Category archive

AVOCATS - page 3

Frances Webber on « Citizenship » : the cases of Ali Aarrass, Talha Ahsan, Feroz Abassi.. (Socialist Lawyer February 2014)

dans AVOCATS/FRIENDS OF ALI AARRASS LONDON SUPPORT COMMITTEE par

Haldane society of socialist lawyers II‘Citizenship is man’s basic right, for it is nothing less than the right to have rights.’  Chief Justice Earl Warren, dissenting in Perez v Brownell, US Supreme Court (356 US 44 1958).

 It is probable that Chief Justice Warren had read Hannah Arendt’s ground-breaking study The Origins of Totalitarianism. Arendt coined the phrase ‘the right to have rights’, which encapsulated her insight that although human rights were held to be universal, access to those rights was impossible without citizenship of a nation state.

The relationship between a Government and its citizens, the obligations owed by the one to the other, and how and for what reasons Governments can end the relationship by revoking citizenship have become fraught questions in the post-9/11 age, when citizens’ rights have repeatedly crashed against doctrines of State sovereignty. Some Muslim citizens of European States have discovered that they cannot rely on their Government to protect them from arbitrary and illegal detention or torture abroad. Others have discovered how easy it is to lose citizenship, and how few procedural protections they have.

 The case of Ali Aarrass Haldane society of socialist lawyers

 On 10th January 2014, lawyers appeared before the Brussels first-instance court to argue that Belgium is in breach of its obligation to protect its dual-national citizens from torture. The case is that of Ali Aarrass, a Belgian-Moroccan citizen tortured and imprisoned in Morocco, to whom the Belgian Government refuses to extend consular protection.

 Born in the Spanish enclave of Melilla and educated in Belgium, where he did his military service, Ali was subjected to a two-year investigation for alleged involvement in arms smuggling by Spanish judge Baltasar Garzón, and was cleared in March 2009. The Spanish authorities nevertheless extradited him to Morocco in December 2010, despite a UN Human Rights Committee request to stay the extradition. Ali disappeared into incommunicado detention and nearly a year later was convicted in the Rabat court of smuggling arms and sentenced to 15 years’ imprisonment (later reduced to 12). The conviction was based solely on ‘confession’ evidence which Ali consistently maintained was false, his signature to an incomprehensible document in an unfamiliar language obtained by sustained torture.

 The allegations of torture were never properly investigated by the Moroccan authorities, but following a prison visit with a forensic medical expert in September 2012, UN Special Rapporteur Juan Mendez confirmed that Ali had been severely tortured. A December 2013 report from the UN’s Working Group on Arbitrary Detention concurred that Ali’s confession was obtained by torture, rendering his conviction and imprisonment unlawful.

 No help from Belgium

 During the whole period of his incarceration, Ali’s family and supporters have called on the Belgian Government to provide diplomatic protection. The Foreign Minister has consistently refused, saying that in Morocco, Ali is a Moroccan citizen and it would be contrary to normal practice to intervene diplomatically. Only in August 2013, when Ali was in a critical condition on a hunger and thirst strike, did the Minister ask the Moroccan Government to ensure that he was treated with respect for his human rights. Even then, he insisted that the Government was not providing diplomatic assistance and would not intervene in the conviction. The lawyers’ argument is that since torture is jus cogens in international law, the obligation to protect citizens from torture must take precedence over diplomatic conventions of non-intervention.

Haldane society of socialist lawyers What is citizenship worth?

 Ali’s case raises forcefully the issue of the way Muslim ‘terror suspects’ are treated as non-citizens by the States of their nationality, in the context of the clash between diplomatic conventions (reflecting State sovereignty) and human rights obligations.

 Feroz Abbasi was one of the Muslim British citizens kidnapped abroad and bundled off to Guantánamo (others included Ruhel Ahmed, Tarek Dergoul, Jamal Al Harith, Shafiq Rasul, Asif Iqbal, Richard Belmar, Martin Mubanga and Moazzem Begg). In a challenge brought on behalf of Abbasi, R (Abbasi) v Secretary of State for Foreign and Commonwealth Affairs [2002] EWCA Civ 1598, the Court of Appeal accepted that at Guantánamo the men were ‘arbitrarily detained in a “legal black-hole” without the possibility of challenging their detention, in apparent contravention of fundamental principles recognised by both jurisdictions and by international law’i – but the Government denied any entitlement to consular protection against arbitrary and limitless detention – and the court agreed. ‘International law has not yet recognised that a State is under a duty to intervene by diplomatic or other means to protect a citizen who is suffering or threatened with injury in a foreign State’, the Court of Appeal said. The judges held that since the Foreign & Commonwealth Office (FCO) had already considered Mr Abbasi’s request for assistance, there was nothing further they could do – they could not order the FCO to intervene on behalf of the Britons held at Guantánamo.

 Relatives of Moazzem Begg and other British detainees sought to join Abbasi’s case as interveners and to put evidence of their treatment before the Court, but the application was refused, so there were no allegations of torture or inhuman treatment before the Court, although by the time of the hearing in September 2002 the treatment of detainees (including British nationals) at Bagram and Guantánamo was already causing grave concern.

 It is not only Muslims who find themselves abandoned by the country of their nationality in the face of ill-treatment by a foreign State. As recently as January 2014, the European Court of Human Rights in Jones and others v United Kingdom [2014] ECHR 32, upheld the refusal by the UK House of Lords in 2006 to allow four white Britons to sue their Saudi torturers in British courts. But it seems that only in the case of Muslims do Governments collude in torture and illegal rendition. The report of the aborted Gibson inquiry, The Detainee Inquiry, published in December 2013, indicated that from early 2002, British intelligence officers were aware of ill-treatment including the use of hoods, stress positions, sleep deprivation and physical assaults on detainees including at least one British national; that some approved of the ill-treatment, others turned a blind eye, and that even when officers registered concern, no action was taken to stop it. Similarly, the UK did not take opportunities to object to proposals to transfer individuals including British nationals to Guantánamo, and in some cases approved or cooperated with US renditions to torturing states. Ministers only sought the release of British detainees from Guantánamo in December 2003.

 Extradition: Talha Ahsan’s case Haldane society

 British citizenship provides no protection against extradition, either. In October 2012, British citizens Babar Ahmad and Talha Ahsan (who has won prizes for his poetry) were extradited to supermax incarceration in the US, to await trial on charges which the Director of Public Prosecutions refused to prosecute in the UK for lack of evidence and whose sole connection to the US is a computer server’s location. The Asperger’s syndrome which Talha suffers, in common with Gary McKinnon, and which moved Home Secretary Theresa May to stop McKinnon’s extradition, did not help Talha.

