Category archive

TORTURE - page 5

Outsourcing Justice: A Tale of Two Extraditions

dans ACTIONS/DOUBLE NATIONALITE/EXTRADITION/FRIENDS OF ALI AARRASS LONDON SUPPORT COMMITTEE/ORGANISATIONS POUR LES DROITS DE L'HOMME / FOR HUMAN RIGHTS/TORTURE par

November 7, 2012 · by Aisha Maniar

http://onesmallwindow.wordpress.com/2012/11/07/outsourcing-justice-a-tale-of-two-extraditions/

 

One Week in October

 

In the first week of October, two court cases took place in two different countries in different continents involving different people. Both cases, involving extradition from European countries, nonetheless display some striking similarities in the surrounding circumstances and hint at a worrying new European practice.

 

On 1st October, the Rabat Court of Appeal in Morocco reduced the conviction of Belgian-Moroccan national Ali Aarrass to 12 years from an initial 15 years on terrorism-related charges, which he claims he confessed to under torture. On 5th October, at the High Court in London, Babar Ahmad and Talha Ahsan, the Tooting Two, both British citizens, lost their combined decade-long fight against extradition to the United States on charges of alleged support for terrorism. They claim that pre-trial and possible post-trial imprisonment in the US would be tantamount to cruel and degrading treatment.

 

Say who?

 

Ali Aarrass, a 50-year old bookseller from Brussels, was born in the Spanish enclave of Melilla in North Africa in 1962. He moved to Belgium in 1977, aged 15, and obtained Belgian nationality in 1989. He was not involved in any political or religious organisations. In 2005, he returned to Melilla with his family where he ran a café. Suspected of involvement in bombings in Casablanca in 2003, he was arrested for the first time in Melilla in 2006. Released on bail after four days, he was arrested again in April 2008, when the Moroccan authorities requested his extradition on charges of terrorism involvement. He was held in custody in various Spanish jails until he was extradited on 14 December 2010. Following a thorough two-year investigation, in March 2009, Judge Baltazar Garzon, formerly one of Europe’s strictest anti-terrorism judges, found that there were insufficient grounds to implicate him in the attacks. Spain nonetheless acquiesced to the extradition request. Upon arrival, he promptly “disappeared” for 12 days during which he “confessed”; he maintains that he was tortured. This resulted in his conviction in November 2011 on charges of bringing weapons into Morocco and supporting a terrorist network, allegedly run by another Belgian-Moroccan, Abdelkader Belliraj, who was given a life sentence in 2009.

Meanwhile, in London, the ordeal of 38-year old Babar Ahmad, who worked in the IT department at Imperial College, University of London, started even earlier in 2003, in perhaps one of the most extraordinary cases of a miscarriage of justice in recent times. Babar Ahmad was arrested for the first time by anti-terrorism police at his Tooting home in December 2003; during that arrest, he sustained over 73 injuries. In 2009, Babar Ahmad was awarded £60,000 for the attack following admission of it by the police. No apology has been offered. In June 2011, four officers were found not guilty of assault. He was released 6 days later without charge.

 

In August 2004, he was arrested again pending extradition to the USA. The charges revolve largely around Babar Ahmad’s operation of websites alleged to support terrorist organisations, one of which was briefly hosted in the US, and soliciting funds for terrorist organisations. Although the alleged crimes are reported to have taken place in the United Kingdom, in July 2004, the Crown Prosecution Service (CPS) did not prosecute “on the basis that there was insufficient evidence in the UK for a successful prosecution”. He was indicted in the US. In May 2005, the senior district judge responsible for extraditions approved the extradition and in November that year, his extradition was ordered by the then Home Secretary Charles Clarke.

 

His co-accused, the lesser-known Talha Ahsan, was arrested in September 2006 on the same charges. A 33-year old graduate from the School of Oriental and African Studies, University of London, Talha Ahsan is an award-winning poet and suffers from Asperger’s Syndrome, making him more vulnerable. His extradition was approved by the court in March 2007 and ordered by the Home Secretary in June that year.

 

Having exhausted all avenues of appeal in the UK, the men took their case to the European Court of Human Rights (ECtHR) in Strasbourg. The Court stayed the extraditions and in a partial ruling in 2010 ordered the extraditions be stayed once more until it was ascertained that the men would not be subject to inhumane treatment, particularly with respect to the harsh conditions of detention there. In an extraordinary ruling in April 2012, the Court held that extradition to the US would not breach their human rights.

Their cases have attracted considerable attention. In 2011, over 140,000 people signed an e-petition to Prime Minister David Cameron seeking that the two men be tried in the UK. Under current government rules, an e-petition to the prime minister with over 100,000 signatures should lead to a specific debate in parliament on an issue. In the end, the issue was discussed as part of a wider debate disappointing campaigners. The two men have not tried to avoid prosecution: they have always insisted that if there are charges to answer and sufficient evidence to try them, that they be tried in the UK where the offences allegedly took place. To this end, in 2012, businessman Karl Watkins tried to bring a private prosecution against them under the Terrorism Act 2000. This case was dismissed on 4 October, a day before their extradition, for failing “to show a genuine intention to prosecute”. On 6 October both men pleaded not guilty to all charges before a Connecticut court. Since the extradition, there has been no telephone or written communication between the men and their families at all.

