Un Comité des Nations Unies ordonne le Maroc de mettre fin immédiatement à l’isolement d’Ali Aarrass

dans ACTIONS/AVOCATS/TORTURE par

Le 17 mars dernier, les avocats d’Ali Aarrass ont saisi le Comité contre la Torture (CAT) de l’ONU pour que les autorités marocaines mettent fin aux conditions de détention solitaire d’Ali Aarrass.  

Le 28 mars, le CAT a fait droit à leur demande et ordonne une mesure provisoire pour que « le régime pénitentiaire de Ali soit allégé et ses droits garantis ». 

C’est une victoire importante dans le combat pour la libération d’Ali Aarrass et contre les conditions de détention inhumaines.

Voici ces conditions d’isolement auxquelles le Maroc est ordonné de mettre fin immédiatement :

–          »  Monsieur AARRASS est détenu dans une aile de la prison qui comprend un rez-de-chaussée et un étage. Du côté de cette section où il se trouve,  il y a des détenus au rez-de-chaussée  mais il est seul à l’étage où se trouvent pourtant 26 cellules. De l’autre côté de la section, les cellules des deux niveaux sont occupées. Les autres détenus de cette section sont apparemment en régime semi-ouvert – porte de cellule ouverte plusieurs heures par jour – et, bien entendu, vont au préau collectivement.

–          Sa cellule mesure environ 6 mètres carrés.

–          Il dispose d’un lit en béton sans matelas, ni mousse. Il a aménagé sa couche en y disposant ses vêtements et les couvertures dont il dispose.

–          La toilette est un modèle « à la turque » que Monsieur AARRASS bouche tant bien que mal avec une bouteille d’eau pour supporter les odeurs.

–          La cellule comprend une table en béton mais pas de chaise et l’emplacement du lit ne permet pas de l’utiliser comme banc.

–          Le lavabo ne donne que de l’eau froide.

–          Il y a deux étagères en béton, sans porte, pour disposer ses effets personnels.

–          La fenêtre mesure environ 45 x 60 cm. Située à 3 m de haut, Monsieur AARRASS ne peut regarder vers l’extérieur (vue sur une cour toujours vide) ou voir le ciel (mais jamais le soleil) qu’en montant sur le lavabo.

–          La télévision est encastrée dans le mur. La télécommande lui est remise et reprise quotidiennement par les agents, les piles lorsqu’elles sont plates ne sont pas remplacées.

–          La radio est interdite.

–          Monsieur AARRASS n’a pas reçu tous ses livres suite à son transfert.

–          La lumière de la cellule est allumée de l’extérieur par les agents.

–          Comme il n’y a pas de bouton d’appel, pour demander quoi que ce soit, Monsieur AARRASS frappe sur les barreaux ou crie… ou attend.

–          L’extinction des feux se fait quotidiennement à 22h.

–          La cellule est fermée par une double porte : une en acier et une grille américaine. La porte reste régulièrement ouverte sans que cela permette toutefois à Monsieur AARRASS de voir ou de parler avec d’autres détenus. La grille est évidemment toujours fermée. Cette grille ne comporte pas de guichet de sorte que, lors de la distribution du repas, l’agent passe son bras au travers de la grille et renverse la nourriture dans une boite.

–          L’eau potable doit être achetée.

–          Monsieur AARRASS ne reçoit qu’un vrai repas par jour, le midi, généralement servi froid ou tiède. Le matin il reçoit un ersatz de thé ou café et le soir uniquement de la soupe.  Le reste, il doit l’acheter à la cantine mais il ne peut le faire qu’une fois par mois.

–          Monsieur AARRASS a droit à une heure de préau par jour ; l’horaire de cette sortie est variable et imposé par le personnel pénitentiaire. Il y est seul.

–          Il peut prendre une douche une fois par semaine. C’est le seul moment où il a accès à de l’eau chaude. Pour faire sa toilette quotidienne, il laisse une bouteille au soleil pendant son heure de préau et espère ainsi avoir de l’eau moins froide.

–          Il peut téléphoner une fois par semaine, le mardi, 5 minutes à son épouse, 5 minutes à sa sœur.

–          Il ne croise jamais un détenu lors de ces mouvements. Quant au personnel, il se comporte avec lui de manière très froide, ne laissant place à aucune personnalisation des relations.

–          Les visites ne peuvent se faire que le lundi. La famille de Monsieur AARRAASS venant de Melilla ou de Belgique, il ne voit un proche au mieux qu’une fois par mois. Pourtant, ce 27 février 2017, la sœur de Monsieur AARRASS n’a été autorisée à la voir que 25 minutes.

–          Les colis alimentaires de denrées non périssables que veulent lui envoyer ses proches sont refusés.

–          Le 27 février 2017, la sœur de Monsieur AARRASS, qui n’a pu le rencontrer que 25 minutes, avait apporté les effets et aliments suivants :

 –                                         Oranges, pommes  et bananes : acceptés

o   Dattes : refusées

o   Crayons de couleurs et farde à rabats, tube de colle : acceptés

o   Taille crayon : refusé

o   Boules Quies : acceptés

o   Coton-tige : refusé

o   Balles de tennis neuves, emballées sous vide, pour se dégourdir et jouer seul : refusées

o   Chocolat et biscuits : refusés

o   Petite casserole et couvercle pour demander aux gardiens de lui chauffer de l’eau pour sa toilette : refusés

o   Piles pour la télécommande de la télévision : refusées au motif qu’il peut les cantiner – ce qui en tout cas n’a pas été possible jusqu’à ce jour

o   Complément alimentaire en poudre sous vide : refusé

o   Blaireau pour le rasage : refusé« .