 Getting and losing citizenship

 The protection of citizenship is becoming increasingly threadbare for European Muslims. Simultaneously, in the UK at least, citizenship has become harder to acquire, and easier to lose. In 2002, with multiculturalism giving way to the new politics of ‘community cohesion’, the New Labour Government made naturalisation more difficult. Prospective citizens were tested to ensure that they were familiar with ‘British values’, to which they pledged allegiance in a revamped citizenship ceremony under the Nationality, Immigration and Asylum Act 2002.

 Until 2002, only British citizens who had become British by naturalisation or registration (as opposed to being born British) could lose citizenship, and a strict procedure for revocation of citizenship had to be applied before the loss of citizenship took effect. The new law stipulated for the first time that those born British could be stripped of their citizenship, provided that they would not become Stateless. It did away with the old grounds for deprivation of citizenship, disaffection or disloyalty, and trading with the enemy, replacing them by ‘conduct seriously prejudicial to the vital interests of the UK’. With no definition of ‘vital interests’, the new law potentially embraced a much broader range of actions for which citizenship could be forfeit.

 Concerns at the vagueness of the phrase are heightened by the extreme breadth of the cognate phrase ‘national security’ and the discretion given to ministers to define it. Successive Governments have decided that actions against a ‘friendly State’ can damage the UK’s national security, no matter that we cannot choose our Government’s friends, who include many torturing states. Senior judges have both accepted this broad definition and have left it up to ministers to decide whether particular actions damage national security. ‘The courts are not entitled to differ from the opinion of the Secretary of State on the question of whether, for example, the promotion of terrorism in a foreign country by a UK resident would be contrary to the interests of national security’, said Lord Hoffmann in 2002 in the case of Shafiq ur Rehman v SSHD [2003] 1AC 153. There is no reason to believe that the judges would be any less deferential on the question of what are the UK’s ‘vital interests’ and what conduct would be ‘seriously prejudicial’ to them. In any event, since 2006, the only criterion for depriving a British citizen of his or her nationality is that it is ‘conducive to the public good’ to do so.

 Loss of procedural protectionHuman rights

 In 2004, the provision which allowed an appeal before the deprivation decision took effect was repealed, meaning that the person is no longer a British citizen from the moment the decision is served, and can (if abroad) be excluded from the country. Unsurprisingly, since 2004 virtually all deprivations have occurred while the ‘target’ is abroad, and the ‘target’ then excluded, creating untold difficulties for families, who must either share a husband or father’s exile or endure separation. In a recent case, L1 v SSHD [2013] EWCA Civ 906, the notice did not reach its target until the 28-day time limit for appealing had expired. The Home Office sought to strike out his appeal as late, and the Special Immigration Appeals Commission (SIAC) agreed that the man had lost his appeal rights. It was left to the Court of Appeal to expose the essential injustice of this position: waiting until the man left the country to ‘serve’ the notice of deprivation of citizenship without actually giving it to him, by sending it to the home address in the UK to which he could not return, was manipulation of the process to try to deprive him of appeal rights, the Court of Appeal held.

 Appellants are unlikely even to know the detailed grounds for deprivation, or see the evidence relied on. Such was the case for at least forty applicants for naturalisation, who were refused on ‘character’ grounds, and were given no details. A five-year legal battle has left them no clearer as to whether the refusal rests on mistaken identity, or malicious allegations, or monumental misunderstanding as can be seen in the decision of AHK and others v SSHD [2013] EWHC 1426 (Admin). How much more of an injustice is it to strip someone of a citizenship they may have had since birth, without providing detailed reasons and detailed evidence which they may be able to rebut?

 A New Labour Government was behind the deprivation provisions, but the Coalition Government has used them more. Five people were stripped of citizenship from 2003 to May 2010, and at least 37 since – 20 in the past year, according to the Bureau for Investigative Journalism, which, says that two of those who lost citizenship were then killed by drones, while one man, Mahdi Hashi, was taken by rendition to the USA.

 Deprivation and statelessness

 In October 2013 the Supreme Court ruled that Hilal Abdul-Razzaq Ali Al-Jedda could not be deprived of citizenship, as this would make him stateless. He had lost Iraqi citizenship when he became British. The Home Office argued that his statelessness would not be the fault of the Home Office but his own fault, for failure to re-apply for Iraqi citizenship. Following the Supreme Court’s rejection of the argument, the Home Office pushed through an amendment to the Immigration Bill on its third reading in the Commons in January 2014, to allow naturalised British citizens with no other nationality to be deprived of citizenship, thus rendering them stateless, for conduct ‘seriously prejudicial to the vital interests of the UK’.

 The fact that the 1961 Convention on the Reduction of Statelessness allows this, since the UK reserved this power when it signed the Convention, does not make it any less objectionable, particularly since it is partly politically motivated, a sop to far-Right Tories, and partly a riposte to the Supreme Court’s Al-Jedda judgment. The new clause 60 would allow the Secretary of State to take account of conduct pre-dating the Act, which shows the Government clearly has Al-Jedda in its sights, as well as Abu Hamza, another beneficiary of the current ban on rendering British citizens stateless.

 The ‘right to have rights’ has become, in Theresa May’s words, a privilege, not a right. States’ rights are absolute; those of citizens are contingent and increasingly precarious.

For more information about Ali Aarrass and Talha Ahsan see www.freeali.eu/ and freetalha.org/‎.

Barrister Frances Webber II picassa Frances Webber is a Vice-President of the Haldane Society. She is Vice-Chair of the Institute of Race Relations Council of Management and a former barrister who specialised in immigration, refugee and human rights law until her retirement in 2008. She co-edited Macdonald’s Immigration Law and Practice (5th edition, 2001, 6th edition 2005) and Halsbury’s British Nationality, Immigration and Asylum (4th edition, 2002 reissue), and is the author of Borderline Justice: the fight for refugee and migrant rights (2012).

 

« Maroc : L’ONU demande la libération immédiate d’Ali Aarrass », écrit par Alkarama Jeudi, 13 Février 2014

dans AVOCATS/COMMUNIQUES DE PRESSE/ORGANISATIONS POUR LES DROITS DE L'HOMME / FOR HUMAN RIGHTS/SANS CATEGORIES/TORTURE par

