliteit hebben en die in een Marokkaanse gevangenis gefolterd worden. Heeft de minister al advocaten en familie van deze landgenoten ontvangen en wat heeft hij voor hen al gedaan?

7. Heeft het Koninkrijk Marokko het Verdrag van Den Haag van 12 april 1930 ondertekend en geratificeerd? Zo neen, begrijpt de minister mijn onbegrip over het inroepen van art 4 van Verdrag van Den Haag van 12 april 1930 als rechtvaardiging voor het niet tussenkomen? Begrijpt de minster mijn opvatting dat men niet kan vasthouden aan dit artikel van dit verouderd verdrag in het geval van grove en geregistreerde schendingen van de mensenrechten?

8. Welke gevolgen heeft het verdrag van Den Haag van 12 april 1930 voor de landgenoten met dubbele nationaliteit? Voor welke landen en nationaliteiten geldt dit verdrag? Zijn deze bepaalde landgenoten voldoende op de hoogte van het gebrek aan bescherming wanneer ze naar hun tweede thuisland afreizen?

9. Meent de minister niet dat een proactieve en dynamische houding van België genoodzaakt is wanneer een landgenoot in een derde land gemarteld wordt, ook al heeft deze landgenoot een dubbele nationaliteit?

10. Meent de minister dat landgenoten met een dubbele of meervoudige nationaliteit niet dezelfde bescherming verdient omdat hij meer dan één nationaliteit heeft?

11. Wil de minister door zijn afstandelijkheid een signaal geven dat België buitenlandse folteringen gerust laat gebeuren en dat ons land in zulke gevallen de andere kant opkijkt? Vindt de minister niet dat hij hier volkomen nalatig is en zelfs medeplichtig aan onmenselijke praktijken? Denkt de minister niet dat de folteraars zich immers gesterkt weten door de nalatigheid van ons land?

 

Bert Anciaux

 

Zoé Genot & Zakia Khatabbi (ECOLO) : « Pour le Ministre des Affaires Etrangères, tous les Belges sont égaux mais certains moins que d’autres… »

dans ACTIONS/AU PARLEMENT/Lettres/Letters/Brieven par

Zoé GenotDétention et torture d’un citoyen belge au Maroc

Pour le Ministre des Affaires Etrangères, tous les Belges sont égaux mais certains moins que d’autres…

 Ali Aarrass, citoyen belgo-marocain, a été extradé en décembre 2010 de l’Espagne vers le Maroc contre l’avis du Haut Commissariat aux Droits de l’Homme de l’ONU. Notre ressortissant n’a ensuite pas eu droit à un procès équitable et a été condamné à 12 ans de prison ferme, sur base d’«aveux» de participation à une cellule terroriste qui auraient été obtenus sous la torture et rédigés dans une langue qu’il ne maîtrise pas.

 Le rapporteur spécial de l’ONU sur la torture, Monsieur Juan Mendez, qui a pu visiter Ali Aarass, détenu dans la prison de Salé au Maroc, vient de déposer un rapport officiel à Genève qui conforte les allégations de torture sur notre ressortissant et dénonce tant ses conditions de détention que les mauvais traitements qu’il continue à subir actuellement. Depuis ce rapport ces conditions de détentions se sont encore dégradées et il est en grève de la faim depuis 21 jours.

 Malgré son calvaire et ce dernier rapport, ce belgo-marocain, qui a effectué son service militaire en Belgique, n’a pu et ne peut toujours pas compter sur le soutien des autorités belges et notamment sur le Ministère des Affaires Etrangères. Le Ministre Reynders se réfugie en effet derrière la Convention de La Haye pour ne pas intervenir pour un citoyen « binational » se trouvant dans son autre pays.

 Pour Ecolo, la double-nationalité ne peut en aucun cas être considérée comme une demi-citoyenneté, et donc une demi-démission face à des ressortissants belges en souffrance à l’étranger. L’attitude du Ministre Reynders est d’autant plus incompréhensible que le Maroc n’a pas signé la Convention de la Haye sur les binationaux. De plus, dans d’autres situations semblables, dont nous avons reçu copie, le Ministre Reynders assure aux personnes concernées l’assistance consulaire des autorités belges. Il y a dès lors un double discours inacceptable.