Le 1er avril 2017, Ali Aarrass commence sa 10ème année de détention. A cette occasion, le Comité Free Ali vous invite autour d’un stand d’information pour un moment de commémoration et de protestation contre la détention arbitraire de ce Belgo-Marocain innocent.

Samedi à 12:00 – 14:00, Place de la Monnaie, Bruxelles, Belgique

 

 

Une fresque pour Ali Aarrass au boulevard Général Jacques à Bruxelles, en face de la caserne Major Géruzet

dans ACTIONS par
A l’heure où certains érigent des murs pour diviser,
nous, nous les faisons parler,
pour rassembler,
pour ne pas oublier,
pour les faire battre d’un même coeur,
et le porter au Ciel.
Nous dessinons un visage,
nous gravons des paroles,
et nous devenons ce trait,
qui nous tisse,
ce trait d’union,
qui perce
toute couleur,
toute image,
toute frontière.
C’est une invitation
à coups de pinceau,
de faire parler,
au nom de cette Liberté.
 
Mahdiya
 
 
Images intégrées 1
Ce mardi 28 mars 2017 en fin d’après-midi, nous étions une petite dizaine de personnes à découvrir, à la lumière d’un ciel digne de Magritte, l’oeuvre qu’un jeune graffeur a souhaité réaliser en soutien à Ali Aarrass: un portrait géant d’Ali sur un mur de 8m de haut, peint avec une perche longue de 6m… un bel exploit!
Et une généreuse contribution pour laquelle, avec Ali et sa soeur Farida qui ont pu l’évoquer lors de leur coup de fil hebdomadaire, nous remercions de tout coeur l’artiste.
La fresque se trouve boulevard Général Jacques à Bruxelles, en face de la caserne Major Géruzet (arrêt « VUB » des trams 7 et 25), sur le « free wall » du hall de sport de la VUB. N’hésitez pas, en signe de solidarité, à vous y arrêter à votre tour et vous y faire prendre en photo afin de poster celle-ci sur la page Facebook de Farida Aarrass, #Farida Aarrass.
Merci déjà !
Le Comité Free Ali

London Support Ali Aarrass : Tomorrow, after waiting for four years since lodging his appeal, the Moroccan Court of Cassation will hear Ali Aarrass’ appeal

dans ACTIONS/FRIENDS OF ALI AARRASS LONDON SUPPORT COMMITTEE par

Dear Friends of Ali Aarrass,

Tomorrow, after waiting for four years since lodging his appeal, the Moroccan Court of Cassation will hear Ali Aarrass’ appeal against his 2011 conviction and 12-year sentence following a grossly unfair trial lasting only a few hours, based solely on torture evidence (a conclusion confirmed by the UN Special Rapporteur on Torture, the UN Committee Against Torture, the UN Working Group on Arbitrary Detention among other bodies). 
The findings of these bodies, and the international support for Ali Aarrass, have not been enough to secure his release, or even an improvement in his conditions. Since being moved from Salé II prison in Rabat to Tifelt II local prison in October 2016, he has been held in isolation, sleeping on a concrete slab with only an hour a day to exercise, one shower a week, and inadequate food. These conditions, and his continued unlawful imprisonment, are having a severe impact on his health.
Please write immediately in Arabic, French or your own language urging the Moroccan authorities to: 
n        Implement the decision of the Working Group on Arbitrary Detention (WGAD) calling on them to release Ali Aarrass immediately and award him adequate compensation; 
n        Immediately end Ali Aarrass’ solitary confinement and ensure he is held in humane conditions; 
n        Ensure he has immediate access to a qualified health professional to provide health care in compliance with medical ethics, including the principles of confidentiality, autonomy, and informed consent. 
PLEASE SEND APPEALS BEFORE 8 MAY 2017 TO: 
Director of General Administration for Prison Administration and Reinsertion 
Mohamed Saleh Tamek         
Angle Avenue Arar et rue El-Jouz 
Hay El Riyad, Rabat, Morocco         
Fax: + 212 5 37 71 26 19 
Salutation: Dear Sir Minister of Justice and Liberties 
Mustafa Ramid         
Ministry of Justice and Liberties 
Place El Mamounia – BP 1015 
Rabat, Morocco 
Fax: + 212 5 37 73 47 25 
Salutation: Your Excellency And copies to: 
International Delegation for Human Rights 
Interministerial Delegate 
Mahjoub El Haiba 
Angle Avenue Ibn Sina et 
Rue Oued El Makhazine 
Agdal, Rabat, Morocco 
Fax: +212 5 37 67 11 55 
Also send copies to diplomatic representatives accredited to your country. 

 
Please support Amnesty’s appeal and show the Moroccan authorities that enough is enough! 
All the best
 
Frances Webber

Ce samedi 1er avril (12-14h) : Libérez Ali Aarrass Maintenant !

dans ACTIONS par

Le 1 avril 2017, Ali Aarrass entamera sa dixième année de détention. A cette occasion, le Comité Free Ali vous invite autour d’un stand d’information pour un moment de commémoration et de protestation contre la détention arbitraire d’un homme innocent.

Nos revendications :

1. L’arrêt immédiat de la détention solitaire d’Ali Aarrass dans la prison de Tiflet

2. L’autorisation d’une assistance consulaire belge, refusée par les autorités marocaines depuis février 2014

3. La libération d’Ali Aarrass pour détention arbitraire demandée depuis décembre 2013 par le Groupe de travail de l’ONU sur la détention arbitraire  restée sans réaction des autorités marocaines.