AlkaramaSaisi par Alkarama du cas d’Ali Aarrass, le Groupe de travail sur la détention arbitraire des
Nations Unies a confirmé le caractère arbitraire de sa privation de liberté et a appelé les
autorités marocaines à le libérer immédiatement.
A la suite de sa visite au Maroc en décembre 2013, le groupe d’experts avait déjà déclaré dans un communiqué de presse : « c’est sur la base d’aveux obtenus sous la torture que M. Ali Aarrass […] a été condamné en novembre 2011 à 15 ans de prison ferme », déclaration confirmée dans l’avis No. 25/2013 qu’il vient de rendre public.Aarrass Avis No. 25-2013 Maroc (Ali Aarrass) seul-page-001
Ali Aarrass avait été arrêté en 2008 à Melilla, en Espagne, pour suspicion de terrorisme avant d’être blanchi à la suite d’une enquête menée par la justice espagnole. L’Espagne l’a
néanmoins extradé vers le Marocen 2010 alors même que le Comité des droits de l’homme des Nations Unies, saisi par ses avocats, avait demandé expressément le 26 novembre 2010 à ce pays de ne pas le faire.
Ali Aarrass a donc été livré à la police marocaine le 14 décembre 2010 sans que sa famille, et ses avocats aient été informés.
Il a été détenu au secret et torturé pendant une dizaine de jours avant d’être présenté devant le parquet de la Cour d’appel de Salé et inculpé de « participation à un réseau terroriste et trafic d’armes ».
Renvoyé à plusieurs reprises, son procès s’est finalement tenu le 24 novembre 2011. Comme à son habitude dans des procès similaires, l’accusation n’a apporté aucun élément matériel ou un quelconque élément de preuve pour justifier ses poursuites sinon les procès verbaux de police signés sous la contrainte et rédigés en arabe, langue que l’accusé ne lit pas.
Le procès d’Ali Arrassa a été particulièrement expéditif. Les magistrats ont systématiquement refusé de prendre en compte les vices de procédures et les violations graves des droits de la défense de l’accusé qui a finalement été condamné à 15 années d’emprisonnement.
Sa peine a été ramenée en appel à 12 années d’emprisonnement le 1er octobre 2012, lors d’un second procès tout aussi expéditif.
A aucun moment, les juges d’Ali Aarrass n’ont tenu compte des allégations de tortures dont il leur a fait part, ni ordonné d’expertise médicale sérieuse pour en établir la réalité.
Il purge actuellement sa peine dans la prison de Salé 2 et fait régulièrement l’objet d’intimidation et de mauvais traitements de la part de l’administration pénitentiaire.
ONULe Groupe de travail onusien confirme dans son Avis qu’Ali Aarrass « a fait l’objet de tortures et de détention au secret pendant dix jours ; qu’il n’a pas eu l’assistance d’un avocat durant toute cette période ; que sa condamnation est fondée uniquement sur des procès verbaux obtenus sur la base de contrainte » et appelle le Maroc à le libérer immédiatement et à l’indemniser.
Les experts relèvent également l’absence de réponse à la communication qu’ils ont adressée
aux autorités marocaines malgré « la gravité des allégations » et regrettent « l’absence
d’expertise relative aux actes de tortures ».
Alkarama appelle les autorités du pays à mettre en œuvre cet Avis et à se conformer aux
nombreuses autres recommandations onusiennes qui invitent le Maroc à mettre un terme à la pratique de la détention arbitraire, qui constitue un passif en matière de droits de l’homme, notamment pour les centaines de personnes de personnes condamnées à la suite de procès inéquitables dans le cadre de la lutte anti-terroriste.
#FreeAliAarrass
Pour en savoir plus sur Ali Aarrass:  http://www.freeali.eu/ 

Aarrass Avis No. 25-2013 Maroc (Ali Aarrass) seul-page-002

Aarrass Avis No. 25-2013 Maroc (Ali Aarrass) seul-page-003Aarrass Avis No. 25-2013 Maroc (Ali Aarrass) seul-page-004Aarrass Avis No. 25-2013 Maroc (Ali Aarrass) seul-page-005

Belgian court victory for Ali Aarrass

dans AVOCATS/FRIENDS OF ALI AARRASS LONDON SUPPORT COMMITTEE/SANS CATEGORIES/TORTURE par

aarrassportrait

by Frances Webber 

London Friends of Ali Aarrass

Excellent news for all the Friends of Ali Aarrass: a Brussels court has ordered the Belgian Foreign Affairs Ministry to provide Ali with the consular assistance he is entitled to expect as a Belgian citizen, which has been denied him throughout his ordeal.

  The torture he suffered following his illegal extradition from Spain to Morocco was confirmed by the UN Special Rapporteur in a document addressed to the Moroccan ministry of justice, published in May 2013. More recently, the UN Working Group on Arbitrary Detention confirmed that it was on the basis of confessions obtained by torture that Ali was convicted in November 2011 and sentenced to 15 years’ imprisonment (later reduced to 12).

 From the beginning of his nightmare, Ali sought the help of the Belgian government – far more his government than that of Morocco, since he was educated in Belgium, worked there and did his military service there, while he has never lived in Morocco and has no ties there save the formal tie of citizenship. But the Foreign Affairs Ministry has always refused to provide consular assistance, confirming this position most recently on 29 January 2014 in answer to a parliamentary question. The minister said that ‘humanitarian assistance’ had been provided. This referred to the occasion in August 2013 when Ali was weeks into a potentially fatal hunger and thirst strike over his treatment in prison, and the minister wrote seeking the Moroccan government’s assurance that he was being treated in accordance with human rights norms – an intervention which led to an immediate improvement in his treatment. But even then the minister indicated that this was exceptional and that he would not intervene in Ali’s conviction.

 The refusal to provide consular protection led Ali to take the case, through his Belgian lawyers, against the ministry. In argument, the ministry again denied all responsibility for Ali, while accepting that it had been aware of the allegations of torture – the torture was not committed by Belgian officials, or on Belgian territory, so was not Belgium’s problem, its lawyers said.

 In a ground-breaking judgment, delivered on 3 February, the court ordered the ministry to intervene. It ruled that the purpose of consular assistance was the effective protection of citizens’ rights abroad, and that the right to intervene could become an obligation if the embassy was aware that the citizen was alleging a breach of fundamental rights. The court affirmed that Article 4 of the Hague Convention of 1930 (which precludes diplomatic protection of a national against a State whose nationality the person also possesses) did not apply, as Morocco had not ratified it, so international law did not prevent intervention on behalf of dual nationals in this case.

 Ali, his family and friends look forward to a speedy visit by the Belgian consul in Morocco. Meanwhile, they thank supporters for helping to make the legal case possible.

 Funds are still needed to enable the family to continue visiting Ali in Salé II prison and for the legal case in the Moroccan constitutional court against his conviction. You can do an electronic bank transfer to the Friends of Ali Aarrass, account number 65583960; sort code 089299.

Thanks, and all the best –

 

Ali Aarrass : cinq ans de combat pour une victoire historique !

dans AVOCATS/COMMUNIQUES DE PRESSE/SANS CATEGORIES par

Victory IICommuniqué de presse du CABINET D’AVOCATS JUS COGENS : Me Dounia ALAMAT (GSM: 32.470.57.59.25 ; da@juscogens.be) – Me Nicolas COHEN (GSM : 32.470.02.65.41 ; nc@juscogens.be) – Me Christophe MARCHAND (GSM: 32.486.32.22.88 ; cm@juscogens.be)

 6 février 2014

 Affaire Ali AARRASS : Le Tribunal de première instance de Bruxelles enjoint au Ministre des Affaires Etrangères d’assurer la protection consulaire à son ressortissant, torturé et détenu au Maroc

 Depuis son extradition illégale vers le Maroc[1], le 14 décembre 2010, Ali AARRASS, citoyen belge, clame qu’il a fait l’objet d’abominables tortures.