 

Observers at both trials reported the farcical nature of the trials in which the verdicts appeared to be long foregone. In the latter UK trial, it emerged that a US Department of Justice-owned jet plane had arrived from Washington on Tuesday at an air force base to collect the men, the same day the 4-day hearing started. The Independent newspaper also revealed that the Metropolitan Police, all the while claiming there was insufficient evidence to prosecute in the UK, handed evidence over to the FBI on at least nine occasions. This evidence was never seen by the CPS. Instead, European citizens were sent to other countries where the risk of torture and abuse of their right to a fair trial cannot be ruled out.

 

Torture and Extradition

 

In Ali Aarrass’ case, torture has been a feature throughout. The lack of evidence leading to the Spanish case against him being dismissed in 2009 was due to his name having been mentioned by a Moroccan prisoner who was tortured; the confession was later retracted. The two had never met and did not know each other. In this terrorist network investigation, more than 1500 people were arrested on suspicion of involvement, many of whom were tortured at Temara Prison, like Ali. In view of Human Rights Watch’s (HRW) October 2010 report on this very subject, concerns expressed by Amnesty International and then the United Nations Human Rights Committee’s (HRC) order to stay the extradition while his case was considered, there is no way that Spain could have been unaware of the risk he faced when it accepted Morocco’s assurances. Furthermore, it could not be unaware of the routine use of torture in Moroccan jails. As well as the horrific torture case involving former Guantánamo Bay prisoner Binyam Mohamed, other extraordinary torture rendition cases related to Morocco had emerged by then. Even Hollywood knew it: Morocco was strongly tipped to be the unnamed country in the 2007 film Rendition. Belgian lawyers for Ali Aarrass are now bringing a case against Spain before the HRC.

 

The extradition itself was secretive, with his family and lawyers only learning of his removal to Morocco through the press. Upon arrival in Morocco, Ali “disappeared” for 12 days, during which he was held by the police. He emerged bruised and battered, claiming that he had been beaten, subjected to sleep deprivation, injected with chemicals, raped, given electric shocks to his genitals, claims consistent with those made by many other prisoners in Moroccan jails. His Belgian lawyers have also brought a complaint against Morocco for an independent investigation into his torture claims. The Moroccan police, on the other hand, emerged with a signed confession to the charges in Arabic, a language he does not speak or read, evidenced by the need for an interpreter at his hearings. At his first trial, he retracted the confession, saying he had been forced to sign it. He is still subject to abuse in prison.

US prison conditions do not fare much better. In their case before the ECtHR, the Tooting Two argued that their extradition would be incompatible with their human rights under the European Convention on Human Rights, particularly Article 3 (prohibition on torture), as they would most likely be held at the Federal ADX Florence “Supermax” Prison if convicted; both face the possibility of a life sentence there. Described by a former prison officer as a “clean version of hell”, 360 prisoners are held at the administrative maximum facility (ADX), including some of the US’ most notorious convicts, in high-security conditions, tantamount to almost perpetual solitary confinement, sensory deprivation and “extreme isolation”, aimed at breaking prisoners down. This is par for the course in a country that deems torture to be an “enhanced interrogation technique” and in which the solitary confinement of prisoners is routine. One year ago, prisoners at the Pelican Bay Supermax Prison in California, home largely to violent gang members, started a hunger strike over conditions. Some prisoners have been in solitary confinement for over 20 years (the average is 8 at this jail), during which they have no contact with other human beings, including prison staff. This has been described by lawyers and prisoners as a cruel and unusual punishment. The mental health effects on prisoners, including depression, hallucinations, post-traumatic stress disorder and sometimes suicide are currently the subject of litigation with respect to Pelican Bay and ADX Florence. The surprise was the ECtHR ruling in April that such prison conditions would not be in breach of the two men’s human rights. For many campaigners, particularly in the US, it was felt that this politicised decision by the ECtHR gave torture, or at least cruel and degrading treatment, the green light, and international sanction of a harsh and inhumane regime. In spite of the ECtHR’s satisfaction with conditions in the US, following the extraditions, Amnesty International expressed its concerns and dismay at the ruling.

 

The UN Special Rapporteur on Torture Juan Mendez has intervened in both cases. In early October, his office wrote to the British government informing it that the extraditions would be in breach of the UN Convention Against Torture. Mr Mendez said, “I think there is very good arguments that solitary confinement and SAMs (special administrative measures, which impose severe restrictions on communication with other inmates or the outside world) would constitute torture and prevent the UK from extraditing these men.” He described such conditions as “arbitrary” and not “disciplinary”.