 Zakia KhattabiEcolo demande donc au ministre des Affaires Etrangères de faire respecter la Convention des Nations Unies contre la Torture, pourtant ratifiée par le Maroc et d’assurer une assistance consulaire à notre ressortissant. Pour les écologistes, il est important de garantir l’égalité de traitement entre tous les ressortissants belges à l’étranger indépendamment de leur origine, de leur religion ou de leur conviction philosophique.

 Nous voulons réaffirmer pour chacun un égal accès à la jouissance pleine et entière de ces droits – y compris celle à une assistance consulaire – et des libertés. Les parlementaires écologistes interpelleront dès la rentrée parlementaire le Ministre des Affaires étrangères afin que nos autorités diplomatiques offrent une assistance consulaire immédiate en faveur de nos concitoyens emprisonnés au mépris de leurs droits fondamentaux.

 Zoé GENOT,

Députée fédérale

 

Zakia KHATTABI,

Cheffe de groupe Ecolo au Sénat

 

_______________________________

 

Nicolas Parent

 

Attaché de presse

 

ECOLO

 

Place Flagey, 18 à 1050 Bruxelles

 

Tel. : 0497/17.20.57 – 02/218.30.35

 

nicolas.parent@ecolo.be

 

www.ecolo.be

Alima BOUMEDIENE (France) : Message de soutien à Ali Aarrass, en grève de la faim pour protester contre les mauvais traitements subis à la prison de Salé II

dans ACTIONS/AU PARLEMENT/Lettres/Letters/Brieven par

Délégation 24 septembre Alima Boumediene ThieryAli Aarrass, belgo-marocain, est détenu à la prison de Salé II depuis plus de 3 ans à se battre pour faire reconnaître son innocence et l’erreur judiciaire à son égard.

Ali Aarrass est privé de ses droits élémentaires de prisonniers, y compris passer des appels téléphoniques, avoir accès à son courrier, se doucher et sortir dans la cour, ce qui s’apparente à des mauvais traitements. Sa cellule est sans cesse fouillée, saccagée, ses courriers et affaires personnelles sont confisquées, ….

Pour protester contre les mauvais traitements subis à la prison de Salé II, Ali Aarrass observe une grève de la faim. Depuis le 25 juillet, il a durci sa grève de la faim en refusant de boire. Depuis lors, il n’est pas autorisé à avoir des contacts avec sa famille ni ses avocats.

Son état de santé est de plus en plus critique : il est toujours conscient mais il ne peut se tenir debout et il a du mal à parler.

Sa famille et ses avocats ont indiqué à Amnesty International que ces mesures auraient été prises en représailles à une campagne publique de solidarité qui appelle à libérer Ali Aarrass.

Son comité de soutien et sa famille exige une enquête sur les actes de torture qu’il aurait subis lorsqu’il a été détenu 10 jours en 2010 par la Direction générale de la surveillance du territoire (DST), autrement dit les services de renseignement, dans ses locaux de Témara.

Les autorités marocaines ont rejeté la dernière requête des avocats d’Ali Aarrass, qui souhaitaient porter plainte pour torture, et ce bien qu’un examen médical effectué fin 2012 à l’occasion d’une visite du rapporteur spécial des Nations unies sur la torture ait fourni des éléments supplémentaires attestant de la véracité des actes de torture, et les condamnant.

Ali Aarrass doit immédiatement pouvoir accéder à des soins médicaux adaptés et dispensés par des professionnels qui travailleront dans le respect de la déontologie et ne le contraindront pas à mettre un terme à sa grève de la faim.

En prison, Ali Aarrass reste un être humain et il doit être traité en permanence avec humanité et notamment ne pas être puni, d’une quelconque façon, à cause de sa grève de la faim ;

En tant que prisonnier, Ali Aarrass a des droits : celui de communiquer avec le monde extérieur, d’avoir des contacts avec sa famille, de consulter ses avocats, d’avoir accès à sa correspondance, d’accéder à des soins..

Lorsque ces droits fondamentaux sont privés à une personne, c’est toute l’humanité qui est bafouée, et nous nous devons de réagir car ne l’oublions jamais : le silence est complice !

En tant qu’ancienne parlementaire, je me suis toujours battue pour le respect des droits fondamentaux partout dans le monde, et notamment pour les droits des détenus dans les prisons.