 Ces actes barbares ont été confirmés dans un courrier de décembre 2012, adressé par le Rapporteur spécial des Nations-Unies contre la torture au Ministre de la Justice marocain, et rendu public en mai 2013[2].

 Tout récemment encore, le Groupe de travail sur la détention arbitraire des Nations Unies avait constaté que « c’est (…) sur la base d’aveux obtenus sous la torture que M. Ali Aarrass (…) a été condamné en novembre 2011 à 15 ans de prison ferme »[3].

 Depuis son incarcération au Maroc, Ali AARRASS sollicite que la Belgique lui prête secours et assistance, au travers de l’aide consulaire.

 Toutefois, le Ministre des Affaires Etrangères n’a jamais donné de suite favorable à sa demande. Ce 29 janvier 2014, interpellé par la Député Zoé GENOT, le Ministre des Affaires Etrangères a réaffirmé qu’il n’accorderait pas la protection consulaire à son ressortissant[4]. Concernant l’ « assistance humanitaire », il a expliqué qu’elle avait été exercée, sans expliquer les raisons pour lesquelles il estimait pouvoir clôturer son intervention vis-à-vis d’Ali AARRASS, toujours victime d’une peine et de traitements inhumains et dégradants.

 Suite aux refus répétés et injustifiés de lui venir en aide, Ali AARRASS a cité le Ministre des Affaires Etrangères en justice afin de le contraindre à lui apporter l’assistance consulaire.

Victory Dans un jugement historique et courageux de ce 3 février 2014, le Tribunal de première instance de Bruxelles, siégeant en référé, a fait droit à la demande d’Ali AARRASS. Le jugement expose :

 « La protection consulaire vise principalement à la protection des droits individuels à l’étranger. Elle doit être entendue comme un mécanisme visant à ce que les droits reconnus à un individu puissent être effectivement garantis (…)

La protection consulaire est donc de nature à contribuer au respect des droits fondamentaux, comme celui garanti à l’article 3 de la Convention européenne des Droits de l’homme (…)

 Un agent consulaire a le droit de communiquer avec son ressortissant mais ce droit peut se transformer en obligation, en vertu de l’article 1er de la Convention européenne des Droits de l’homme, si une violation à ladite Convention est alléguée et portée à la connaissance de cet Etat (…)

poster-declaration-droits-homme

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 Il n’est pas contestable que ces traitements [torture] ont des répercussions sur l’état de santé mental et physique de M. AARRASS qui nécessiterait un suivi médical, actuellement. Cette seule circonstance justifie l’intervention du tribunal des référés. L’urgence ne peut être déniée lorsqu’une situation, qui est le fait de la violation de règles fondamentales qui ont trait aux Droits de l’homme empire par l’effet du temps (…)

 L’article 4 de la Convention de la Haye du 12 avril 1930 (..) ne règle pas les droits des parties au litige puisque le Maroc n’a pas ratifié ladite Convention (…)

 Prima facie, il n’existe aucune règle de droit international qui contraint l’Etat belge à ne pas intervenir dans le cas d’un binational (…)

 Il n’est pas contesté que l’Etat belge a apporté une intervention consulaire/humanitaire à l’égard de doubles ressortissants dans l’autre Etat de leur nationalité, même si les circonstances de l’intervention de l’Etat sont différentes d’une affaire à une autre (…)

 PAR CES MOTIFS (…)

 Enjoignons à l’Etat belge d’apporter sa protection consulaire à M. Ali AARRASS »

Victoire C’est la première fois dans l’histoire judiciaire belge qu’un double national obtient d’un Tribunal l’ordre de protéger son ressortissant hors de la Belgique. Face au calvaire subi par Ali AARRASS, il était temps que soit rappelé au Ministre des Affaires Etrangères qu’au XXIème siècle, on ne transige pas avec les droits fondamentaux pour d’obscures raisons, même quand il s’agit de préserver de bonnes relations avec le Royaume Chérifien du Maroc.

 Le jugement de ce 3 février 2014 est exécutoire.

 La famille, les proches et la défense d’Ali AARRASS espèrent dès lors qu’une visite du Consul belge au Maroc sera rapidement effectuée et que la Belgique prendra enfin ses responsabilités dans cette triste affaire.

 [1] Extradition réalisée par l’Espagne en contrariété avec une injonction du Comité des droits de l’homme de l’ONU du 26 novembre 2010, compte tenu du risque de torture encouru.

 [2] Voir pièce jointe

 [3] « Déclaration lors de la conférence de presse du Groupe de travail sur la détention arbitraire à l’issue de sa visite au Maroc », 18 décembre 2013, http://www.ohchr.org/FR/NewsEvents/Pages/DisplayNews.aspx?NewsID=14121&LangID=F (en annexe)

 [4] Chambre des représentants, Commission des Relations extérieures, Réunion du 29 janvier 2014, CRIV 53 – COM 0913

 

 

Latest news on Ali Aarrass (8 January 2014), by Frances Webber, Friends of Ali Aarrass London Support Committee

dans AVOCATS/COMMUNIQUES DE PRESSE/FRIENDS OF ALI AARRASS LONDON SUPPORT COMMITTEE/Lettres/Letters/Brieven par

consular-protectionSince the visit of the UN Working Group on Arbitrary Detention, which found that Ali’s conviction was based solely on torture evidence, Ali has suffered further reprisals, according to a press release from his lawyers in Belgium – in particular, he has been placed in solitary confinement, with no reasons given. He needs consular assistance. On 10 January, the Brussels first-instance court will hear an application by Ali’s lawyers for an order that the foreign ministry provides all necessary assistance and protection, taking into account all that he and his family have suffered.

 On 3 January, Ali wrote a letter from prison in which he spoke of ‘the necessity for a healthy society to put in place systems for proper reintegration of those who have through unfortunate circumstances become involved in crime or folly, and solidarity between different groups in society, because of the way prisoners become cut off from all sorts of activities. Initiatives for such reintegration into society, which are designed to stifle any criminal or anti-social impulses, must surely be welcomed, and anyone who has lived among prisoners understands the utility of encouraging any project which reduces their social isolation and allows them to participate in society, even from behind the prison walls.