 

Juan Mendez visited Ali Aarrass in prison in Morocco just days before his appeal hearing started in September. He then issued a statement expressing his grave concerns about the use of torture in Moroccan jails, which he described as “systematic”. As a result, Mr Aarrass was threatened by prison staff. A report by Morocco’s official human rights body, the CNDH, last month revealed that most prisoners are subject to “cruel, inhuman and degrading treatment” without any effective investigations or inspections. At his hearing on 1st October, Ali Aarrass was supposed to be given an opportunity to talk about the torture he had faced. Following the reduction and not overturn of his sentence, Mr Aarrass’ lawyers are now appealing to the supreme administrative court (Court of Cassation) on a number of points of law.

 

Bargaining Chips”

 

In a forthcoming documentary about her brother, Ali Aarrass, Pour l’Exemple (English working title: Ali Aarrass: The Buck Stops Here), Farida Aarrass describes him as a “bargaining chip” in relations between the three states involved in his ordeal: Morocco, Spain and Belgium. The war on terror has indeed provided fertile ground for the burgeoning trade in human beings in diplomatic and commercial relations. A clear example of this was unearthed by HRW in Libya last year and is being investigated by the Metropolitan Police, concerning Britain’s direct involvement in the extraordinary rendition of Libyan dissidents in 2004. Shortly thereafter, trade relations were resumed with the Gaddafi regime, and attempts were made to deport other dissidents from the UK.

 

Cables leaked by Wikileaks demonstrate the clear awareness of various states of the torture evidence used in the Belliraj (terrorism ring) trials held in 2009, as well as concerns on how to deal with the abuses of rights and due process cited by lawyers and human rights NGOs. Less than a fortnight after ordering the extradition of the Tooting Two, Home Secretary Theresa May decided not to extradite Gary McKinnon, ending his almost decade-long fight, citing his Asperger’s Syndrome, also suffered by Talha Ahsan, as compromising his human rights and putting him at additional risk; this was ascertained not independently but by her own doctors. Home secretaries are not known for their compassion, as anti-deportation campaigners know too well. Clearly, a deal had been struck in Mr McKinnon’s case – who has suffered considerably – which was not reached in the case of the Tooting Two. The Home Secretary also announced changes, but the not much sought-after repeal, of the Extradition Act 2003. Much has been written about the unfairness in the two decisions in cases with striking similarities. Accused of racism and islamophobia, the test will come later this year when Richard O’Dwyer, not an Asperger’s sufferer, but also facing charges of online US offences committed in the UK, has his extradition hearing.

 

The United States and its intelligence agencies prefer to rely on their extrajudicial armoury, such as “extraordinary rendition” and fuzzy definitions of terms, such as “enhanced interrogation techniques” for “torture”. European states, on the other hand, continue to deny their involvement in such practices or that they collude in torture in any way. In the same way that the US outsources torture through such practices, European states are choosing to outsource justice in cases that would be problematic vis-à-vis the European Convention on Human Rights, particularly Article 3 (prohibition on torture), Article 5 (right to liberty and security) and Article 6 (right to a fair trial). An extradition involves a lawful “rendition” where a person is lawfully handed over from one state to another. European states are using legal mechanisms, such as extradition, to outsource justice, to states whose lower standards of proof and fair trials allow them to be tried in cases that could never be brought in Europe. This is clear in Ali Aarrass’ case having been thrown out by one of the strictest anti-terrorism judges in Europe. Other mechanisms exist too, such as the arbitrary deprivation of nationality and constraints on dual citizens, including Belgium’s own previous “double peine” regime, stripping dual nationals of their Belgian citizenship if convicted. The dehumanising and isolating effect of the war on terror, accusations of involvement in terrorist activity and the cult of secrecy shrouding “national security” concerns provide a comfortable blanket for governments worldwide. In the case of individuals like Ali Aarrass and the Tooting Two, it is truly the hard work of their families, lawyers and activists, who have refused to let matters go quietly or at all, that have thwarted official attempts to obscure such procedures, that are sometimes illegal, and have dragged the process on for years and beyond where the state parties involved may have liked.

 

There is something more sinister at play, however, perhaps best evidenced by the fact that a British company, Hiatts, once famous for manufacturing the shackles used to transport slaves across the Atlantic later produced shackles to transport prisoners to Guantánamo Bay. At the macro level, as governments around the world act like organised gangs, wilfully outside of the known confines of the law, enabling show trials and violating the absolute prohibition on the use of torture, and as extraordinary rendition and the war on terror have escalated over the past decade, so have other trades in human beings. At the micro level, this has opened the floodgates to the proliferation of people trafficking most often for domestic slavery and sexual exploitation, and debt bondage: slavery is well and truly alive in the twenty first century. Just a few weeks ago, the BBC reported that slavery, in its various forms is at its highest level ever. Criminal gangs trade in vulnerable people across borders and continents through extraordinary underhand deals in very much the same ways as governments, concealed by a code of silence.

Ali Aarrass, Pour L’Exemple will premiere on Sunday 11 November as part of the 12th Mediterranean Film Festival in Brussels. This is Armistice or Remembrance Day. Much has changed in the century since the “great war”: empires have risen and fallen, languages and technologies have evolved but history has a habit of repeating itself, and some stories remain the same.