Je suis convaincue qu’une démocratie se mesure à l’aune du respect des droits des personnes minoritaires, affaiblies, fragilisées, sans défense, tels que les malades, les détenus, les enfants, les handicapés, …

Il est de mon devoir aujourd’hui de rappeler aux autorités marocaines que l’Etat de Droit ne s’arrête pas aux portes des prisons et d’exiger le respect des droits fondamentaux de Ali Aarrass.

Ali Aarrass est aussi de nationalité belge, par suite nous demandons aux autorités belges une assistance consulaire. Nous attendons une prompte réponse de la Belgique qui ne peut renier un de ses enfants ….

Appel urgent de Jeremy Corbyn (MP) pour Ali Aarrass (23 juillet 2013)

dans ACTIONS/AU PARLEMENT/COMMUNIQUES DE PRESSE/FRIENDS OF ALI AARRASS LONDON SUPPORT COMMITTEE/Lettres/Letters/Brieven par

 

Farida Sarah Jeremy Corbyn LondonH.H. Princess Lalla Joumala Alaoui

 

Ambassador of His Majesty the King of Morocco 
to the Court of Saint James’s

 

Embassy of the Kingdom of Morocco 



 

49, Queens Gate Gardens

 

London SW7 5 NE

 

 

cc. Embassy of Belgium in London

 

 

Your Excellency,letter Jeremy Corbyn image

 

 

You may recall my writing to you before about the troubling case of Ali Aarrass, the dual Belgian/ Moroccan citizen tried and convicted of terrorism-related offences on the sole basis of torture evidence following a flagrantly unfair trial. Mr Aarrass is currently serving a twelve-year sentence at Salé II prison, where he reports having been the subject of repeated provocations, intimidation and harassment since meeting the United Nations Special Rapporteur on Torture, Juan Méndez, in September last year. (You may well be aware of the Special Rapporteur’s report on the case, which was made public earlier in the year. )

 

 

The latest of these provocations has driven Mr Aarrass to embark on an indefinite hunger strike. In brief, an item of post which he received on 8 July, a medallion given to competitors in the Brussels marathon, and its ribbon in the Belgian colours, was arbitrarily confiscated hours after he received it. Two days later, witnesses saw the prison Director, Abdellah Darif, and his assistant Mr Bouazza enter his cell in his absence, rip down postcards he had put up on the wall from friends and family, and conduct a search which left his possessions in disarray, in breach of rules which require prisoners to be present during searches. When Mr Aarrass asked to see the prison Director and asked him why he was being treated in this way, the Director indicated that Mr Aarrass was only a prisoner and that he, the Director, could do as he pleased. After this meeting, Mr Aarrass was not permitted access to a telephone, or to the exercise courtyard, or to the showers, and his personal mail has been withheld.

 

 

In protest at this denial of his basic rights and human dignity, Mr Aarrass has embarked on 12 July on indefinite hunger strike, until his possessions and his basic rights are returned to him.

 

 

It is hard to avoid the conclusion that Mr Aarrass is being punished for his contact with the United Nations Special Rapporteur, who I understand will be informed of these developments. I am extremely concerned that his attempts to exercise fundamental rights are met with such harassment and victimisation.

 

 

I would be grateful if you would convey my concerns urgently to the relevant authorities for immediate investigation.

 

 

Yours sincerely,

 

 

Jeremy Corby MP

 

Exclusif ! 16 parlementaires britanniques demandent une intervention urgente de la Belgique pour Ali Aarrass / 16 Britse parlementairen vragen dringende interventie voor Ali Aarrass.

dans ACTIONS/AU PARLEMENT/FRIENDS OF ALI AARRASS LONDON SUPPORT COMMITTEE/TORTURE par

UK parliamentSOURCE

EARLY DAY MOTION FOR ALI AARRASS

Session: 2013-14

Date tabled: 26.06.2013

« That this House commends the diplomatic mission at the Belgian Embassy in London for receiving on 18 June 2013 the sister of the torture victim and Belgian-Moroccan national Ali Aarrass and a delegation representing concerned British lawyers, human rights activists and academic experts on torture; notes the significance of the report by UN Special Rapporteur Juan Mendez which strongly supports the statement made by Ali Aarrass that he was severely tortured in Morocco and that his conviction there was based solely on torture evidence and that he continues to face reprisals, threats and intimidation in prison following his meeting with Mr Mendez; and calls on the Government to make representations to the Belgian government to build on the example set by its diplomatic staff by agreeing to meet Ali Aarrass’ family and to demonstrate, furthermore, its commitment to the international obligation to prevent torture, not least by visiting Ali Aarrass in prison in Morocco as a matter of urgency. »