 ‘No one could imagine the obstacles and difficulties which can be put in the way of such initiatives: On 29 August 2013, following my meeting with Jamila Sayouri and members of the CNDH, I proposed to the director of Salé II prison, Abdellah Darif, that I obtain from Belgium clothes, shoes and toiletries to distribute among poor prisoners or those serving their sentence far from their families, in the hope that this could give them back some of the humanity taken from them. The director was very agreeable to the project, which he saw as a humanitarian initiative to be encouraged.

vetements-I-2013-09-27-10.28.00-618x190

‘After giving my family in Belgium the green light to implement the proposal and start the collection, I saw Mr Darif again on 27 September and he re-affirmed his support.

‘On 30 September, the day of the planned visit, I tried without success to contact the director to tell him that bags of clothes, shoes and toiletries were on their way. I was told that he was away attending a family funeral. Everything seemed to be going well, and my sister was able to bring in several bags of items for the prisoners under the benevolent eye of activists from the Belgian Egalité party. Suddenly, at the end of the visit, everything unravelled. When my sister tried to retrieve her passport, she was told she could not have it unless she took back the bags she had brought in, on the ground that guards had no instructions to receive them. My sister refused to submit to this blackmail, and in response all the bags were savagely thrown out of the prison.

 ‘Some questions come to mind:

– Did the initial permission to bring the bags in come solely from the guards at the main entrance, which is inconceivable?

– How could the bags have been admitted without prior authorisation?

– Or was the whole thing a sham to make Salé II look good for the cameras of Egalité, who filmed the reception of the bags but were not allowed inside?

‘The organisation ‘Observatory’ is looking after the bags pending resolution of the issue. Observatory activist Abdellah Mozdad has tried to resolve it through an approach to Mostafa Hilmi, the official responsible for social affairs in the prisons directorate, who says he can do nothing without the blessing of prisons director-general Tabeq Saleh Mohamed. Nothing has been resolved despite various interventions, notably from CNDH.

 ‘Why are Salé II’s prisoners treated in this way? Are they such monsters that they don’t deserve any concern, or any attempt to ameliorate their pitiable conditions of detention? The categorical, repeated, unjustifiable refusal of all social initiatives will not assist prisoners’ rehabilitation – it only accentuates their isolation, locks them further in to a punitive milieu and precludes all possibilities of reintegration.’

 

Communiqué de presse des avocats d’Ali Aarrass sur le procès du 10 janvier pour obtenir la protection consulaire pour les bis-nationaux

dans AVOCATS/COMMUNIQUES DE PRESSE/DOUBLE NATIONALITE/TORTURE par

avocats juscogens CABINET D’AVOCATS JUS COGENS – Me Christophe MARCHAND (GSM: 32.486.32.22.88 ; cm@juscogens.be) – Me Dounia ALAMAT (GSM: 32.470.57.59.25 ; da@juscogens.be) – Me Nicolas COHEN (GSM : 32.470.02.65.41 ; nc@juscogens.be)

8 janvier 2014

Affaire Ali AARRASS : Le Groupe de travail sur la détention arbitraire de l’ONU confirme qu’Ali AARRASS a été condamné sur base d’aveux obtenus sous la torture et fait l’objet d’une détention arbitraire, le Ministre des Affaires Etrangères refuse toujours d’intervenir !

Depuis son extradition illégale vers le Maroc[1], le 14 décembre 2010, Ali AARRASS, citoyen belge, clame qu’il a fait l’objet d’abominables tortures.

mendezLe 31 mai 2013, le Rapporteur spécial des Nations-Unies contre la torture a rendu public les constats d’un médecin spécialisé relevant les séquelles de ces actes barbares :

« Le médecin légiste indépendant qui accompagnait le Rapporteur spécial a effectué un examen physique externe et trouvé des traces de torture sur le corps de M. Aarrass. Le médecin légiste a conclu que la plupart des traces observées, bien que non diagnostiquées comme signes de torture, sont clairement compatibles avec les allégations présentées par M. Aarrass, à savoir le genre de torture et de mauvais traitements infligés, tels que brûlures occasionnées par une cigarette, pratique du «falanja » (coups assenés sur la plante des deux pieds), attachement intense puis suspension par les poignets et électrochocs aux testicules. En outre, il a constaté que la description faite par M. Aarrass des symptômes ressentis après les épisodes d’actes de torture et de mauvais traitements est totalement compatible avec les allégations et que le genre de pratiques décrites et les méthodologies qui auraient été suivis par les agents pratiquant ces actes, coïncident avec les descriptions et les allégations présentées par d’autres témoignages que le Rapporteur spécial a reçus dans d’autres lieux de détention et qui ne sont pas connus de M. Aarrass. Il a conclu que certains de ces signes seront de moins en moins visibles avec le temps et, à terme, devraient disparaître comme ceux, par exemple, existants sur la plante des deux pieds. Il a également conclu que l’examen physique a uniquement été effectué sous lumière artificielle. »

Ali AARRASS sollicite, depuis son emprisonnement, que la Belgique lui accorde l’aide consulaire, compte tenu notamment des terribles conditions de détention auxquelles il doit faire face.

Le Ministre des Affaires Etrangères n’a jamais donné de suite favorable à ces demandes.

Nations unies droits de l'hommePourtant, le 18 décembre 2013, après une nouvelle visite des instances onusiennes, le Groupe de travail sur la détention arbitraire des Nations Unies (ci-après GTDA) a, à son tour, constaté que « c’est (…) sur la base d’aveux obtenus sous la torture que M. Ali Aarrass (…) a été condamné en novembre 2011 à 15 ans de prison ferme »[2].

Depuis la visite du GTDA, Ali AARRASS subit de nouvelles pressions. Il a notamment été replacé en régime d’isolement, sans motif.

Ali AARRASS a besoin de l’assistance consulaire de la Belgique.
 

Une audience se tiendra ce vendredi 10 janvier 2014, 9h, devant le Tribunal de première instance de Bruxelles, siégeant en référé, afin de contraindre le Ministre des Affaires Étrangères à prendre en considération la souffrance d’Ali AARRASS et de sa famille et d’en conséquence, lui accorder toute l’aide dont la Belgique est capable en vue de protéger son ressortissant.

[1] Extradition réalisée par l’Espagne en contrariété avec une injonction du Comité des droits de l’homme de l’ONU du 26 novembre 2010, compte tenu du risque de torture encouru.