 

Campaign actions:

 

Belgium:

 

http://www.freeali.eu/2012/10/24/12-festival-cinema-meditarreneen-9-17-novembre-bruxelles-ali-aarrass-pour-lexemple/

 

Premiere of Ali Aarrass, Pour L’Exemple: 12th Mediterranean Film Festival, Sunday 11th November 2012, Rotonde, Brussels, 3pm

 

 

 

United Kingdom:

 

http://freetalha.org/2012/11/event-surviving-extradition/

 

Surviving Extradition: With Gary Mulgrew, Hamja Ahsan and Aviva Stahl, Friday 23rd November, 6.45-8.30pm, Abrar House, 45 Crawford Place, London W1H 4LP

 

 

 

http://freebabarahmad.com/the-story/latest-news/item/577-action-alert-write-to-the-foreign-secretary-british-ambassador-and-your-mp-regarding-continuing-isolation-of-babar-ahmad-and-talha-ahsan

 

Action alert: write to the Foreign Secretary, British Ambassador and your MP

« Abou Ghraïb au Maroc », un article de Taoufiq Bouachrine

dans DANS LA PRESSE/LA PRISON AU MAROC/ORGANISATIONS POUR LES DROITS DE L'HOMME / FOR HUMAN RIGHTS/TORTURE par

Quelle est donc cette capacité d’encaissement que possède Benhachem ? Et quel est cet aplomb que l’ancien collaborateur de Driss Basri à la Sûreté détient pour rester aussi impassible, ses nerfs comme placés dans un frigo, du début à la fin de l’audience du CNDH où il a entendu les pires choses sur les prisons dont il a la charge ?

 

Coups de bâtons et de tuyaux en plastique, « suspension » en l’air des prisonniers attachés avec des menottes, à la porte de leurs cellules, pendant de longues durées, coups de poings, brûlures, coups de pieds, dénudement intégral des détenus et exposition de leurs corps nus aux regards des autres, insultes avec les mots les plus orduriers et les plus méprisants et avilissants qui soient…

 

Que manque-t-il donc pour rebaptiser le Haut-commissariat à l’Administration pénitentiaire en Abou Ghraïb ? Ah oui, j’oubliais… il existe quand même une forme de torture qui n’est pas du tout appliquée dans les prisons de Benhachem : le harcèlement sexuel des prisonniers par des blondes et leur obligation à avoir des relations sexuelles avec elles, comme cela se produisait dans la sinistre prison d’Abou Ghraîb, en Irak…

 

Le rapport, dont la rédaction aura nécessité cinq mois d’enquêtes dans les différentes et nombreuses centrales d’arrêt au Maroc, n’a pas été élaboré par un organisme indépendant de défense des droits humains, pas plus qu’il n’est le fait d’une ONG ou institution internationale, ni même d’un organe d’opposition, mais bel et bien d’une institution officielle, dont le président et le SG ont été désignés par dahirs royaux… et c’est bien pour cela, surtout pour cela, que ce rapport terrible sur l’effrayante situation qui prévaut dans les prisons ne doit pas être rangé soigneusement dans un tiroir, et oublié, comme si de rien n’était.

 

Si le Conseil national des droits de l’Homme (CNDH) a mis le doigt sur une plaie béante de notre société, cela aura permis de redonner un peu de crédibilité et d’indépendance à cet organisme né handicapé. Cependant, on peut également reprocher au CNDH de s’être arrêté en milieu de chemin en essayant de blanchir Benhachem de toute implication directe dans ce qui se produit comme traitements dégradants et humiliants, chaque jour, dans ses geôles, comme si c’étaient des êtres imaginaires qui dirigeaient ses prisons et officiaient dans leurs administrations.

 

Benhachem est juridiquement et administrativement responsable de qui se passe dans une institution qu’il dirige de la manière la plus directe qui soit, dont il nomme les directeurs et responsables des centrales d’arrêt et où il prend toutes les décisions. Le seul chose qui lui reste à faire est de présenter sa démission et de s’en aller. Immédiatement. Et le chef du gouvernement, Abdelilah Benkirane, est également responsable sur les plan juridique, politique et même (et surtout) moral sur ces faits qui se produisent dans les prisons du royaume, car le Haut-commissariat à l’Administration pénitentiaire relève de la présidence du gouvernement. Quant à Mustapha Ramid, le ministre de la Justice, il est à son tour responsable, et lui aussi, sur les plan juridique, politique et même (et surtout) moral et, de ce fait, il lui appartient d’ordonner l’ouverture d’une instruction judiciaire sur les faits rapportés par le rapport du CNDH ; son ministère doit reprendre les points de ce rapport et interroger les responsables en garantissant les protections légales aux témoins afin de les protéger et les prémunir contre toute vengeance des accusés… accusés de tortures et de mauvais traitements…

 

Par ailleurs, la torture dans les prisons revêt plusieurs formes. Ainsi, en plus des comportements sadiques de certains responsables et gardiens de prisons, il y a aussi le problème de la surpopulation carcérale (65.000 détenus pour une capacité de 30.000 places) ; et puis, les prisons au Maroc n’assurent pas le minimum alimentaire à leurs pensionnaires puisqu’il est admis qu’un prisonnier coûte quotidiennement 20 DH à l’Etat, une somme englobant son alimentation, en plus des dépenses d’eau et d’électricité ; le budget des dépenses des prisons, au niveau national, ne dépasse guère 556 millions de DH annuellement, et leur budget global pour 2013 sera de 2,2 milliards de DH, avec une augmentation de seulement 200 millions de DH par rapport à l’année passée. Cela est nettement en-deçà des besoins… et si l’Etat se montre ainsi incapable de s’occuper de 65.000 citoyens dans des conditions humaines décentes, comment pourrait-on attendre de lui qu’il prenne en charge les 34 millions d’autres personnes, qui vivent à l’extérieur des murs des prisons ?