4. Son transfert immédiat vers la Belgique.

samedi 1er avril de 12 – 14h Place de la Monnaie, Bruxelles

Evénement facebook cliquez ICI

L’affaire Ali Aarrass devant la Cour de cassation marocaine le 29 mars prochain !

dans ACTIONS/DANS LA PRESSE/Evénements/LES AUDIENCES DU PROCES par

Depuis 2012, Ali Aarrass attend une réponse des autorités marocaines à sa demande de pourvoi en cassation. Après cinq ans d’attente, après de multiples grèves de la faim et une mobilisation nationale et internationale de soutien, la Cour de cassation marocaine examinera le dossier Ali Aarrass le 29 mars prochain.

Un article de Baudouin Loos dans Le Soir.

La Cour de cassation marocaine examinera le dossier Ali Aarrass le 29 mars (« Le Soir » du 23 mars 2017)

Du nouveau, enfin, pour Ali Aarrass ? Le cas de ce Belgo-Marocain condamné à 12 ans de prison en appel au Maroc en 2012 pour terrorisme après des aveux extorqués sous la torture (dénoncée par des experts de l’ONU) sera examiné ce 29 mars par la Cour de cassation du royaume du Maroc. Une échéance longtemps espérée par le détenu et ses proches qui se matérialise enfin.

Comme dans nombre d’Etat européens, la Cour de cassation ne jugera pas les faits mais contrôlera la légalité de la décision de la Cour d’appel. « Nous avons déposé de longues conclusions, nous explique Me Nicolas Cohen, qui fait partie des avocats qui défendent Ali Aarrass et qui se rendra au Maroc pour assister aux débats. Parmi nos arguments, il y a la violation de la Convention contre la torture. Il faut savoir que les aveux arrachés sous la torture constituent la seule preuve de l’accusation contre Ali. »

Des éléments de procédure seront également plaidés. « Initialement le Maroc a dénoncé Ali Aarrass à l’Espagne comme l’auteur d’un trafic d’armes. Il a été laissé libre et fait l’objet d’une enquête de deux ans par le célèbre juge Garzon. Le juge espagnol avait conclu sur un non-lieu, n’ayant rien trouvé qui corroborerait l’accusation. C’est alors que le Maroc a demandé l’extradition d’Ali sur la base d’un autre chef d’accusation, celui d’avoir voulu organiser des camps d’entraînement en Algérie destinés à préparer des attentats au Maroc. Mais, dans ce pays, il a été condamné pour le trafic d’armes initialement invoqué. Le Maroc a donc violé une règle de base de droit international en le jugeant à propos d’une autre accusation que celle fondant son extradition.»

Il est évidemment impossible de prévoir comment réagira la Cour de cassation d’un pays, le Maroc, où les juges d’instance ont ostensiblement ignoré les faits de torture subis par Ali Aarrass qui l’ont amené à signer des aveux dans une langue arabe qu’il ne maîtrise pas.

Neuf ans de prison, en Espagne puis au Maroc

Le cas d’Ali Aarrass défraie la chronique depuis près d’une décennie. C’est le 1er avril 2008 que l’Espagne arrête ce Belgo-Marocain né à Melilla en 1961. Après un an d’enquête, il est blanchi par le juge Baltazar Garzon mais extradé au Maroc le 14 décembre 2010. Torturé pendant douze jours, il finit par signer les aveux qu’on lui présente. Condamné en première instance (16 ans) puis en appel (12 ans) en 2011 puis 2012, il n’a cessé de récuser ces aveux obtenus sous la torture, celle-ci ayant d’ailleurs été constatée par un rapporteur du Haut-Commissariat de l’ONU aux droits de l’homme en 2012.

Longtemps emprisonné à Salé, Ali Aarrass a fait plusieurs grèves de la faim, notamment pour que cessent des traitements dégradants. Il a été transféré en octobre 2016 dans la prison de Tiflet, sise au milieu de nulle part à 45 km de Salé. Il y reçoit un traitement extrêmement dur. A l’isolement total avec une heure de promenade (seul aussi), il dort sur un bloc de béton, sans matelas ; il a droit à une douche par semaine et à un coup de téléphone de 5 minutes par semaine. Il a perdu 18 kg depuis qu’il se trouve incarcéré à Tiflet.

Sa sœur Farida, bruxelloise, le soutient avec ténacité depuis le début de ses tourments. Elle est à la base de la création d’un comité de soutien (1). Elle est allée autant que possible lui rendre visite en prison. Sa dernière visite date du 26 février. Plus que jamais, la courte entrevue de 25 minutes fut très émouvante, selon son récit. Parmi les mots de son frère que Farida a rapportés, il y avait ceux-ci : « Il n’y a rien de pire que d’être privé de tout contact humain. Farida, je ne sais combien de temps je vais pouvoir tenir ainsi… ».

BAUDOUIN LOOS

(1) De nombreux éléments d’informations se trouvent sur le site freeali.eu.

 

Dans la presse :

LE SOIR

YABILADI

 

« J’ai le cœur gros, la tristesse me l’a ravagé », récit d’une visite à Ali Aarrass à la prison de Tiflet

dans ACTIONS/Evénements/LA PRISON AU MAROC par

Dimanche 26 février 2017

Nous voilà arrivés à Salé  dans l’après midi.

Dans la ville de Salé….

Une fois à l’hôtel, Maître Nicolas Cohen dit devoir passer des coups de fils afin d’établir contact avec les différentes personnes qui pourraient nous aider aux démarches que nous allons entreprendre.

Nicolas travaille déjà.  Il prépare le programme tandis que moi… et bien je me prépare psychologiquement à la rencontre qui aura lieu dès demain lundi, avec mon frère.  