[2] « Déclaration lors de la conférence de presse du Groupe de travail sur la détention arbitraire à l’issue de sa visite au Maroc », 18 décembre 2013, http://www.ohchr.org/FR/NewsEvents/Pages/DisplayNews.aspx?NewsID=14121&LangID=F

 

  

 

Goûter pour Ali Aarrass : le procès pour obtenir l’assistance consulaire pour les bis-nationaux va commencer. Soutenez-nous !

dans ACTIONS/AVOCATS/COMMUNIQUES DE PRESSE par

 Affiche nouvelle goûter pour Ali Aarrass 1 décembre 2013

affiche gouter 1 décembre 2013

 

 

Quand ?: dimanche 1 décembre 2013 14:00 – 19:00

Où ? Salle V.K. rue de l’Ecole, 76 à 1080 Bruxelles


Communiqué des avocats de la défense d’Ali Aarrass (7 novembre 2013)

Mesdames, Messieurs,

 Par la présente, nous souhaitons vous informer qu’Ali AARRASS et sa sœur, Farida AARRASS, ont cité devant le tribunal de première instance de Bruxelles, siégeant en référé, Monsieur le Ministre des affaires étrangères, représentant l’État belge, en raison de son refus d’apporter l’assistance consulaire à Ali AARRASS, sauvagement torturé au Maroc et toujours détenu dans cet État.

 Depuis sa mise en demeure, le Ministre n’a tout simplement rien répondu aux arguments avancés et aux demandes formulées.

 Or, la situation d’Ali AARRASS reste très mauvaise et se détériore même.

 Ainsi, à l’heure actuelle, il n’a pas accès aux résultats des tests médicaux effectués – ce qui lui fait craindre le pire – les anti-inflammatoires qu’il prend sont sans effet sur ses maux, il souffre de vertiges, sa vue a encore baissée, son immunité n’est toujours pas rétablie et il ne cesse de tomber malade, son ouïe diminue et il craint de perdre son oreille gauche, il a des maux de têtes extrêmement fréquents, ses pieds gonflent. Par ailleurs, ses souffrances psychologiques sont aiguës et ravivées par les fouilles intempestives et autres brimades, ce qui provoque, en pus, des insomnies ….

 L’audience est fixée à 9h devant le Tribunal de première instance de Bruxelles en référé ce 12/11/2013. Il s’agit d’une audience d’introduction durant laquelle un calendrier en vue d’un échange d’arguments écrits sera prévu entre les parties et une date de plaidoiries sera fixée par le Tribunal.

 Nous tenions à vous aviser de l’évolution de cette affaire qui permettra, nous l’espérons, de garantir pour tous les Belges, sans discrimination, l’assistance consulaire de la Belgique lorsqu’un ressortissant se fait gravement maltraiter à l’étranger.

 En vous souhaitant bonne réception de la présente, nous vous prions d’agréer, Mesdames, Messieurs, l’expression de nos meilleurs sentiments.

 Me Christophe MARCHAND (GSM: 32.486.32.22.88 ; cm@juscogens.be) – Me Dounia ALAMAT (GSM: 32.470.57.59.25 ; da@juscogens.be) – Me Nicolas COHEN (GSM : 32.470.02.65.41 ; nc@juscogens.be)

Affiche nouvelle goûter pour Ali Aarrass 1 décembre 2013

 Nous avons besoin de vous. La plainte déposée contre Reynders nous coûtera cher au niveau des frais juridiques.

De plus, les frais précédents n’ayant pas encore été payés dans leur totalité, nous lançons ce goûter en guise de rencontre autour de l’affaire « Ali Aarrass » et cela avec la précieuse intervention sur scène d’artistes, tous venus pour le soutenir.

 Soyez des nôtres lors de cette occasion qui comme chaque fois, se veut être un moment où le bon accueil et l’ambiance sont assurés, sans oublier les délicieux mets faits maison.

 Facebook event

 

Participez aussi à la conférence d’information à l’occasion du troisième anniversaire de l’extradition d’Ali Aarrass par l’Espagne au Maroc, le 14 décembre 2013 de 18 à 21 heures au Pianofabriek

 Facebook event

EXTRADITION – UITLEVERING (fr/NL) 14/12/2013

dans ACTIONS/AVOCATS/EXTRADITION par

avion extradition(fr) Meeting/conférence : EXTRADITION

Samedi 14 décembre 2013 de 18 à 21 heures

Pianofabriek, Rue du Fort / Fortstraat 35, 1060 Saint-Gilles,

A l’occasion du troisième anniversaire de l’extradition d’Ali Aarrass par l’Espagne vers le Maroc, le 14 décembre 2010, la Campagne Free Ali Aarrass vous invite à une soirée exceptionnelle de rencontres, de témoignages et d’analyse sur l’extradition d’Ali Aarrass, de Nizar Trabelsi, de Talha Ahsan et de Hicham Bouhali Zrouil.

Que se passe-t-il en Europe ?

Depuis que la guerre mondiale antiterroriste a commencé il y a plus de dix ans, les pratiques de bannissement sont-elles de retour en Europe  ?

Les pratiques d’enlèvement et de kidnapping de suspects de terrorisme par la CIA reçoivent-elles dès à présent une couverture légale de la part des pays européens ?

(événement Facebook)

Panel des familles :

Extraditions Farida Farida Aarrass, sœur d’Ali Aarrass, Belgo-marocain, extradé au Maroc par l’Espagne le 14 décembre 2010, sans protestation de la Belgique, après avoir été innocenté par l’Espagne et contre la demande du Conseil pour les droits de l’homme de l’ONU de ne pas l’extrader pour risque de torture. Torturé au Maroc, condamné à 12 ans de prison, il se trouve actuellement dans la prison de Salé II,ville de Salé, Rabat, Maroc.

 

 

 

Extradition TrabelsiOum Maryam, épouse de Nizar Trabelsi, Tunisien, extradé aux États-Unis par la Belgique le 3 octobre 2013, après qu’il avait fini sa peine de 10 ans de prison. La Belgique a refusé d’attendre et de se soumettre à la Cour européenne des droits de l’homme, violant ainsi la Convention. En attendant son procès, il se trouve en isolement à la prison de Stafford, Virginie, USA.

 

 

Hamja Ahsan Hamja Ahsan, frère de Talha Ahsan, poète et traducteur britannique, né à Londres, extradé le 4 octobre 2012 par la Grande-Bretagne aux États-Unis. Arrêté à son domicile à Londres, le 19 juillet 2006 à la demande des États-Unis dans le cadre de la US-UK Extradition Act 2003, il y est resté incarcéré sans procès jusqu’à son extradition en 2012. Depuis un an, il attend son procès en isolement dans la prison Northern Correctional Institution, Supermax state prison, Somers, Connecticut, USA.

 

 

 Extradition Ahmed torture au Maroc 26 juinAhmed Bouhali Zriouil, père de Hicham Bouhali Zriouil, Belgo-marocain, arrête en Syrie après son retour de l’Afghanistan. Il a été extradé non vers Belgique, son pays natal, mais au Maroc, sans protestation de la Belgique. Condamné à 20 ans de prison, il se trouve depuis juin 2012 dans la prison de Tiflit, ville de Tiflit, Maroc

 Panel des avocats :

marc neve Marc Nève, membre et ancien vice président du Comité européen pour la prévention de la torture et des peines ou traitements inhumains ou dégradants (Conseil de l’Europe), pendant 10 ans l’avocat de Nizar Trabelsi, membre du Syndicat des Avocats pour la Démocratie (SAD).