 

Comment donc le chef du gouvernement peut-il manger, boire et dormir alors que dans tous les coins et recoins des prisons et pénitenciers du royaume, des êtres humains vivent dans des conditions moyenâgeuses, torturés, battus, humiliés, brûlés ?… Il s’agit là d’une véritable marque d’infamie sur le front des responsables de ce gouvernement, et plus généralement de tout responsable de ce pays qui peut faire, qui peut dire, qui peut dénoncer… et qui se tait… La moindre des choses que pourrait faire Benhachem est d’envoyer Benhachem en retraite et de réviser cette pratique, cette erreur, consistant à faire appel à cette ancienne mentalité, dépassée et renfermée sur elle-même, pour diriger les prisons du royaume.

 

Votre silence, Messieurs, ne fait que prolonger l’existence de ces prisons de la honte !

 

 

Les familles des détenus belgo-marocains au Maroc se mobilisent …

dans ACTIONS/DOUBLE NATIONALITE/EXTRADITION/LA PRISON AU MAROC/ORGANISATIONS POUR LES DROITS DE L'HOMME / FOR HUMAN RIGHTS/TORTURE par

Les familles des détenus belgo-marocains au Maroc se mobilisent pour briser le silence et pour dénoncer l’abandon total de leurs proches par la Belgique.

La soeur d’Ali Aarrass, la soeur d’Abdelatif Bekhti, le papa d’Hicham Bouhali Zriouil… ont pris la parole devant l’ambassade du Maroc à l’occasion de la journée mondiale contre la torture, l’injustice et l’arbitraire au Maroc. Présent aussi, la famille Belliraj et deux familles de détenus belgo-marocains de Liège et d’Anderlecht.

Les familles préparent ue nouvelle intiative à l’occasion de la journée internationale des droits de l’homme le 10 décembre prochain.

Soutenez-les !

 

 

 

 

 

 

 

 

Photos Pavel et Nadia.

Le 23 octobre : la torture au Maroc devant l’ONU.

dans ORGANISATIONS POUR LES DROITS DE L'HOMME / FOR HUMAN RIGHTS/TORTURE par

Assemblée générale de l’ONU : Juan Mendez revient sur la torture au Maroc

 

Photo : Une jeune femme sahraouie, avant et après son passage par la « diafa » de la police du Makhzen (Photos Demain)

 

Un enquêteur de l’ONU a affirmé mardi que le Maroc utilisait la torture dans son propre pays et contre des opposants impliqués dans le conflit sur le Sahara occidental. « Il y a de nombreuses preuves d’une utilisation excessive de la force », a déclaré à la presse Juan Mendez, le rapporteur spécial de l’ONU sur la torture, après avoir présenté son rapport à l’Assemblée générale.

 

« Chaque fois qu’il est question de sécurité nationale, il y a une tendance à utiliser la torture dans les interrogatoires. Il est difficile de dire si c’est très répandu ou si c’est systématique, mais cela arrive assez souvent pour que le gouvernement marocain ne puisse l’ignorer », a ajouté M. Mendez.

 

Ce dernier a donné des détails après avoir séjourné au Maroc et au Sahara occidental durant une semaine le mois dernier, tandis que le Conseil de sécurité débat actuellement de savoir si la mission de l’ONU dans la région doit disposer d’un mandat pour enquêter sur des violations des droits de l’homme.

 

Juan Mendez s’était rendu au Maroc sur invitation du gouvernement, membre non permanent du Conseil de sécurité. Il a ajouté avoir constaté des signes de changement au Maroc, où un parti islamiste modéré contrôle le Parlement depuis novembre. « Le Maroc développe une culture de respect des droits de l’homme qui est un bon point de départ en vue de l’élimination de la torture dans un futur proche. Mais le pays est loin de pouvoir affirmer qu’il a éliminé la torture », a encore dit M. Mendez.

 

Le Centre RFK pour la justice et les droits de l’homme, un groupe américain, avait également mis au jour des abus le mois dernier. Le groupe avait reconnu des changements positifs dans la Constitution marocaine, notamment « la criminalisation de la torture ou des détentions arbitraires ».