J’appréhende son état, sa condition… J’ignore quel est son état après ces presque 5 mois d’isolement total.  Je n’ai que les informations qu’il me transmet lors de son unique coup de fil hebdomadaire, les mardis.  Coup de fil qui ne dure que 5 minutes et qui ne lui permet jamais d’aller jusqu’au bout de ce qu’il voudrait ou aimerait dire, puisque le garde chargé de la surveillance, l’interpelle dès que la 5ème minute est là.

Je sais qu’il est capable de nous cacher toute réalité qui pourrait nous attrister ou nous inquiéter d’une quelconque manière.  Il l’a toujours fait, et il est dans la capacité de maintenir cette même attitude pendant aussi longtemps qu’il l’estimerait nécessaire.

Nicolas et moi avons été dans la Médina, à la recherche d’une boutique pour acheter des recharges, pour les coups de fils.

Il fait beau, le soleil brille et l’air est doux…. 

Je remets tant de choses en question et à la fois me résous à presque renouer avec ce pays qui finalement est celui de mes origines. 

C’est sûrement la joie à l’idée de retrouver Ali qui me rend si euphorique.  Suis-je vraiment prête à me réconcilier avec l’ensemble.  Je ne sais pas…. C’est une question que je reporte à plus tard.

La question qui m’interpelle pour l’instant c’est comment vais-je retrouver Ali demain ?

Je l’ignore… Je ne sais pas du tout répondre et me dis qu’il vaut mieux attendre de le voir pour savoir. 

Que peut être sa condition n’est pas si catastrophique que je l’imagine.

Je vais donc faire preuve de patience et attendre de voir, pouvoir constater…

 

Lundi 27 février 2017

Nous nous levons tôt car il faut aller au Parquet et plus précisément chez le procureur afin de demander une autorisation de visite pour Maître Cohen.

Maître Dadsi nous a donné rendez-vous à la gare de Rabat Ville, à 9h30.  A cause de la densité de la circulation, il n’arrive qu’à 10h15. 

Nous prenons immédiatement la route pour le parquet.  L’autorisation est faite rapidement par le procureur et nous en allons ensemble vers Tiflet 2.

Je suis discrètement impatiente et surexcitée à l’idée de retrouver Ali mon cher frère qui me manque tellement.

Les deux avocats discutent entre eux, de différentes choses, moi je ne pense qu’au moment de retrouvailles avec mon frère. 

Au milieu de nulle part…

La prison de Tiflet 2 se trouve à environ 45 minutes de Salé.  Il s’agit d’un complexe pénitentiaire construit au milieu de nulle part.  Il a été implanté au milieu d’un champ, un endroit isolé de tout.  Le calme et le silence assourdissant y est surprenant. 

Ma joie s’entremêle à de l’appréhension…  Cette appréhension s’accentue au fur et à mesure que nous approchons de l’entrée.  Soudain, je sens que j’ai du mal à gérer le stress qui m’envahit, mais je feins être on ne peut plus calme.

Les avocats avancent d’un pas sûr.  Ils sont rassurés et presque certains de pouvoir visiter Ali.  J’aurais aimé pouvoir jouir d’une telle assurance dans de telles circonstances.  Malheureusement je n’y arrive jamais.  Pour moi c’est constamment l’incertitude.  Je ne sais pour ainsi dire, jamais, ce qu’il en sera.

A l’approche vers ce grand portail, l’émotion m’envahit…. Je suis toujours en mode self contrôle, mais je ne peux faire abstraction des sentiments qui prennent le dessus. C’est ainsi généralement jusqu’à ce que je voie mon frère.  Après, tout est complètement différent.  Mais en ce moment précis et malgré la difficulté, je me force à ne penser qu’à l’instant présent…

Ils sonnent au grand portail bleu métallique.  Le lieu est funeste, lugubre. Il n’inspire vraiment pas confiance.  Nous sommes loin de tout.  Je m’imagine seule dans ces lieux et ressens l’angoisse que cela procure.

Un gardien ouvre le grand portail, demande ce qu’ils veulent et ils présentent leur documentation en expliquant qu’ils viennent rendre visite à leur client Ali Aarrass.

Le gardien leur demande de patienter tout en inspectant simultanément les documents remis.  Il s’agit d’une autorisation émise il y a moins d’une heure à l’un de nos avocats, par le procureur en personne.

Je me tiens sur le côté, pensant qu’on va pouvoir y entrer tous en même temps.  Mais assez rapidement on m’informe qu’en tant que proche je dois rentrer par une autre porte et pas tout de suite.  Les avocats vont pouvoir y aller en premier et une fois qu’ils auront terminé, je le pourrai à mon tour.  Et oui c’est comme ça, nous sommes apparemment soumis à des traitements différents. 

Mais franchement je n’y accorde aucune importance. Je suis décidée à attendre le temps qu’il faudra, du moment qu’on nous autorise à nous revoir mon frère et moi.

Vous savez, dans des circonstances pareilles, j’apparente le calme en personne… On me le dit souvent et je sens que c’est aussi le cas en ce moment même.  Et pourtant…. 

Dans mon fort intérieur je me prépare à la révolte à l’idée qu’on puisse me refuser de revoir mon frère.  Non ô que non, ça je ne pourrais l’accepter !

D’ailleurs je me retrouve à me parler toute seule, à me faire des réflexions à voix haute…

Je fais des pas… j’avance en m’éloignant de l’entrée et reviens de nouveau, je fais des va et vient tout en me parlant à voix haute.  Je m’en contrefiche de ce qu’on pourrait penser, c’est mon état actuel et il me plaît de me tenir cette discussion.