MOTION POUR ALI AARRASSFarida Aarrass at Belgian embassy London

« Nous demandons à la Chambre des parlementaires de remercier la mission diplomatique de l’ambassade de la Belgique à Londres d’avoir reçu, le 18 Juin 2013, la sœur d’Ali Aarrass, belgo-marocain et victime de torture, et une délégation représentant les avocats britanniques, des militants des droits de l’homme et des experts universitaires sur la torture.

Nous soulignons l’importance du rapport du Rapporteur spécial de l’ONU Juan Mendez, qui soutient fermement la déclaration faite par Ali Aarrass qu’il a été gravement torturé au Maroc et que sa condamnation se repose uniquement sur ​​des preuves obtenues sous la de torture.

Nous soulignons qu’Ali Aarrass continue à être victime de représailles, de menaces et d’intimidations à la prison, suite à sa rencontre avec M. Mendez.

Nous invitons notre gouvernement d’insister auprès du gouvernement belge de suivre l’exemple de son personnel diplomatique et d’accepter de rencontrer la famille d’Ali Aarrass. Le gouvernement belge devait démontrer son engagement à respecter l’obligation internationale de prévention de la torture. Il devait au moins et de manière urgente rendre visite à Ali Aarrass dans la prison au Maroc. »

juan mendez onu 24 septembreMOTIE VOOR ALI AARRASS

« Wij vragen dat dit Huis van Afgevaardigden de diplomatieke missie van de Belgische ambassade in Londen zou bedanken voor de ontvangst, op 18 juni 2013, van een delegatie die bestond uit de zus van Ali Aarrass, Belgo-Marokkaan en slachtoffer van foltering, en Britse advocaten, mensenrechtenactivisten en academische deskundigen inzake marteling.

Wij willen nadrukkelijk wijzen op het belang van het rapport van de speciale VN-rapporteur Juan Mendez, die tenvolle de verklaring van Ali Aarrass ondersteunt dat hij werd gemarteld in Marokko en stelt dat zijn veroordeling uitsluitend gebaseerd is op bewijzen bekomen door foltering.

Wij wijzen erop dat Ali Aarrass represailles, bedreigingen en intimidatie blijft ondergaan na zijn ontmoeting met de heer Mendez.

Wij roepen onze regering op stappen te ondernemen bij de Belgische regering en haar zou vragen om, net als zijn diplomatiek personeel, de familie van Ali Aarrass te ontvangen voor een gesprek. De Belgische regering moet haar internationale verplichting nakomen om foltering te bestrijden. Zij zou op zijn minst en dringend Ali Aarrass moeten bezoeken in de gevangenis in Marokko ».

Signed by / Signé par / Ondertekend door

Name Party Constituency Date Signed
Bottomley, Peter Conservative Party Worthing West 03.07.2013
Caton, Martin Labour Party Gower 27.06.2013
Corbyn, Jeremy Labour Party Islington North 26.06.2013
Durkan, Mark Social Democratic and Labour Party Foyle 01.07.2013
Edwards, Jonathan Plaid Cymru Carmarthen East and Dinefwr 01.07.2013
George, Andrew Liberal Democrats St Ives 27.06.2013
Hancock, Mike Liberal Democrats Portsmouth South 01.07.2013
Hopkins, Kelvin Labour Party Luton North 02.07.2013
Leech, John Liberal Democrats Manchester Withington 04.07.2013
Llwyd, Elfyn Plaid Cymru Dwyfor Meirionnydd 27.06.2013
Long, Naomi Alliance Party Belfast East 02.07.2013
Lucas, Caroline Green Party Brighton Pavilion 04.07.2013
McDonnell, John Labour Party Hayes and Harlington 27.06.2013
Meale, Alan Labour Party Mansfield 01.07.2013
Ritchie, Margaret Social Democratic and Labour Party South Down 02.07.2013
Shannon, Jim Democratic Unionist Party Strangford 01.07.2013

 

 

Aller à Top