 

Mais il avait déploré l’importante présence policière et militaire au Sahara occidental et de « nombreux cas de brutalités policières » contre des manifestants pacifiques. Le Sahara occidental est une ancienne colonie espagnole, annexée en 1975 par le Maroc. Rabat lui propose une large autonomie sous sa souveraineté. Les indépendantistes rejettent ce plan et militent pour « le droit du peuple sahraoui à l’autodétermination ».

 

AFP

 

URL courte: http://www.demainonline.com/?p=22477

 

Torture au Maroc : Le rapport final du responsable de l’ONU dénonce l’usage excessif de la force

 

Publié le 24.10.2012 à 14h15 | Par Mohammed Jaabouk

 

 

Le Maroc était, mardi à l’ONU, sur la sellette. L’usage excessif de la torture en était la cause. Une pratique qui pourrait nuire aux chances de Rabat de briguer un siège au Conseil des droits de l’Homme.

 

Juan Mendez a présenté, hier, devant l’Assemblée générale de l’ONU son rapport final sur la torture au Maroc. Comme lors de sa conférence de presse, du 22 septembre à Rabat, le Rapporteur Spécial de l’ONU sur la Torture a répété qu’il y a « beaucoup de preuves attestant de l’usage excessif de la force ».

 

Et d’ajouter que « chaque fois qu’il est question de sécurité nationale, il y a une tendance à utiliser la torture dans les interrogatoires. Il est difficile de dire si c’est très répandu ou si c’est systématique, mais cela arrive assez souvent pour que le gouvernement marocain ne puisse l’ignorer ».

 

C’est la réponse de l’Argentin aux déclarations du ministre de la Justice, Mustapha Ramid, et à celles du président du CNDH, Driss Yazami. Les deux officiels ont minimisé le recours à la torture dans les locaux de la police, préférant parler de « cas isolés » et non de pratique courante.

 

Au Sahara, le mauvais traitement est le même

 

Selon Mendez, il n’y a pas de différence entre les provinces du sud et le reste du Maroc. « Nous avons trouvé des preuves attestant du même mauvais traitement lors des interrogatoires (…) l’usage excessif de la force lors de manifestations est le même au Sahara occidental qu’au Maroc ».

 

Par ailleurs, Juan Mendez ne s’est pas prononcé ouvertement pour un élargissement des prérogatives du mandat de la Minurso à la surveillance des droits de l’Homme. Toutefois, il a laissé entendre son adhésion à une telle option, estimant que pour le moment il « ne dispose pas d’une opinion arrêtée » sur cette question « mais que la surveillance permanente est toujours plus utile qu’une visite du rapporteur spécial ».

 

Juan Mendez a laissé quelques issues de secours au Maroc. Le rapporteur spécial de l’ONU sur la torture s’est pleinement assuré qu’«une culture des droits de l’Homme se développe au Maroc ». Toutefois, il n’en a pas précisé l’origine : est-ce le gouvernement ou la société civile ?

 

Quelle incidence sur les chances du Maroc de siéger au CDH?

 

Du 15 au 21 septembre, Juan Mendez était au Maroc, « sur une invitation des autorités ». Un déplacement au cours duquel, il a rencontré les ONG des droits de l’Homme, les officiels, inspecté deux prisons et deux centre hospitaliers pour maladies psychiatriques et visité le Sahara.

 

La teneur du rapport final de Juan Mendez, présenté hier à l’Assemblée générale de l’ONU, nuira-t-elle aux chances du Maroc de briguer un siège au Conseil des droits de l’Homme ? Un organisme qui compte 47 membres élus au scrutin secret à la majorité des 192 membres de l’AG des Nations-Unies. « Les États élus au Conseil sont tenus d’observer les normes les plus strictes en matière de promotion et de protection des droits de l’homme et de coopérer pleinement avec le Conseil. Ils sont soumis à une procédure d’examen périodique universel au cours de leur mandat, ce qui permet de s’assurer qu’ils respectent eux-mêmes les normes qu’ils sont chargés de faire appliquer », lit-on dans la présentation du CDH. Il faut savoir balayer devant sa porte avant vouloir balayer devant celles des autres.

 

http://www.yabiladi.com/articles/details/13592/torture-maroc-rapport-final-responsable.html&

Rachida Belliraj : « Appel à toutes les bonnes consciences au Maroc »

dans LA PRISON AU MAROC/TORTURE par

Nous, femmes et enfants de détenus politiques, détenus islamistes, détenus condamnés sous l’égide de la loi anti-terroriste, déclarons « plus jamais un autre Aid sans nos proches »!

Nous, femmes et enfants de détenus de l’arbitraire, de la torture et de l’injustice,

disons encore une fois « plus jamais un autre Aid sans nos proches ».

Nous, femmes et enfants des détenus politiques au Maroc, adressons toutes et tous et d’une seule voix, un appel:

-Au président du gouvernement Mr. Abdel illah Ben Kiren

-Au ministre de la justice Mr. Mustapha Erramid

-Aux présidents de tous les partis politiques conscients de notre détresse

-A tous les représentants du peuple et de la société civile

-A toutes les organisations humanitaires nationales et internationales

Encore une fois « plus jamais un autre Aid sans nos proches ».