 Dounia Alamat, avocate de la défense d’Ali Aarrass, spécialisée en droit de l’homme, secrétaire du Syndicat des Avocats pour la démocratie (SAD).Dounia conférence de presse 26 juillet 2013

 

 

 

 

 

 

 Chair/modérateur,

 Luk Vervaet, Association des Familles & Ami(e)s des Prisonniers.

 

extradition (NL) Meeting / Conferentie : UITLEVERING

 Zaterdag 14 december, 2013 van 18 tot 21 uur

Pianofabriek , Rue du Fort / Fortstraat 35 , 1060 Sint-Gillis ,

 Ter gelegenheid van de derde verjaardag van de uitlevering van Ali Aarrass door Spanje naar Marokko op 14 december 2010, nodigt de Campagne Free Ali Aarrass u uit op een uitzonderlijke conferentie met getuigenissen en analyse over de uitlevering van Ali Aarrass, Nizar Trabelsi,Talha Ahsan en Hicham Bouhali Zrouil.

 Wat is er aan de hand in Europa ?

Is de praktijk van de verbanning terug ?

Krijgen de illegale praktijken van opsluiting en ontvoering van terreurverdachten door de CIA vanaf nu een een legale dekmantel vanwege de Europese landen ?

 (Facebook event)

Panel van de families :

Extradition London Farida Victoria colour Farida Aarrass, zus van Ali Aarrass, Belgisch – Marokkaanse nationaliteit, uitgeleverd aan Marokko door Spanje op 14 december 2010, zonder protest van België. Zijn uitlevering vond plaats nadat het Spaanse gerecht geen grond voor vervolging van Ali had gevonden, en nadat de Raad voor de mensenrechten van de UNO gevraagd had aan Spanje om Ali niet uit te leveren, gezien het risico op foltering. Na zijn uitlevering werd Ali gemarteld in Marokko en veroordeeld tot 12 jaar gevangenisstraf. Hij bevindt zich momenteel in de gevangenis van Salé II, (Salé, Rabat, Marokko).

 Oum Maryam, de vrouw van Nizar Trabelsi, Tunesische nationaliteit, door België uitgeleverd aan de Verenigde Staten op 3 oktober 2013, nadat hij zijn gevangenisstraf van 10 jaar tot de laatste dag had uitgezeten in België. België aanvaardde het uitleveringsverzoek van de VS en weigerde te wachten op het vonnis van het Europees Hof voor de Rechten van de Mens, dat de uitlevering had opgeschort. België schond op die manier doelbewust de Conventie van de Rechten van de Mens. In afwachting van zijn proces in de VS zit Nizar Trabelsi in eenzame opsluiting in de gevangenis van Stafford , Virginia , USA .

 JM Londres Luk with Hamja TahlaHamja Ahsan, broer Talha Ahsan, Britse dichter en vertaler, geboren in Londen , uitgeleverd 4 oktober 2012 door Groot-Brittannië aan de Verenigde Staten. Gearresteerd in Londen op 19 juli 2006 op verzoek van de Verenigde Staten onder de Amerikaans-Britse Uitleveringswet van 2003, bleef Talha daar opgesloten zonder proces tot aan zijn uitlevering in 2012 . Sinds zijn uitlevering zit hij sinds een jaar, in eenzame opsluiting in de gevangenis Nord Correctional Institution, Somers , Connecticut , USA, in afwachting van zijn proces.

 Extradition Ahmed WadieElena 26 juinAhmed Bouhali Zriouil, vader van Hicham Bouhali Zriouil, Belgisch – Marokkaanse nationaliteit, gearresteerd in Syrië na zijn terugkeer uit Afghanistan. Hij werd niet uitgeleverd aan België, zijn geboorteland, maar aan Marokko, zonder enig protest van België. Veroordeeld tot 20 jaar gevangenisstraf zit hij in de gevangenis van Tiflit, Marokko, sinds juni 2012.

 

 Panel van advocaten :

 Marc Neve, lid en voormalig vice-president van het Europees Comite tegen foltering en onmenselijke en vernederende behandeling (CPT), gedurende 10 jaar de advocaat van Nizar Trabelsi, lid van de Vakbond van Advocaten voor de democratie ( SAD ) .

 Dounia Alamat, advocaat van Ali Aarrass, gespecialiseerd in mensenrechten, secretaris van de Vakbond van Advocaten voor de Democratie ( SAD ).

 

Chair/ Moderator :

Louise Luk 24 septembreLuk Vervaet, Vereniging van Families & Vrienden van gevangenen.

 

Ali Aarrass et ses avocats engagent un procès contre D. Reynders (MR), vice-premier et ministre des affaires étrangères. Lettre ouverte du bureau d’avocats Juscogens & Appel à soutien !

dans ACTIONS/AVOCATS/Lettres/Letters/Brieven par

avocats juscogensNous vous invitons à prendre connaissance des deux lettres (du 1 mars 2012 et du 25 juin 2013 publiées ci-contre), dans lesquelles Didier Reynders confirme et signe : il n’y aura pas de protection consulaire de la Belgique pour les Belgo-marocains ou d’autres personnes ayant la double nationalité, quand elles se trouvent dans l’autre pays dont ils ont la nationalité. Contrairement à la pratique en vigueur dans d’autres pays européens comme les Pays-Bas, qui protègent leurs doubles nationaux, pour Didier Reynders vous pouvez être enlevé au Maroc, torturé, incarcéré après un procès inique, maltraité dans une prison marocaine…, la Belgique ne vous assistera pas.

lettre Reynders Ali Aarrass 25 juin 2013-page-001Vous êtes né ici ? Vous êtes Belge, avec une double nationalité, mais vous avez votre vie, votre famille, vos enfants ici ? Vous payez vos impôts ? Vous n’avez jamais vécu au Maroc ? Vous êtes plus bruxellois que Reynders, mais vous avez aussi un passeport marocain ? La Belgique ne vous assistera pas quand vous aurez un problème à l’étranger. (Pour rappel : avant d’être extradé au Maroc, le Belgo-marocain Ali Aarrass a été détenu en Espagne et là aussi une aide consulaire belge lui a été refusé.)

Cela suffit ! Dans une lettre ouverte à Didier Reynders (2 octobre 2013), les avocats d’Ali Aarrass relèvent le défi. Pour mettre fin à la discrimination, mettre fin à l’existence de deux catégories de citoyens en Belgique, mettre fin au refus des autorités belges d’intervenir même au cas où il y a une preuve indiscutable de torture d’un citoyen belge, ayant la double nationalité, ils engagent une citation en justice contre Reynders.