Je me dis : « Faites-moi attendre, embêtez moi, malmenez moi autant que vous le voudrez.  Je m’attends et me prépare toujours à tout.  Mais je ne serais jamais prête à recevoir un refus de visite… ça NON ! »

Je ressens encore et encore…toujours les mêmes tensions, les mêmes pressions, les mêmes appréhensions, le même chamboulement intérieur à l’approche du moment tant attendu.  Et de nouveau me revient cette forme d’euphorie étrange qui fait tant de bien.  Elle m’envahit à l’idée de revoir Ali que je n’ai plus vu depuis 13 mois.  Je l’ai vu pour la dernière fois, en janvier 2016, deux mois après sa suspension de grève de la faim qui dura 72 jours. 

Je me reprends, me ressaisis, décide de ne pas sombrer dans cette presque folie provoquée par tous ces questionnements, par toutes ces incertitudes, par tous ces sentiments mêlés de joie et craintes multiples….

Les avocats, sont déjà rentrés et moi j’attends mon tour.

Les deux sacs…

J’ai posé les deux sacs que je ramène à Ali sur le côté.  Dans l’un d’eux, des fruits.  Des bananes, des pommes, des oranges. Dans l’autre, des chocolats, des gâteaux en frangipane, des spéculoos, des gaufres.  Mais aussi la boite de crayons de couleurs, un pinceau, un taille crayon ainsi que deux crayons ordinaires que Christine m’a confié pour Ali.  J’y ai également rangé, les chocolats et gâteaux que Insaf a tenu à lui offrir.  Aussi d’autres objets que Ali avait demandés.  Christine et Insaf font partie du Comité Free Ali et sont devenues pour moi, comme d’autres personnes que je ne cite pas ici, des membres de notre famille devenue si grande. 

Dans les autres objets que Ali avait demandés, des piles crayons pour pouvoir utiliser la télécommande. 

Une petite TV encastrée se trouve dans la cellule, mais une télécommande sans piles ne permet pas de l’allumer. 

Il avait également demandé des balles de tennis pour pouvoir les lancer contre le mur de la cour où il passe une heure par jour, mais toujours seul.   A défaut d’avoir de la compagnie, il disait qu’elles rebondiraient partout, lui reviendraient en ricochant et finiraient par lui donner l’illusion de jouer avec quelqu’un.  Cela lui permettrait aussi de faire de l’exercice…

Il voulait aussi avoir un blaireau pour faire mousser le savon et pouvoir se raser.  Ainsi qu’un tout petit poêlon avec couvercle afin qu’il puisse de temps en temps demander au gardien de lui ramener un peu d’eau chaude pour se laver.  Dans sa cellule il ne dispose que d’eau froide et il n’a droit qu’à une douche par semaine. 

Je lui ai également ramené des cotons tiges, une boite de compléments alimentaires de qualité.  Je sais qu’à défaut d’avoir une bonne alimentation, ces compléments alimentaires peuvent lui faire le plus grand bien.  Ils lui permettraient de renforcer son système immunitaire qui doit être en bien piteux état.  Je fais allusion aux conséquences désastreuses de cette longue et horrible grève de la faim qui dura 72 jours, mais aussi au fait qu’on lui refuse tous les extras à l’heure actuelle.  La preuve c’est qu’il a perdu 18 kg depuis son transfèrement à Tiflet 2, où il est soumis à un régime de détention terriblement dur.  L’isolement !

J’attends toujours en observant l’heure.  Il s’est écoulé 45 minutes quand un gardien ouvre la porte sur le côté.  L’entrée réservée aux proches des détenus.   Il me demande mes documents et je lui donne mon passeport.  Il me dit d’attendre encore et s’en va à l’intérieur en refermant derrière lui.

Je reprends les va et vient pour mieux patienter. 

Je me remets à parler seule : « Tant que les avocats sont avec lui on ne me fera pas rentrer, je n’ai qu’à attendre encore un peu… »

J’avais pris soin de dire aux avocats qu’il ne fallait surtout pas dire à Ali que j’étais là tant qu’ils n’avaient pas terminé avec lui.  Je le connais si bien, qu’à coup sûr il écourterait l’entretien avec eux pour ne pas me laisser attendre. 

La porte s’ouvre et quatre mamans sortent.  A leurs mains des sacs vides pliés, des caddies vides…  Elles viennent de rendre visite à leur proche de toute évidence.  Elles ont l’air de bien se connaître, elles discutent entre elles et vont s’éloigner lentement.  Il s’est de nouveau écoulé 15 minutes.

Je les observe s’éloigner…  Au loin j’aperçois du bétail qui broute de l’herbe et se déplace calmement.  Je regarde ces murs et estime leurs hauteurs.  Je ne sais plus où placer mon regard tant l’impatiente me gagne… 

La porte s’ouvre à nouveau.  Le gardien me dit que le passeport ne suffit pas.  Il me faut la carte nationale.  Je réponds que je n’ai pas de carte nationale.  Il demande ma carte de séjour en Belgique.  Je ne l’ai pas avec moi, je l’ai laissée à l’hôtel.  

Il retourne à l’intérieur et moi j’ai envie de CRIER TRES FORT !

Ils n’ont pas intérêt à m’empêcher de voir Ali !!!

Je patiente tant bien que mal.  La porte s’ouvre de nouveau et je lui demande s’il a l’intention de me laisser attendre encore longtemps.  Il me dit de rentrer…

Je suis à l’intérieur et je passe dans un bureau où il me demande si je reconnais les photos sur les copies des passeports appartenant à l’épouse de mon père, à l’épouse de Ali, à mon jeune frère.  Je lui qui ils sont à tour de rôle et enfin il me permet d’aller plus loin.  Mais pas si loin puisqu’on me dit d’attendre encore à l’intérieur.   Je prends mon mal en patiente.  Ai-je le choix ?!