Nos détenus ont été au vu et au su de tout le monde enlevés, séquestrés, torturés, puis livrés à une justice des plus injustes, puis condamnés arbitrairement à de lourdes peines.

Qu’attendre après tout cela, de centaines d’enfants qui grandissent loin de leurs parents, sinon la débauche et la délinquance.

Nous implorons nous, femmes et enfants des détenus politiques au Maroc, toutes les bonnes consciences, au Maroc ainsi qu’en dehors du Maroc, de soutenir notre cause, de se montrer sensible à cette souffrance qui est la notre et que nous subissons depuis des années et de nous venir en aide. Nous implorons toute personne proche du cercle de la décision politique de se pencher sur notre cas.      

L’affaire des détenus politiques est une affaire de vie ou de mort pour leurs familles, et pour cela nous lançons notre appel:

« Plus jamais un autre Aid sans nos proches. »

 

 

28 octobre 2012 : Journée Mondiale contre l’arbitraire, l’injustice et la torture au Maroc

Rassemblement devant l’ambassade du Maroc

29, rue Saint Michel à 1040 Etterbeek (Bruxelles)

Dimanche 28 octobre de 14h00 à 16h00

Maroc : 76 prisonniers européens entament une grève de la faim

dans LA PRISON AU MAROC/TORTURE par

Paris-Rabat, 22 octobre 2012.

 76 Européens emprisonnés au Maroc entament aujourd’hui une grève de la faim pour protester contre les actes de torture et les procès inéquitables dont ils ont été victimes, et pour s’élever face à l’absence totale d’assistance de leurs gouvernements respectifs. L’ACAT soutient leur initiative et espère que leurs revendications seront entendues.

Ils sont Français, Belges ou encore Espagnols, plusieurs ont la double nationalité marocaine et tous ont en commun d’avoir été victimes de graves violations de leurs droits aux mains des autorités marocaines. La grande majorité d’entre eux ont été torturés à la suite de leur arrestation afin de leur extorquer des aveux qui ont ensuite été utilisés par les juges pour fonder leur condamnation.

« Confrontés à de vrais calvaires, explique Hélène Legeay, de l’ACAT France, tous s’attendaient à ce que les représentants consulaires de leur pays d’origine se mobilisent et leur viennent en aide. Or, dans le meilleur des cas, ils ont été juste écoutés. Les moins chanceux se sont même entendus conseiller de se taire, pour ne pas empirer leur situation… Rien n’a été fait pour qu’ils obtiennent justice ! Chaque gouvernement a pour obligation de protéger l’intégrité physique et morale de ses ressortissant ! Pourquoi certains de nos concitoyens n’ont-ils droit qu’à une protection consulaire au rabais ? »

L’ACAT-France a saisi le rapporteur spécial des Nations unies sur la torture pour deux des grévistes, Adil Lamtalsi, producteur de cinéma et Moustafa Naïm, animateur social. Ces deux Franco-marocains, aujourd’hui détenus à la prison de Salé, ont été condamnés pour des crimes de droit commun. Deux affaires différentes mais des récits similaires : plusieurs jours de sévices au centre de détention secret de Temara, aux mains de la Direction générale de la surveillance du territoire, des aveux signés sous la contrainte, des magistrats complices et des plaintes pour torture restées lettre morte.

Face au silence coupable des autorités marocaines et à la frilosité de la France, Adil Lamtalsi et Moustafa Naïm voient dans cette grève de la faim l’ultime chance de faire entendre leur désespoir. Ils se rejoignent, avec leurs codétenus, autour des revendications suivantes :

– le droit à un procès équitable excluant notamment les aveux obtenus sous la torture ;

 – un transfèrement rapide dans leur pays ;

 – une protection consulaire respectueuse des engagements internationaux souscrits par les Etats européens en matière de droits de l’homme ;

 – la poursuite de leurs tortionnaires.

 L’ACAT-France soutient leur initiative et espèrent que les autorités marocaines et européennes se montreront à la hauteur de leurs attentes légitimes.

 

Contact :

 Hélène Legeay, responsable des programmes Maghreb / Moyen-Orient à l’ACAT-France

01 40 40 74 10 / helene.legeay@acatfrance.fr

 Action des chrétiens pour l’abolition de la torture

 www.acatfrance.fr – 7 rue Georges Lardennois – 75019 Paris – Tél. : 01 40 40 42 43

facebook.com/acat.france twitter.com/acat_france

 

APPEL :

Dimanche 28 octobre de 14h00 à 16h00

Rassemblement devant l’ambassade du Maroc

29, rue Saint Michel à 1040 Etterbeek (Bruxelles)

Torture : « La coopération judiciaire avec le Maroc ne peut plus continuer ».

dans LA PRISON AU MAROC/ORGANISATIONS POUR LES DROITS DE L'HOMME / FOR HUMAN RIGHTS/TORTURE par

photo Maitre Christophe Marchand

« Par un arrêt rendu ce 25 septembre 2012, la cour européenne des droits de l’homme a condamné fermement la pratique systématique de la torture au Maroc.