Lettre de Reynders Ali Aarrass 1 mars 2012-page-001Au moment où le monde politique belge et marocain se prépare à fêter les 50 ans d’immigration marocaine en Belgique, ce procès sera un événement sans précédent. Il concerne tous les Belgo-marocains, toutes les personnes ayant la double nationalité, tous les antiracistes et antifascistes dans ce pays !

Nous avons besoin de votre aide et de votre mobilisation.

Nous lançons un appel urgent pour nous aider à couvrir les frais de justice.

Versez votre contribution sur le compte de Farida Aarrass : BE69001674848678 avec la mention : « Procès Lettre de Reynders Ali Aarrass 1 mars 2012-page-002Reynders ».

Merci d’avance pour votre soutien et pour la diffusion de cet appel.

Pour la campagne Free Ali Aarrass,

Luk Vervaet.

 

 

 

 

Dounia III conf de presse 26 juillet 2013CABINET D’AVOCATS JUS COGENS – Me Christophe MARCHAND (GSM: 32.486.32.22.88 ; cm@juscogens.be) – Me Dounia ALAMAT (GSM: 32.470.57.59.25 ; da@juscogens.be) – Me Nicolas COHEN (GSM : 32.470.02.65.41 ; nc@juscogens.be)

2 octobre 2013 – Lettre ouverte à Monsieur Didier REYNDERS, Ministre des Affaires étrangères

Affaire Ali AARRASS : Monsieur le Ministre des Affaires Etrangères, qui ne dit mot, consent 

Monsieur le Ministre des Affaires étrangères, comme vous le savez, depuis qu’il a été férocement torturé, Ali AARRASS dénonce les terribles sévices qui lui ont été infligées afin de signer des aveux.

Il s’est adressé sans relâche aux autorités marocaines pour dénoncer ces faits, sans succès. Les mauvais traitements infligés sont fermement niés par ces dernières, malgré l’absence d’enquête au Maroc. Ali AARRASS a été condamné à douze ans d’emprisonnement sur base de ses prétendus aveux.

Pourtant, le 31 mai 2013, le Rapporteur spécial des Nations-Unies contre la torture a rendu public les constats d’un médecin spécialisé, relevant les traces physiques et psychologiques de la torture. Il a exposé que :

juan mendez onu 24 septembre« Le médecin légiste indépendant qui accompagnait le Rapporteur spécial a effectué un examen physique externe et trouvé des traces de torture sur le corps de M. Aarrass. Le médecin légiste a conclu que la plupart des traces observées, bien que non diagnostiquées comme signes de torture, sont clairement compatibles avec les allégations présentées par M. Aarrass, à savoir le genre de torture et de mauvais traitements infligés, tels que brûlures occasionnées par une cigarette, pratique du «falanja » (coups assenés sur la plante des deux pieds), attachement intense puis suspension par les poignets et électrochocs aux testicules. En outre, il a constaté que la description faite par M. Aarrass des symptômes ressentis après les épisodes d’actes de torture et de mauvais traitements est totalement compatible avec les allégations et que le genre de pratiques décrites et les méthodologies qui auraient été suivis par les agents pratiquant ces actes, coïncident avec les descriptions et les allégations présentées par d’autres témoignages que le Rapporteur spécial a reçus dans d’autres lieux de détention et qui ne sont pas connus de M. Aarrass. Il a conclu que certains de ces signes seront de moins en moins visibles avec le temps et, à terme, devraient disparaître comme ceux, par exemple, existants sur la plante des deux pieds. Il a également conclu que l’examen physique a uniquement été effectué sous lumière artificielle. »

Dès la parution de ces informations, Ali AARRASS s’est adressé à vous pour que vous interveniez et que notre Etat le défende contre les terribles atteintes à ses droits les plus fondamentaux.

Votre seule réponse a été de soutenir que vous ne pouviez pas intervenir en faveur d’un belgo-marocain auprès des autorités marocaines.

Monsieur le Ministre, vous ne pouvez ignorer que cette réponse est fausse.

Faux de prétendre que le droit international empêcherait la Belgique de protéger son ressortissant. Faux de soutenir que la Belgique n’intervient pas en faveur de binationaux dans le pays de leur « autre » nationalité. Faux d’affirmer que la Belgique ne peut pas agir pour Ali AARRASS. Vous avez d’ailleurs publié un communiqué de presse, début août 2013, expliquant qu’une missive avait été adressée à votre homologue marocain dans ce dossier.

A ce moment-là, Ali AARRASS était en grève de la faim et de la soif parce qu’il continue à être gravement maltraité, harcelé et menacé en détention. Il y a mis fin suite à des promesses que les autorités marocaines ne tiennent pas. Son état de santé continue de se détériorer. Sa situation reste extrêmement préoccupante.

Monsieur le Ministre des Affaires étrangères, Ali AARRASS est parvenu à transmettre des croquis des horreurs qu’on lui a fait subir : suspension par les pieds, tête plongée dans une bassine, écartèlement, chocs électriques sur les parties génitales jusqu’à perte de connaissance, viols, …

Monsieur le Ministre, continuerez-vous à faire la sourde oreille et à vous taire face à ces abominations infligées à un compatriote ? Est-ce là tout le soutien que nous autres, belges, pouvons attendre de vous ?

Monsieur le Ministre, qui ne dit mot, consent !

Ali AARRASS ne peut plus accepter d’être traité de la sorte.

Il lancera citation en référé endéans la semaine si vous ne modifiez pas votre attitude délétère. La Belgique doit assumer ses devoirs envers lui, comme lui-même l’a toujours fait.

Frances Webber, letter on Ali Aarrass’ hungerstrike to the Belgian embassy in London

dans ACTIONS/AVOCATS/FRIENDS OF ALI AARRASS LONDON SUPPORT COMMITTEE/Lettres/Letters/Brieven par

swinging sixties!Dear Veronique Petit, Counsellor (Political Affairs)

 

I’m not sure if you’re aware that Ali Aarrass has been on hunger strike for nearly three weeks and on thirst strike for five days. He is now extremely weak and cannot move. He embarked on the strike because a Brussels marathon medallion with ribbon in Belgian colours was confiscated from him by the prison governor, and his cell was turned upside down in his absence, with postcards ripped down from the walls. When he sought an explanation the governor simply told him that he was a prisoner and had no rights. He was then denied access to showers, the exercise yard, the phone and personal correspondence. I attach a letter from Jeremy Corbyn MP to the Moroccan Embassy for your information.

 

I would be grateful if you would pass on our grave concern at your government’s continued failure to intervene with the Moroccan authorities, on behalf of a citizen who is near death in a protest triggered by the denial of his right to manifest his Belgian nationality through the ribbons on the medallion. It needs reiterating that Ali Aarrass has no ties to Morocco except the purely formal tie of nationality, while the performance of his military service for Belgium creates a relationship which he was entitled to expect would be one of reciprocal obligation.

 

Yours

Frances Webber

Aller à Top