Je peux enfin m’asseoir.  J’aperçois de là où je suis l’appareil qui scanne les produits et le lieu des fouilles des aliments et autres articles qu’on pourrait rapporter à nos proches.  Cependant c’est vide. Personne en vue.  Étrange, serais-je la seule personne à rendre visite à cette heure-ci ?

Petit à petit ils intègrent leur poste.  D’abord une gardienne qui s’assied à proximité du tapis roulant où l’on pose les affaires.  Puis un gardien qui plaisante avec elle.  Elle rit souvent aux éclats.  Un troisième gardien est celui qui est venu réceptionner mon passeport. 

Ce dernier me dit que tant que les avocats sont avec mon frère, je ne peux rentrer.  Je réponds que c’est entendu et que je suis disposée à attendre le temps qu’il faudra. 

Le temps passe plus vite ici.  Enfin on me demande de tout poser sur une table.  Je m’empresse de le faire et sans qu’on me le dise je commence à tout sortir afin qu’ils examinent l’ensemble au plus vite. 

Un quatrième garde s’approche.  Il est petit de taille… Il semble être attendu par tous les autres comme s’il était le seul à pouvoir décider de ce qui est accepté ou pas.  Je suis choquée d’assister à cette façon de faire.  C’est comme si je devais marchander mais inutilement puisqu’ils ont sûrement reçu des ordres de presque tout refuser.  Ce garde sur lequel ils comptent tous, ne m’esquisse pas le moindre regard.  Il ne tient pas à croiser le mien.  C’est un comportement que je finis par connaître on ne peut mieux.  A la fois éviter la gêne que procurent tous les refus et le comment se protéger des problèmes qui risquent de tomber sur lui s’il ose défier le moindre ordre donné plus haut.  Qu’à cela ne tienne… Je suis complètement dévastée par la rage de savoir que quasiment tout est interdit à Ali, sauf les fruits qui vont être coupés en deux !!!!  Et la boite des crayons de couleurs.  Jusque-là on me fait croire que les balles de tennis lui seront remises…

Les fouilles…

Je suis dans un état second et continue de faire face à tant de mauvaise foi et tant de dureté quand la gardienne me dit d’entrer dans une pièce pour me fouiller.

J’obéis instinctivement, comme portée par le besoin d’avancer au plus vite vers ce but qui est le mien.  La rencontre avec mon cher frère. 

Je ne savais pas encore ce qui m’attendais.  J’écartais les bras et les jambes pour faciliter la tâche à celle-ci. Afin qu’elle fasse vite et qu’on en finisse !!!

J’ignorais totalement que j’allais être malmenée, humiliée, subir de tels attouchements en guise de fouilles corporelles.  Je me suis énervée fortement, mes mains m’ont trahies.  Je tremblais et l’ai repoussée assez fort pour la déstabiliser.  Mais elle m’a jeté un regard immonde et m’a ordonné de la laisser faire et qu’à défaut je n’entrerai pas.  J’ai eu envie de pleurer, de crier, de la tuer et pourtant j’ai tout ravalé et me suis laissée faire.  C’était le prix à payer pour revoir Ali.  Je l’ai payé avec l’espoir qu’un jour elle le paie très cher.  J’en suis ressortie avec la nausée et mal au ventre.

Je suis au bord des larmes et je sais que ce n’est pas le moment de lâcher prise.   Ali est seul et a besoin de moi en forme.  Je dois lui remonter le moral, le soutenir du mieux que je le peux. 

Le gardien me demande de le suivre…

Enfin… ! 

Nous descendons des larges marches qui mènent vers un hall tout aussi large.  C’est une forme de tunnel sous terrain qui laisse entrevoir au fond d’autres escaliers qui montent vers un petit hall à droite, au bout de ce hall, une très grande salle au plafond tout aussi haut. 

Les tables…

Je suis dans cette immense salle de visite où l’air qui y règne est on ne peut plus glacial voir glauque. 
 En son sein des énormes tables en inox. Toutes neuves ! Un inox brillant et à la fois si froid. Elles doivent faire près de 2m de large, la longueur de chacune d’elles, je ne la connais pas. Mais de toutes manières elles sont toutes alignées, les unes collées aux autres, formant ainsi une très longue ligne droite… Trois lignes droites qui forment un grand U ! 
Puis pour encore mieux distancer les détenus de leurs proches venant leur rendre visite, à chacune de ces immenses tables, sont fixés des bancs du même matériau. Quelques feuilles en carton ici et là pour que vous les glissiez sous votre popotin, il ne faudrait pas attraper froid voyons ! Puis sous ces tables, encore et toujours dans le même matériau, des plaques empêchant les pieds de se toucher. Je pourrais dire que c’est presque hermétiquement fermé.

En y arrivant dans cette absurde et si horrible salle, j’ai eu le sentiment qu’il s’agissait de tables de lavage mortuaire. Cela m’a glacé le sang….
Mais dès que j’ai aperçu au fond de celle-ci, Ali Aarrass mon cher frère, cela m’a fait oublier pendant un instant où j’étais et tout ce qui nous entourait.

Ali me voit à son tour et se précipite vers moi…. Quant à moi je suis bloquée par ce mobilier géant qui finalement nous empêche tous les deux de nous prendre dans nos bras !

Ali et moi on se regarde avec à la fois les larmes aux yeux et la rage de devoir vivre cette situation si injuste et si immonde qu’on veut nous imposer !