Au delà des images charmantes que l’on a du Royaume du Maroc, pays de vacances idylliques, la réalité de la torture systématique a été dévoilée par la cour européenne des droits de l’homme.

 A l’occasion d’un arrêt EL HASKI c/ BELGIQUE, la cour européenne est arrivée à une conclusion accablante contre le Maroc.

Après une analyse fouillée des informations données par des rapports d’instances de l’Organisation des Nations-Unies et d’organisations non-gouvernementale de défense de droits de l’homme (Fédération Internationale des Droits de l’Homme, Human Rights Watch et Amnesty International), la plus haute instance judiciaire européenne a considéré qu’il existe une pratique systématique de la torture au Maroc, et que le système judiciaire (juges et procureurs), en refusant de voir le problème et de juger les tortionnaires, se rendent complices des actes de barbarie commises à grande échelle au Royaume Chérifien du Maroc.

La cour considère ainsi:

 “la torture est un fléau exceptionnellement grave en raison, d’une part, de sa barbarie et d’autre part de son effet corrupteur sur le processus pénal, qu’elle est pratiquée en secret, souvent par des interrogateurs expérimentés qui savent parfaitement comment ne pas laisser de traces visibles sur leur victime et que, bien trop souvent, ceux-là même qui sont chargés de garantir l’absence de torture – juges, procureurs, médecins – se font les complices de sa dissimulation. Elle a retenu que dans un système de justice pénale où les tribunaux sont indépendants du pouvoir exécutif, où les affaires sont jugées de manière impartiale et où les allégations de torture font l’objet d’investigations sérieuses, il serait concevable que l’on exige d’un accusé qu’il démontre par des preuves solides que les éléments à charge présentés contre lui ont été obtenus par la torture ; en revanche, dans un système pénal complice des pratiques même qu’il est censé empêcher, un tel niveau de preuve est totalement inapproprié” (Cour Européenne des Droits de l’Homme, EL HASKI c/ BELGIQUE, 25 septembre 2012, § 86).

 Et:

 “ La Cour considère pour sa part que, dès lors que ces déclarations émanaient de suspects interrogés au Maroc dans le cadre des enquêtes et procédures consécutives aux attentats de Casablanca du 16 mai 2003, les rapports susmentionnés établissaient l’existence d’un « risque réel » qu’elles aient été obtenues au moyen de traitements contraires à l’article 3 de la Convention. Il en ressort en effet que des mauvais traitements aux fins d’aveux ont été largement pratiqués à l’encontre de ces suspects.“ (Cour Européenne des Droits de l’Homme, EL HASKI c/ BELGIQUE, 25 septembre 2012, § 98).

 Au delà de la dénonciation sans équivoque de la pratique marocaine de torture (viols systématique en utilisant une bouteille, brûlures de cigarettes, chocs électriques, pendaison par les pieds et les mains, bastonnades…), la décision européenne a pour conséquence que la coopération judiciaire avec le Maroc ne peut plus continuer.

Le Maroc a trahi la confiance mutuelle qui régit cette coopération et tous les États européens doivent maintenant revoir leur manière de travailler avec le Maroc, particulièrement dans la lutte anti-terroriste.

Il est à noter que Juan MENDEZ, Rapporteur Spécial des Nations-Unies contre la Torture, était au Maroc la semaine passée, et que le 22 septembre 2012, à l’occasion d’une conférence de presse donnée à Rabat, il à sévèrement critiqué les autorités marocaines pour cette pratique systématique de la torture et la complicité du système judiciaire marocain, laissant impunis les auteurs de ces crimes terribles. Le Rapporteur Spécial a également encouragé le Maroc à continuer d’améliorer la situation des droits de l’homme.

Gageons que le Maroc entendra enfin ces critiques et mettra en œuvre les moyens nécessaires afin que cette pratique cesse, que les bourreaux soient punis, et que les aveux obtenus sous la torture ne soient plus utilisés comme preuve en justice, au Maroc ou dans d’autres pays. »

 

 

 

La Cour européenne des droits de l’homme atteste que le régime marocain recourt systématiquement à la torture et autres traitements cruels, inhumains ou dégradants.

Le texte complet : http://hudoc.echr.coe.int/sites/fra/pages/search.aspx?i=001-113336#{%22itemid%22:[%22001-113336%22]}

 

Appel : Le 28 Octobre 2012 : Journée Mondiale contre l’arbitraire, l’injustice et la torture au Maroc

Nous demandons :

1 – La libération des prisonniers politiques, d’opinion et de conscience au Maroc.

2 – La condamnation des coupables d’exactions en application du principe de l’absence d’impunité.

3 – La réparation des préjudices et la réinsertion sociale des victimes.

4 – Une vaste refonte de la loi anti-terrorisme en conformité avec les droits de l’homme et toutes les garanties juridiques dans son application.

5 – Le respect par le Maroc de ses obligations internationales en matière de droits de l’homme.

 

Rassemblement devant l’ambassade du Maroc

29, rue Saint Michel à 1040 Etterbeek (Bruxelles)

Dimanche 28 octobre de 14h00 à 16h00

 

Aller à Top