A l’échange de ce regard de tas de choses sont dites et on se comprend immédiatement. Nous allons enfreindre les règles et on va passer par le coin du grand U où une table en plastique a été placée afin de fermer l’accès. La table en question nous l’avons littéralement éjectée sous les yeux des gardiens qui semblaient ne rien comprendre et qui nous voyant nous jeter dans nos bras, n’ont même pas osé intervenir.

C’était le meilleur moment ! 
 Nous nous sommes abandonnés ainsi durant quelques petites minutes…. Je pleurais fort et on m’entendait dans cet espace si froid, si vide… au plafond si creux que cela résonnait… Je m’en fichais, je me suis lâchée et même si Ali me demandait de me calmer, je n’arrivais pas.

Il me posait des questions en les susurrant à mon oreille. 
 T’ont-ils malmenée ?
T’ont-ils humiliée ?
T’ont-ils fait un quelconque mal ?
Dis-moi Farida… 
J’ai répondu que non, que je pleurais de joie de pouvoir le revoir enfin et le reprendre dans mes bras. 
 Il m’a dit, tu as osé venir jusqu’ici ?!
Je lui ai répondu que jamais rien ni personne ne pourra m’éloigner de lui, à moins que ce ne soit Allah qui le décide. 
 En le tenant dans mes bras je réalise à quel point il a maigri, mais je ne fais aucune remarque… Tout ce qui compte c’est que nous sommes là tous les deux et que nous allons partager un agréable moment ensemble.

Nous sommes ensuite passés chacun de son coté de ces tables « mortuaires ». L’estimation que j’ai faite d’à peu près 2 mètres de large, je l’ai faite en tenant compte du fait que Ali et moi nous tenions par les mains…enfin par les bouts des doigts plutôt, tout en nous penchant très fort en avant pour y arriver.

Ignoble pensée que cette installation….

Tout semble être mis en place pour nous toucher au plus profond de nos êtres.  Toute cette humiliation, ces méthodes, ces traitements dégradants, ne sont certainement pas mis en place pour veiller à la réinsertion des détenus, mais de les intimider en vue de les asservir. Comment fait Ali pour tenir encore et encore ?  Mon Dieu mais c’est horrible !!!

Ali me demande comment vont nos parents, je lui explique leur état de santé, et il pleure comme un gosse.  J’ai mal pour lui, mais je me suis jurée que je ne lui cacherai plus rien.  Je crains qu’un malheur n’arrive et qu’il ne s’y soit pas préparé.  Il sèche ses larmes et me demande comment va la famille au complet ainsi que les personnes du Comité Free Ali.  Je lui raconte un maximum de choses qui vont le faire sourire.  Il me raconte que les lettres de soutien sont la meilleure chose qu’il puisse avoir, pour se remonter le moral, pour augmenter sa résistance.  Il me demande de remercier tout le monde, tous ceux qui le soutiennent.  De n’oublier personne…

Je lui promets…

Il me parle de sa relation avec Dieu.  Il m’apprend qu’il n’a jamais été aussi proche de Lui.  Qu’il maintient une relation extraordinaire avec son Créateur.  Qu’il prie beaucoup, jour et nuit et que cela lui fait beaucoup de bien. 

Après il reprend son air triste et me dit :

Farida, il n’y a rien de pire que d’être privé de tout contact humain !

Il pleure en le disant, ses larmes coulent et je ressens toute cette horrible souffrance qui est la sienne.  Je pleure avec lui et me garde d’émettre le moindre mot, je lui laisse la parole, la possibilité de s’exprimer.  Il est tout le temps seul il ne peut donc rien dire à personne.  Parle Ali dis-moi tout ce que tu veux me dire.  Mais les pleurs l’empêchent de poursuivre…  Je ne sais que penser, que dire, que faire ?   Être là assise en face de lui et être à la fois aussi impuissante ! 

Je vais donc lui dire que je lui ai ramené les balles de tennis.  Je lui dis que les piles ont été refusées sous prétexte qu’ils en vendent en prison.  Ali se retourne vers le gardien qui nous surveille.  Lui dit que ce n’est pas vrai qu’on vend des piles dans la boutique, et le gardien de répondre qu’il ne sait rien dire, rien faire.

Mais Ali revient sur la question de l’isolement… 

Il reprend en me disant.  Tu sais, je ramasse les miettes de mon pain et lorsque je vais à la cour, je les donne aux petits oiseaux qui viennent spontanément les piquer.   Et tu sais quoi ? Je leur parle à ces oiseaux. 

On veut éteindre mon humanisme, mais cela leur sera impossible, car comme tu vois, je l’entretiens d’une manière ou d’une autre. 

Farida, je ne sais combien de temps je vais pouvoir tenir ainsi… 

Ces mots vont m’achever…

Je le regarde, il me regarde et on se dit encore et encore de tas de choses que je ne peux divulguer ici. 

25 minutes…

Je lui dis qu’il doit tenir bon, que nous allons faire de tas d’actions pour arriver à un changement.  Ne fut ce qu’obtenir que ses conditions de détention soient adoucies.  Il me fait comprendre qu’il a confiance en nous et qu’il compte sur nous. 

Soudain, le gardien lui dit que c’est fini la visite !

Je suis outrée, choquée !!!  Cela ne fait que 25 minutes qu’on se parle et il veut déjà y mettre un terme !!!

Ali feint ne pas l’entendre la première fois.  Mais ce dernier s’impose et c’est moi qui intervient en lui disant de nous laisser encore un peu de temps.  Il fait semblant qu’il refait une ronde autour de la salle et revient nous dire de terminer.  De m’en aller en m’indiquant le hall par lequel j’étais venue.  Ali se lève et me dit vas-y Farida, je ne serai rassuré qu’une fois que je te saurai en Belgique.  Je n’appellerai pas demain mardi, je demanderai la permission de t’appeler exceptionnellement mercredi afin de m’assurer que tu es bien arrivée. 

J’ai le cœur gros, la tristesse me l’a ravagé. 

Voir Ali dans ces conditions, si maigri, si pâle, si triste, si seul…

Que faire mon Dieu ?!  Pour l’instant c’est le vide total.  Il m’est impossible de réfléchir…

Les balles de tennis…

Je repasse par le hall tout en regardant Ali s’éloigner. Ali qui ne me quitte pas du regard, tout comme j’ai du mal à le quitter moi aussi.  Je ne le vois plus et j’avance par le même chemin qui mène aux grands escaliers, pour redescendre dans le tunnel ou passage souterrain et remonter de nouveau de l’autre côté pour aboutir dans la salle de fouilles.  Je n’ai pas réalisé immédiatement que je suis seule à faire ce chemin.  Que je suis seule en arrivant là et qu’il n’y a personne pour m’ouvrir les portes.

Mon regard fixe le sac portant les affaires qui ont été refusées à Ali.  Je vois qu’ils ont ajouté les balles de tennis, ils ne les lui ont pas données ces crapules !

Je vais attendre que quelqu’un daigne venir m’ouvrir.  J’attends encore et encore en vain.  Je suis toujours seule après cinq, dix, minutes et plus. 

Je décide donc de m’approcher de l’une de toutes ces portes, à travers laquelle je devine des voix lointaines.  Je frappe de toutes mes forces, non pas une fois ni deux mais au moins vingt fois et deux gardes de venir ouvrir et me demander qu’est-ce que je fais ?

Je réponds que je frappais pour pouvoir sortir de ces lieux.  

J’en profite pour leur dire que ces balles de tennis, sont des simples balles de tennis et non pas des bombes.  Que Ali est tout seul tout le temps et que ça lui aurait fait le plus grand bien de pouvoir les avoir.  Ils me regardent d’un air qui me laissent entendre qu’ils n’y peuvent rien.  J’abandonne, je sors.

Les avocats m’attendent et je remonte dans la voiture.  On s’en va.  Je regarde derrière moi, je regarde ces murailles, cet endroit où Ali est à l’abandon.  Je pleure en cachette des avocats.  Je pense à Ali mon cher et tendre frère.  Je lui souhaite de tout mon cœur la liberté et qu’Allah lui rende Justice.

Pas facile du tout cette visite. Ce fut l’une des plus pénibles…vraiment très dur…

Farida Aarrass

Le 1er avril 2017, Ali Aarrass commencera sa 10ème année de détention en régime d’isolement. Rassemblement Place de la Monnaie 12-14h !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

« Free Ali Aarrass » dans l’ancienne cellule de Nelson Mandela. Merci à Karima !

dans ACTIONS/Evénements par

Salam Aleikoum Farida,

Mon nom ne te dit certainement pas grand chose mais je suis de près l’histoire de ton frère et je suis déjà venue à des rassemblements devant les Affaires étrangères pour clamer haut et fort la libération d’Ali.

Je t’ai également déjà croisée il y a quelques années dans un autre contexte : je venais apporter des vivres et des couvertures à des sans-abris qui avaient squatté un dépôt du côté du Boulevard de smet de naeyer. Enfin, Insaf est une très bonne amie à moi.

Ce message pour te dire que je suis actuellement en Afrique du Sud avec mon mari et qu’il n’y a pas un jour où je ne pense pas à Ali. Ce pays où tout rappelle Nelson Mandela me fait aussi penser à l’injustice que subit depuis presque 10 ans Ali. Tu encourages tout le monde à écrire à Ali mais je t’avoue que je n’ai jamais osé franchir le pas car ce n’est pas évident d’écrire à quelqu’un qui ne nous connaît pas. Mais finalement, je me suis décidée à le faire, et symboliquement, depuis l’Afrique du Sud. J’espère que ma longue lettre lui parviendra. J’ai également glissé dans l’enveloppe une dizaine de cartes postales du pays afin de lui permettre une certaine forme d’évasion dans le trou noir dans lequel il se trouve.

Aujourd’hui, j’ai visité la prison de Robben Island dans laquelle Nelson Mandela est resté emprisonné 18 ans.

Devant ce qui a été sa cellule, j’ai eu une pensée émue pour Ali.

J’avais préparé une feuille avec la célèbre phrase « free Ali Aarrass » et j’ai pris une photo devant la cellule de Nelson. Les touristes présents sur place m’ont interrogé sur mon acte et je leur ai expliqué qui était Ali Aarrass. J’espère que son histoire continuera à faire tâche d’huile au travers du monde et que la mobilisation en sera plus grande. Enfin, à Robben Island, il y a aussi une mosquée qui a été construite. J’y suis allée faire une prière et des douaas pour Ali. Je t’envoie ces 2 photos qui résument ces instants.

Continue à donner régulièrement des nouvelles de ton frère et de mon côté, j’essayerai d’être présente aux différents rassemblements.

Qu’Allah te bénisse Farida ainsi que ta famille et qu’Il donne à Ali la force et le courage nécessaire pour survivre (parce que dans ses conditions de détention, Il est clairement question de survie).

Amitiés,
Karima

Le 1er avril 2017, Ali Aarrass commencera sa 10ème année de détention en régime d’isolement. Rassemblement Place de la Monnaie 12-14h !

 

Aller à Top